mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
ET 2015 : Paris s'offre à nouveau Veszprém
ET 2015 : Paris s'offre à nouveau Veszprém
22 Août 2015 | France > Eurotournoi

On en rêvait après les deux quarts de finale de Champion’s League perdus par Paris face à Veszprém. Les joueurs ont offert au public chaud bouillant du Rhénus ce choc de titans du Handball européen dans le dernier match de l’édition de l’EuroTournoi 2015.

Montpellier perd gros
Superbe match que le Veszprém – Montpellier en clôture d’une 3° journée de l’EuroTournoi 2015 très enlevée. Mais si tout s’est joué dans les dernières secondes, le prix à payer a été énorme pour le MHB avec la perte sans doute pour la saison compète de Mathieu Grébille, victime certainement d’une rupture des ligaments croisés du genou droit.

Les diagnostics ne laissaient pas beaucoup de doutes à l’issue du match, les médecins venus au chevet de l’arrière gauche étaient tous unanimes… Sur une tentative de un contre un, le jeune Montpelliérain s’est écroulé après avoir vu son genou se tordre et lâcher d’un coup. Cela n’a pourtant pas refroidi les envies Montpelliéraines, même victime d’un gros coup du sort qui donnait grise mine au staff, les joueurs continuaient à tenir tête au finaliste de la Champion’s League. La première période était sous le sceau de l’offensive à tout va et même si le MKB arrivait parfois à prendre un peu d’air, c’était pour voir aussitôt le MHB lui revenir sur les talons comme dans cette fin de mi-temps où après avoir compté  4 unités de retard, Montpellier collait un 4-1 pour être au contact à la pause. On entrait alors dans une deuxième partie de match au couteau dans laquelle aucune des deux équipes n’allait pouvoir affirmer sa supériorité. Au jeu tout en puissance des Nilsson, Nagy et Zeitz, Montpellier répondait par de la vitesse, du culot et parfois un jeu collectif superbe. Mais sans Grébille, sans Costa, touché à la cheville face à Chambéry et out sur le match, sans Fabregas encore sur le chemin du retour de son titre mondial, les Héraultais avaient de plus en plus de mal à trouver des solutions claires et quand ils y arrivaient, ils butaient sur un excellent Alilovic. Le portier de la sélection croate allait parfaitement prendre le relais d’un Rolland Mikkler encore une fois dans le dur complet. Mais même si les multiples réponses d’Arnaud Siffert étaient aussi spectaculaires que les duels gagnés par la montagne croate, 3 ballons mal négociés sur les deux dernières minutes et Montpellier s’inclinait 29-28 et devait accepter de jouer la finale 3-4 face aux Suisses de Schaffhausen.

Pas forcément une catastrophe car avec les absents, les blessés, les petits bobos inhérents à une préparation infernale, pas sûr que de jouer l’armada parisienne demain dans la grande finale aurait été une bonne idée. Aussi pour une organisation qui était dans le doute après les deux matches face à Chambéry gagnés sur le même score et où le nul qui aurait pu sanctionner la rencontre était un casse tête réglementaire avec deux équipes totalement à égalité. Mais après la confrontation face à un des 2 ou 3 plus beaux collectifs d’Europe, Montpellier sait qu’il peut rivaliser. Maintenant il lui faut soigner un peu les corps et sas doute aussi les âmes après l’énorme coup de bambou reçu derrière la tête avec la blessure d’un de ses joueurs aussi important que spectaculaire et attachant.

Paris en une accélération
L’Armada parisienne a tranquillement décroché sa place pour la grande finale de dimanche. En dominant les Suisses de Schaffhausen 36-24, ils ont montré qu’ils étaient déjà taillés pour les luttes en haute altitude. Mais il faut aussi avouer que tout cela s’est fait en moins d’un petit quart d’heure, suffisant pour coller un 13-2 cinglant et rédhibitoire. Avant cela, on était sur un match plutôt équilibré et si Luc Abalo lançait les hostilités, les Stojanovic, Koch et Maros lui répondaient avec talent. Il fallait tenir le plus longtemps possible pour Schaffhausen et arriver dans le money time en faisant douter la machine à gagner parisienne. Sauf que…

