mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Lassource, fontaine de jouvence
Lassource, fontaine de jouvence
4 Mai 2013 | Europe

Elle est l’une des rares Isséennes à ne pas avoir manqué un seul match de la saison. Meilleur espoir féminin l’année dernière, Coralie Lassource confirme dans un registre différent, avec moins de buts marqués mais un rôle ô combien important en défense. Elle sera encore déterminante dans la finale qui attend Issy-Paris, dès dimanche face à Hypo.

Ce sera son trente-sixième – et avant-dernier - match de la saison, et on pourrait croire que Coralie Lassource ne s’arrêterait jamais. « Il y a un peu de fatigue physique mais ça va, sourit l’ailière gauche d’Issy-Paris hand. On est rentrés jeudi midi de Metz, on a récupéré et maintenant on prépare cette finale de coupe d’Europe. » Avant d’avouer, à demi-mot : « C’est vrai que les vacances feront du bien… »

Eliminé en demi-finale de LFH, le club francilien ne fera pas aussi bien que l’an dernier, alors qu’il s’était hissé en finale (défait par Arvor-Brest). Mais qu’importe. « La frustration a été évacuée, on sait ce qui n’a pas bien fonctionné, affirme la joueuse de 20 ans. Depuis vendredi matin, on est prêtes pour ce nouveau défi qui nous attend, on y croit à fond. Une finale de coupe d’Europe, je ne suis pas sûre d’en jouer d’autres… »

« Je n’aime pas trop qu’on me passe »
Le club d’Issy-Paris organisera ce nouvel évènement à Coubertin, en guise d’apothéose d’une saison magnifique : vainqueur de la coupe de la Ligue organisée à domicile, demi-finale de LFH et donc un titre continental à aller chercher. Le tout avec un effectif amoindri par les blessures, où Coralie et Armelle Attingré font partie des rares cadres jamais absents. Dimanche, Arnaud Gandais sera encore privé d’Amélie Goudjo et Angélique Spincer, ses deux capitaines. Alors le coach isséen ne changera pas la recette qui a permis à son équipe de se hisser vers les sommets : une grosse défense et des montées de balle, pour ne pas trop dépendre des bras de Signaté et Toskovic.

Au cœur de ce système, le meilleur espoir de la saison dernière a trouvé sa place. Et pas forcément où on l’attendait. Car c’est en poste 2 de la défense, aux côtés d’Anne-Sophie Kpoze et Mariama Signaté, que la Martiniquaise s’affirme. « L’entraîneur me fait énormément travailler et j’ai pas mal progressé cette année, commence-t-elle. Il faut que je sois dure à chaque fois. » Souvent plus petite (1m70) que ses adversaires, la numéro 2 parisienne compense avec une énergie débordante. « Les arrières viennent souvent par-dessus moi pour tirer, alors je dois aller les chercher à neuf mètres. Je suis plutôt rapide donc c’est mieux pour moi. Je n’aime pas trop que mon adversaire me passe, alors je fais ce qu’il faut… »

Couteau-suisse
Pilier de la défense, l’internationale espoir française s’illustre moins que l’an passé en attaque. Du fait des blessures, « Coco » a surtout dû s’adapter, au point de servir de couteau suisse. « Je ne joue pas les contre-attaques cette année, donc je marque beaucoup moins que la saison dernière. Et puis j’ai commencé à l’aile gauche avant de me retrouver arrière, puis demi-centre… » En ajoutant ses nombreuses rentrées en deuxième pivot, celle qui tourne quand même à 2,3 buts par match cette saison aura dépanné à tous les postes.

Face aux Autrichiennes d’Hypo Niederösterreich, la défense jouera à nouveau un rôle clé pour contrer les gros bras brésiliens adverses, devant une Armelle Attingré impressionnante en cette fin de saison. Coralie Lassource devra contenir une certaine Deonise Cavaleiro Fachinello, internationale brésilienne d’1m80, ancienne du Havre, auteur de 14 buts en deux matchs au tour précédent. Pas de quoi effrayer « Coco ».

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités