mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
ET 2015 : Qui pour succéder à Paris (2/2)
ET 2015 : Qui pour succéder à Paris (2/2)
20 Août 2015 | France > Eurotournoi

Le retour des championnats se fait sentir, et comme chaque saison, le coup de canon qui lance la nouvelle saison française résonne sur les bords de l’Ill dans la cathédrale du Rhénus avec l’EuroTournoi. Comme chaque saison, le tournoi alsacien propose ce qui se fait de mieux en France et en Europe. Deuxième tour d’horizon sur les forces en présence cette année pour tenter de savoir qui sera le grand gagnant de la grand'messe du Rhénus.


Paris, taillé pour tout gagner

Que n’a-t-on déjà dit sur le PSG format QSI ! Plus gros budget européen avec près de 15 millions d’Euros dans la balance, un effectif que tout le monde regarde avec des yeux tous ronds mâtinés d’envie et un objectif clair et précis, tout gagner pour la saison à venir. La saison dernière, la Coupe de la Ligue a échappé à Paris, Nantes s’étant infiltré dans une petite fenêtre pour chiper le seul titre manquant à Paris sur l’exercice 2014 – 2015. En Champion’s League, le PSG est de nouveau tombé face à l’armada de Veszprém en quart de finale à un pas du Graal recherché, une place dans le dernier carré pour la fête de Cologne fin mai. Alors les dirigeant du Paris SG handball ont pris le taureau par les cornes et ont sorti le chéquier pour s’offrir Noka Serdarusic, l’ex mentor de Kiel et la fratrie Karabatic et donc ni plus ni moins que le défenseur attitré de l’équipe de France et le meilleur joueur du monde. Bien évidemment le retour de Nikola Karabatic arraché au géant catalan à fait couler beaucoup d’encre et cela a un peu effacé les arrivées d’Henrik Mollgaard, défenseur N°1 du Danemark et celle de l’Ukrainien Sergueï Onufriyenko, arrière droit d’impact et qui possède des qualités de shooteur assez exceptionnelles. Alors deux des meilleurs défenseurs au monde, le meilleur joueur du monde et un arrière droit qui sait la mettre au fond au moindre espace, voilà de quoi donner toute légitimité aux envies de victoire permanente du PSG quand on sait qui est resté dans l’effectif. On verra cela dès le jeudi derrière un Montpellier – Chambéry qui annonce un Rhénus plein comme un œuf dès le premier jour face aux Espagnols du Naturhouse La Rioja. Club qui avait eu le talent et l’envie de dominer le PSG la saison dernière dans la dernière journée de groupe de la Champion’s League. Les Hansen, Narcisse, Vori, Honrubia, Abalo, Gunnarsson, Omeyer et bien d’autres auront surement cet échec dans la tête et sans préjuger de la physionomie du match, on se doute que Paris n’aura pas l’intention de galvauder la rencontre. Surtout que pour Nikola Karabatic, ce sera un retour très attendu dans son Alsace presque natale.


Montpellier joue la carte jeune

On avait l’habitude de voir Montpellier afficher un effectif constellé de stars, d’internationaux et de joueurs confirmés. Certes, il y a encore pas mal de joueurs à classer dans cette catégorie, mais peu à peu on sent aussi que l’ADN premier du MHB est entrain de reprendre le dessus. On trouve encore les Gajic, Kavticnik, Simonet et autre Gaber. Mais à l’intersaison, exit les Losert, Laluska et Tej. Place aux jeunes du cru ou aux historiques du club. Les Grébille, Bonnefond, Saïdani et autre Fabrégas sont maintenant les pierres angulaires de l’édifice héraultais. A cela on rajoutera bien évidemment deux tauliers, un revenant et un qui n’a jamais quitté son club de toujours qui vont encadrer cette équipe, une des plus jeunes jamais alignée par l’institution. Le revenant, un certain Vincent Gérard, parti sous les cieux istréens puis dunkerquois pour s’affirmer comme l’un des deux trois meilleurs gardiens tricolores et faire gonfler un palmarès qui est devenu plus que conséquent. L’autre, nul besoin de le présenter, encore que… Montpelliérain dans l’âme au point d’être devenu l’âme de Montpellier, sans doute le meilleur ailier gauche au monde et capable de faire basculer un match en deux trois coups de génie. Bref un certain Michael Guigou qui personnifie à lui tout seul ce que veut être maintenant le club de Montpellier. Quand on regarde le 7 majeur potentiel que peut aligner Patrice Canayer, celui en impose quand même. Gérard, Guigou, Grébille, Simonet, Dolenec, Gajic, Gaber… Pas simple de venir titiller un tel 7. Seul Paris cette saison peut aligner mieux sur le papier. Reste à savoir comment tout cela va se combiner. La saison dernière, le jeu proposé par le MHB était sans doute le plus chatoyant, rutilant et brillant de la LNH. Seulement, le groupe connaissait régulièrement des grincements dans les charnières, surtout défensives et les quelques minutes d’absences comme face à Paris puis face à Chambéry ont couté un titre que Montpellier a entrevu dans ses mains quasiment tout au long de la saison. L’écrin du Rhénus sera l’occasion de voir si le collectif de la saison à venir est capable de faire aussi bien sinon mieux.


Chambéry mise sur la continuité

Alors que pour tous les ténors de la LNH, les changements ont été légion dans l’intersaison, peu de changements sont à noter au sein du Chambéry SH. Bien sur l’arrêt de Bertrand Gille est venu résonner à la fin de la saison dernière, mais l’emblématique pivot chambérien n’a pas pu donner toute sa mesure, longtemps contrarié par des blessures et bien évidemment par le poids des saisons à haut niveau. Antoine Blanc est parti vers Nancy, mais c’est un peu dans la logique des choses et en pour, arrive de Léon, l’international brésilien Joao Pedro Silva pour amener une belle rotation de plus sur la base arrière savoyarde. Quand on voit la fin de saison qu’a su produire le CSH avec 5 victoires dans les 6 dernières journées, que Chambéry a mis Paris, Montpellier, Dunkerque et Nantes à son tableau de chasse durant l’année, c’est-à-dire tous les membres du quintette majeur avec lui, on se dit que la saison 2014-2015 aurait dû être encore plus belle. Quelques oublis, loupés et surtout le temps d’adaptation à un nouveau staff en cours de saison et l’explication de la 4° place est là. Mais dans la foulée de cette fin de saison où Ivica Obvran a vu son collectif progresser de match en match, on s’attend en Savoie à une saison où le CSH pourra se mêler dans la course aux titres, quels qu’ils soient. Et pourquoi pas à l’EuroTournoi, là où Chambéry s’est déjà imposé par 3 fois. Pour se rappeler du début des années 2000 et par là même au public du Rhénus qui a toujours pour les Savoyards les yeux de Chimène, tant le CSH est fidèle au tournoi strasbourgeois. Quoi de mieux que de briller en mode majeur dès le début de la saison. Même si Montpellier et Veszprém seront sur leur route qui mène à la finale dominicale, on se dit que dans les rangs du CSH, il y a tout en magasin pour jouer un joli coup en Alsace.

Le programme du tournoi

Journée 1
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Montpellier Chambéry   20/08  
Journée 2
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Veszprém Chambéry   21/08  
Journée 3
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Montpellier Veszprém   22/08  


Journée 1
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Paris Logroño   20/08  
Journée 2
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Logroño Schaffhausen   21/08  
Journée 3
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Paris Schaffhausen   22/08  


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

Le Caraty
en live avec Handvision