Avec un effectif monstrueux et même si il doit faire sans ailier gauche, hormis le tout jeune Dylan Nahi, Noka Serdarusic a deux 7 à sa disposition presque aussi forts l’un que l’autre. Le premier avait un peu souffert face à l’envie suisse et la détermination des Stojanovic, Maros et autres. Tout cela était sanctionné par un 7-6 à la mi-temps de la mi-temps avant que les 7 joueurs parisiens ne soient tous changés. Et si visiblement le travail était le mot d’ordre dans l’affaire, tout cela allait changer du tout au tout la physionomie du match et par conséquence le tuer complètement. La fratrie Karabatic au turbin, Mikkel Hansen à la percussion, Daniel Narcisse dans les airs, Thierry Omeyer en mode mur et Paris collait un 13-2 à Schaffhausen qui n’avait plus aucune solution en attaque et voyait Paris marquer à chaque accélération en 2, 3 ou 4 passes maximum. Bien évidemment cette déferlante et le 21 – 11 à la pause avait scellé le sort de la rencontre et la deuxième mi-temps sera d’une tranquillité extrême pour tout le monde. Paris gérait tranquillement la fin de match pour contenir tranquillement l’écart, offrant même à Schaffhausen le droit de disputer la finale 3-4 pour un tout petit but de moins concédé sur le match par rapport aux Espagnols de Logroño.

Seule ombre au tableau, la chute sur la tête de Luc Abalo sur une entrée en seconde pivot et visiblement une petite perte de connaissance qui faisait un peu grincer des dents au PSG et qui faisait presque perdre son légendaire sourire à « Lucho ». Paris sera en finale face à Veszprém ! La finale attendue de l’EuroTournoi 2015 aura lieu, en mode revanche des deux dernières saisons en Champion’ s League ou en mode fleuret moucheté ? Seuls les collectifs auront la réponse au Rhénus à partir de 17h00.


A Strasbourg, Hall Rhénus
Le samedi 22 août 2015 à 20h30
Montpellier _ Veszprém : 28 – 29 (Mi-temps : 16-17)

4300 Spectateurs
Arbitres :
MM Reveret et Pichon

Evolution du score : 1-4 5°, 4-6 10°, 8-9 15°, 12-13 20°, 13-16 25°, 16-17 MT - 19-21 35°, 22-23 40°, 24-25 45°, 26-26 50°, 27-28 55°, 28-29 FT.

Statistiques du match
Veszprém
Gardiens :
Mikkler 0 arrêt sur 8 dont 0/3 pen., Alilovic 9 arrêts sur 29 dont 0/2 pen..
Joueurs :  Gulyas 0/1, Ivancsik 3/4, Ilic 2/3 dont 0/1 pen., Palmarsson 3/8, Nilsson 1/4, Nagy 4/4, Zeitz 2/6, Ugalde 1/1, Marguc 4/5 dont 4/4 pen., Terzic, Chema Rodriguez 2/3, Sulic 1/3, Lekai 4/4, Sliskovic.

Montpellier
Gardiens :
Gérard 6 arrêts sur 27 dont 0/2 Pen., Siffert 8 arrêts sur 17 dont 0/3 Pen.
Joueurs :  Anquetil, Simonet 0/1, Toumi, Grebille 1/3, Dolenec 1/1, Guigou 4/7 dont 1/1 pen., Borges, Saidani, Gaber 4/5, Kavticnik 1/3, Bonnefond 2/4, Gajic 11/12 dont 4/4 pen., Mackovsek 4/7.


A Strasbourg, Hall Rhénus
Le samedi 22 août 2015 à 18h15
Paris SG - Schaffhausen  : 36 – 24 (Mi-temps : 21-11)

4000 Spectateurs
Arbitres :
MM Carmaux et Mursch

Evolution du score : 5-3 5°, 6-5 10°, 8-6 15°, 12-8 20°, 18-9 25°, 21-11 MT - 24-12 35°, 27-15 40°, 30-17 45°, 32-20 50°, 34-22 55°, 36-24 FT.

Statistiques du match
Schaffhausen
Gardiens :
Marinovic 10 arrêts sur 25, Portner 2 arrêts sur 23 dont 0/2 Pen.
Joueurs :  Cvijetic 1/3, Linger 1/3 dont 1/2 pen., Kuttel 1/4, Richwein 1/3, Graubner 0/3, Pendic 4/4, Brannberger 1/2, Stojanovic 4/7, Csaszar 1/4 dont 0/1 pen., Markovic, Maros 7/13, Koch 3/4, Muggli.

Paris
Gardiens :
Omeyer 11 arrêts sur 21 dont 0/2 Pen., Annonay 7 arrêts sur 21 dont 1/3 Pen.
Joueurs :  Melic 2/4, Mollgaard 2/6, Vori 6/9, Barachet 2/3, Gunnarsson 1/1, Abalo 2/2 dont 1/1 pen., Karabatic L. 3/5, Hansen 5/7 dont 1/1 pen., Narcisse 4/5, Onufriyenko 3/4, Karabatic N. 5/8, Nahi 1/2.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision