mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
D.1: Points chauds pour le maintien
D.1: Points chauds pour le maintien
23 Mars 2012 | France > LSL
Sélestat et Toulouse battus respectivement à Saint Raphaël et Montpellier, un cercle d’équipes concernées par la descente considérablement élargi, les huit dernières journées de la saison en D1 masculine conservent tout leur suspense. Rien n’est fait pour le maintien, loin de là. 

Ce mercredi soir, Saint Raphaël privé de quelques-uns de ses cadres (Abily, Juricek, Tomas, Ploquin) a bien cru tomber dans un véritable traquenard lorsque dès la 7ème minute, Sélestat va compter quatre buts d'avance au tableau d'affichage. Maladroits, peu inspirés dans leur choix et incapables de percer le bloc défensif adverse, les Varois vont rester à la traîne jusqu'à la 26ème minute (14-18). C'est peu avant le retour aux vestiaires que les Alsaciens vont lâcher prise, encaissant un sévère 11 à 3. La confiance retrouvée, les partenaires de Jan Stehlik (notre photo de tête - meilleur buteur de la soirée avec un somptueux 11/13) ne vont plus se laisser déborder (25-21 à la 43ème) et trouver toutes les ressources nécessaires pour confortablement s'imposer (35-29). Les Azuréens confortent leur 3ème place au classement et retrouvent la confiance après la gifle reçue samedi dernier par Dunkerque, en quarts de finale aller de la coupe de l'EHF. Sélestat va désormais devoir faire le dos rond, le capital acquis lors de la phase aller, subissant une vraie cure d'amaigrissement. 


Cette saison, perdre contre Montpellier est presque devenu une fatalité. Ce qui est plus aléatoire, c'est de prévoir l'ampleur du score. Toulouse va très certainement se mordre les doigts et peut-être avoir le sentiment de n'avoir pas fait le nécessaire, de ne pas être allé jusqu'au bout pour créer la surprise. Deux buts (34-32), c'est ce qui sépare les deux équipes à la sirène. Par trois fois et après avoir été menés d'un maximum de cinq longueurs, les partenaires d'Anouar Ayed (notre photo) vont se retrouver à égalité avec le futur champion de France et même lui passer devant (23-24 à la 37ème). Mais les Montpelliérains qui savent depuis le début de la semaine que Vid Kavticnik (rupture ligamentaire au genou) fera défaut pendant huit mois, ont de belles ressources. A commencer par Michaël Guigou qui a fait son retour ce mercredi soir en équipe 1 et qui a plutôt bien passé le test avec un 4/5 très prometteur mais également Florent Joli qui huit buts plus tard, a prouvé qu'il était en forme au bon moment. Côté haut-garonnais, même si le succès se fait attendre depuis assez longtemps (8 journées de championnat) et même si l'édifice repose encore et toujours sur Jérôme Fernandez (9 buts sur tout de même 20 tentatives !), il y a de quoi retirer quelques satisfactions. 


Le derby de la Provence entre Istres et Nîmes est un duel fratricide entre gens qui s'apprécient. On connait notamment les liens qui rapprochent Jérôme Chauvet, l’entraîneur des Gardois à Christophe Mazel, son homologue istréen. Au match aller, en décembre dernier, les deux équipes s’étaient quittées dos à dos, un nul sanctionnant les soixante minutes passées sur le parquet du Parnasse. Cette fois, en cas de succès, les Provençaux ont la possibilité de revenir au classement, à hauteur des camarades de Julien Rebichon (notre photo), ce qui d’une part serait une bonne opération mais également la meilleure façon d’aborder cinq jours plus tard, la demi-finale de coupe de France à Ivry. Nîmes qui a récupéré tous ses éclopés restent sur deux bons résultats face à Cesson et Tremblay. Avant de s’incliner avec les honneurs à Chambéry, le week-end dernier, Istres handicapé par les absences de Gomis, Derbier et (de longue date pour) Cismondo, restait sur une dynamique de quatre victoires, coupe comprise. Les deux clubs concernés par la descente en Pro D2 n’en oublie pas de préparer la saison prochaine. Cette semaine, Nîmes a rajouté deux ans au bail de Damien Scaccianoce, le meilleur buteur du championnat et Istres a fait coup double, en prolongeant de deux ans également Martin Hrstka, son arrière gauche tchèque et en attirant dans les filets, son compatriote pour la même durée, Tomas Reznicek (lire par ailleurs). 


Dunkerque lorgne toujours vers le podium, sans se mettre la pression, à une longueur derrière Saint Raphaël. Pour rester au contact, les Nordistes doivent impérativement s'imposer à domicile ce jeudi, face à Tremblay. Cette rencontre risque de se dérouler dans un contexte assez particulier puisqu'à la manière de Montpellier qui un an avant de l'engager, avait des vues sur Kévynn Nyokas, Jean Pierre Vandaele, le président de l'USDK verrait d'un très bon oeil le recrutement en 2013, de l'arrière-buteur Romain Guillard. Le demi-centre séquano-dyonisien qui n'a pas encore confirmé la transaction, s'engagerait pour trois saisons. Les coulisses de Tremblay sont toutes aussi agitées. Le club va perdre Sébastien Mongin qui vient de signer pour Chartres-Mainvilliers (voir l'article), Sébastien Ostertag est en pleine discussion avec ses dirigeants, la question du 2ème gardien pour épauler l'excellent Dragan Pocuca devra être abordée. Côté recrutement, un accord avec un arrière international est sur le point d'être trouvé. Avant cela, il faudra terminer la saison avec sans doute une revanche à prendre face à une équipe qui fin novembre lors du match aller, s’était imposée d’un but en Seine-Saint Denis.