mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF fém. : Du neuf avec du mieux
EDF fém. : Du neuf avec du mieux
2 Août 2015 | International > Juniors

Les Françaises ont évacué leurs déboires du premier tour. En alignant quatre victoires dans les matches de classement, elles ont verrouillé la neuvième place de l'Euro. Le meilleur résultat international d'une génération qui songe déjà à l'échéance mondiale de l'an prochain.

Le constat est aussi flatteur qu'amer. Sur la globalité de l'Euro, les Françaises ont fait aussi bien que les Danoises. Un revers concédé en sept représentations. Mais quand les premières n'aperçoivent le podium qu'au loin, les secondes se trémoussent sur le toit du continent, pour la troisième fois chez les -19 ans. A l'origine de la scission des destins, cette défaillance des Bleuettes dès le deuxième jour, contre la Suède (15-25). Beaucoup trop précoce, lourde de conséquences (lire le compte-rendu de France-Hongrie). Chez les nouvelles championnes d'Europe, le temps de la défaite est intervenu un peu plus tard. Au tour principal, par la volonté russe (22-25). Il a engendré une vengeance dorée en finale (29-26).

A ce niveau, comparaison n'est sans doute pas raison. Reste que sur le sol espagnol, les coéquipières de Sophia Fehri ont accompli un parcours de médaillable, sans métal précieux à l'arrivée. « La neuvième place obtenue face à la Roumanie, championne du monde jeunes l’an dernier, est forcément frustrante quand on sort de la compétition avec une seule défaite (Suède) et un nul (Hongrie) pour cinq victoires, débriefe le sélectionneur, Eric Baradat. Mais il n’y a aucune injustice. Notre élimination pour un but au goal-average n’est que la conséquence de notre incapacité à serrer le score contre la Suède. Ce milieu ne permet pas la faiblesse. »

Ses joueuses ont semblé avoir appris de leur mésaventure. Tout au long de la deuxième semaine, elles ont pris soin de s'éparpiller le moins possible. En sous-régime jusqu'alors, la base arrière a montré une force plus conforme au potentiel de ses individualités. La Parisienne Océane Sercien-Ugolin avait amorcé le mouvement contre les sempiternelles rivales portugaises (6/8). Marie-Hélène Sajka l'a amplifié en compilant vingt buts sur les deux ultimes rencontres. La gauchère messine se faufile in extremis dans le Top 10 des artilleuses (9ème, 39 réalisations à 52 %).

Le sélectionneur, fidèle à sa ligne de conduite, préfère mettre en exergue l'ouvrage collectif. « Ce groupe fortement renouvelé, avec six joueuses qui n’avaient jamais participé à la moindre compétition internationale, se forge dans la dureté du contexte international. Il a répondu présent avec humilité, ne s’est jamais désagrégé. » Les Croates l'ont vérifié à leurs dépens, vendredi soir. Menées de cinq buts de repos (14-19), de quatre à dix minutes du terme (24-28), les Françaises leur ont passé un 6-1 salvateur (30-29), ouvrant la voie à un retour à la case départ. Comme l'entrée (succès 30-24, le 23 juillet), le dessert était en effet roumain. Et tout aussi savoureux, quoi qu'indigeste pour les défenses (39-35).

Avec cette quatrième victoire d'affilée, notre génération 96-97 pointe au neuvième rang de l'échiquier européen. En progression de deux cases depuis l'Euro jeunes 2013. « Après deux compétitions qui les avaient impactées moralement (dont le Mondial jeunes 2014, terminé en seizième position), les joueuses repartent de cet Euro plus fortes dans leur tête, assure le technicien fédéral. Ce groupe se connaît indéniablement mieux. Il a gagné en confiance, travaillé hors de la lumière pour progresser jusqu’au dernier jour. »

« Ne craignons pas d'avancer doucement, craignons juste de ne plus avancer » formule en ce sens Marie-Hélène Sajka, sur sa page Facebook. Sur ce que les Bleuettes ont proposé en dernier lieu, ce serait ballot de rater le Mondial juniors 2016... « Les qualifications européennes auront lieu au mois de mars, en tournois à trois ou quatre équipes, éclaire Eric Baradat. Nous apporterons si possible quelques retouches à l'ossature actuelle, en vue de la qualification et, le cas échéant, d’aller en Russie en juillet 2016, pour continuer à avancer dans la hiérarchie internationale. »

******************************

FRANCE - PORTUGAL : 31-19 (15-10)
Tour intermédiaire, le 28 juillet 2015 à Valence (ESP). 100 spectateurs. Arbitres : Mmes Vranes et Wenninger (AUT).
FRANCE : Sercien 6/8 ; Takamoud 5/7 (1/1 penalty) ; Plazanet 4/4 (1/1 penalty) ; Sajka 4/7 (1/1 penalty) ; Elisme 2/2 (1/1 penalty) ; O. Dos Reis, Fehri et Nianh 2/2 ; Dorp 1/1 ; Bouchard 1/2 ; Kieffer 1/3 ; D. Sylla 1/4. Gardiennes : Lachat (7 arrêts en 48’) et Depuiset (3 en 12’).

BELARUS – FRANCE : 21-33 (7-16)
Tour intermédiaire, le 29 juillet 2015. 50 spectateurs. Arbitres : Mmes Kijauskaite et Zaliene (LIT).
FRANCE : D. Sylla 5/7 ; Fehri 4/8 ; Sajka 4/10 (0/2 penaltys) ; Elisme 3/4 (1/1 penalty) ; Plazanet 3/4 (1/1 penalty) ; Sercien 3/4 ; Bouchard 2/2 ; Dorp 2/2 ; Kieffer 2/2 ; O. Dos Reis 2/4 ; Takamoud 2/4 ; Ikondo 1/2. Gardiennes : Lachat (7 arrêts en 22') et Adelin (2 arrêts en 38').

FRANCE – CROATIE : 30-29 (14-19)
Match de préclassement, le 31 juillet 2015. 100 spectateurs. Arbitres : Mmes Christiansen et Hansen (DAN).
FRANCE : Sajka 9/11 (2/2 penaltys) ; Plazanet 4/6 (1/1 penalty) ; Nianh 4/8 ; Sercien 3/6 ; Takamoud 2/3 (1/1 penalty) ; Fehri 2/3 ; Elisme 2/4 ; Ikondo 2/6 ; Bouchard 1/2 ; D. Sylla 1/3 ; Kieffer 0/1. Gardiennes : Adelin (6 arrêts en 20', dont 1 penalty), Depuiset (2 arrêts en 28') et Lachat (3 arrêts en 12').

ROUMANIE – FRANCE : 35-39 (15-19)
Match pour la neuvième place, le 1er août 2015. 100 spectateurs. Arbitres : MM. Cabrejas et Sanchez (ESP).
FRANCE : Sajka 11 ; Fehri 6 ; Plazanet 4 ; D. Sylla 4 ; Kieffer 3 ; Bouchard 2 ; Dorp 2 ; Ikondo 2 ; Sercien 2 ; O. Dos Reis 1 ; Elisme 1 ; Takamoud 1.

Le tableau final
Demi-finales : Russie – Hongrie 28-17 ; Suède – Danemark 20-28. Match pour la troisième place : Hongrie – Suède 24-25. Finale : Russie – Danemark 26-29 (Frolova 8/14, Riabtseva 7 arrêts / L. Pedersen 8/10, Reihnardt 10 arrêts).

Classement final
1. Danemark ; 2. Russie ; 3. Suède ; 4. Hongrie ; 5. Allemagne ; 6. Norvège ; 7. Monténégro ; 8. Espagne ; 9. France ; 10. Roumanie ; 11. Serbie ; 12. Croatie ; 13. Biélorussie ; 14. Portugal ; 15. Macédoine ; 16. Lituanie.

Meilleure joueuse et meilleure marqueuse : Djurdjina Jaukovic (Monténégro, 71 buts).

Palmarès
2004 : Russie. 2007 : Danemark. 2009 : Norvège. 2011 : Danemark. 2013 : Russie. 2015 : Danemark.

© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités