mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Cesson, Nîmes et Créteil gloutons de la soirée
Cesson, Nîmes et Créteil gloutons de la soirée
1 Octobre 2015 | France > LSL

Nantes et Dunkerque mis à mal par Cesson et Créteil, Nîmes maître au Parnasse face à Toulouse, les prétendus "petits" se sont révoltés lors de cette 4ème journée. En attendant l'affiche de ce jeudi entre Chambéry et Montpellier, le PSG est comme prévu seul en tête de la D1M, St Raphaël est juste derrière.

par Yves MICHEL

Cesson attendait ça depuis longtemps !

Mathieu Lanfranchi nous l’avait dit la veille, « si on veut aller voir au-delà de la 7ème place, c’est le genre de match qu’il ne faut pas rater. » Voilà trois ans presque jour pour jour que Cesson se languissait d’accrocher le voisin de Loire Atlantique. Ce mercredi, au terme d’une opposition parfaitement maîtrisée, les partenaires de Wilson Davyes (notre photo de tête)  y sont parvenus, infligeant à Nantes sa seconde défaite consécutive en championnat. Dans ses plans, Thierry Anti n’avait certainement pas imaginé rappeler ses joueurs après seulement 5 minutes mais c’était nécessaire à plus d’un titre. Cesson avait réussi son entrée (4-0), la défense du "H" était aux abonnés absents et l’attaque pas mieux lotie, manquant de précision ou trouvant face à elle, un Kévin Bonnefoi plus en réussite que Schulz son vis-à-vis.  La leçon va se poursuivre, Nantes va encore subir (11-6 à la 18ème) obligeant son coach à poser son 2ème temps mort. Nouveau sermon payant puisque cette fois, le jeu va se stabiliser et le "H" refaire une partie de son retard. Peu avant la pause et en début du second acte (17-17 à la 34ème). Pourtant en infériorité numérique après l’exclusion de Romaric Guillo, Cesson va remettre de la distance (19-17) par un Davyes omniprésent. Le Portugais cireur de luxe du banc nantais la saison écoulée a non seulement montré son talent en attaque mais également ses qualités de défenseur et de passeur. Les quelques arrêts de Robin Cantegrel, la réussite de Valero Rivera à 7 mètres et une relation arrière-pivot un peu mieux gérée côté nantais ne vont rien changer au scénario (32-29). « Il n’y a rien à redire, commentait Igor Anic, le pivot du "H" au micro de beIN Sports, Cesson a parfaitement mérité sa victoire. On a payé notre début de match et on a couru ensuite, tout le temps après le score, mais même lorsqu’on a réduit l’écart, on n’a jamais été capable de passer devant.  Il nous reste pas mal de travail à accomplir, on prend moins de buts que lors des 1ers matches mais c’est loin d’être parfait. » A Cesson, tout ce qui est pris n'est plus à prendre. Le déplacement à Tremblay la semaine prochaine sera un nouveau test.



A Nîmes, c'était la tournée du patron !


«J’avais en tête cette élimination chez nous de la coupe de la Ligue contre cette même équipe et je ne voulais pas que cela se reproduise. » Yassine Idrissi est un rancunier et pour qu’il s’exprime pleinement, il suffit de lui faire confiance. Ce mercredi, le gardien de Nîmes a été irréprochable. Vingt-trois arrêts au comptage officiel et bien plus encore car souvent sa détermination et ses placements ont mis en échec les attaquants toulousains. Comme on pouvait s’y attendre, le match a été très serré malgré une entame au bénéfice du Fénix (6-9 à la 14ème). Et puis les Gardois sont revenus et n’ont rien lâché jusqu’à la pause (15-15). Au retour des vestiaires, ils vont trouver plus de fluidité en attaque et surtout profiter des erreurs de transmission et des fautes adverses pour prendre le large. Idrissi lui, continuait à être en réussite et cette mainmise se traduisait au tableau d’affichage (21-17 à la 38ème). Animé par Nemanja Ilic (10 buts) et un bon Wesley Pardin (14 arrêts), Toulouse va réagir et revenir à hauteur. «On a eu un coup de moins bien à ce moment-là, explique le portier usamiste. On balbutie en attaque, on n’arrive pas à concrétiser et ils nous prennent en contre. Là où on a été fort, c’est qu’on n’a pas abdiqué. On est resté solidaire et on a repris le sens de la marche. » C’est donc dans le dernier quart d’heure que tout allait se jouer. Mais les hommes de Philippe Gardent ne vont jamais passer devant et surtout tomber sur une équipe nîmoise qui à chaque fois va rendre but pour but. Le money-time lui sera favorable puisqu’elle va creuser l’écart et comme un symbole, c’est le petit dernier de la bande, le gaucher de 20 ans Steven George qui mettra la touche finale (32-28). Si avec 12 réalisations (dont un 6/6 à 7 m), l’Islandais Gudjonsson s’est particulièrement illustré, Yassine Idrissi qui quittera le club à la fin de la saison peut sortir par la grande porte. « C’est très gratifiant ce qui s’est passé mais ce n’est qu’un match. Je le répète, j’avais une revanche à prendre sur Toulouse et derrière, tout a bien fonctionné. » La semaine prochaine, les lumières du Parnasse resteront allumés pour la venue de Créteil. Une équipe cristolienne qui a réussi un authentique exploit (voir plus bas). « Les "petites" équipes veulent manger les gros et surtout prendre des points en début de saison pour ne pas sombrer, analyse Yassine Idrissi. Créteil a les mêmes intentions que nous et tant qu’on en profite, il faut continuer et si on peut faire mieux que jouer le maintien, il ne faut pas hésiter. »  A 31 ans, le franco-marocain est encore une valeur sûre du championnat et certains clubs en recherche de gardiens (comme Nantes et Tremblay) seraient bien inspirés de le contacter. 

Dunkerque amorphe face à Créteil

Cesson s’est offert le 6ème de la saison passée, Créteil, le champion de France 2014 et qui plus est, dans le Nord. Que se passe-t-il dans la tête des Nordistes, capables de dominer Montpellier mais butant sur une équipe de Créteil qui ne s’est jamais éparpillée et qui a mis tous les ingrédients nécessaires à l’accomplissement d’une soirée réussie. «L’avenir nous dira si on a affronté un Dunkerque convalescent, analysait Christophe Mazel mais je dirai qu’après notre déculottée à Nantes, on a bien réagi. On a vraiment fait un super match. On a eu quelques difficultés à prendre leur défense en défaut (William Annotel et Alexandre Demaille totalisent 17 arrêts) mais la nôtre a également tenu le choc. En attaque, on a mieux joué qu’eux, en plus on gagne de deux buts (23-25) mais sur la fin (à la 57ème), on est à +5. » Si Hugo Descat a été égal à lui-même (6/8), si Mate Sunjic efficace dans ses cages (14 arrêts), la satisfaction vient aussi de l’apparition en championnat de Victor Alonso (notre photo). Avec un 4/4, l’ailier espagnol remis de son problème à un pied, a été très efficace.  « Ce n’est pas qu’une question de stats, souligne le coach cristolien, c’est un handballeur complet. Il intercepte un ballon sur la fin, il est bon à la finition et en défense. » Sourire sur le visage de Christophe Mazel, déception ou plutôt inquiétude sur celui de Patrick Cazal. L’entraîneur dunkerquois n’arrivait pas à expliquer le défaut de lucidité et de maîtrise dont ses joueurs ont été frappés pour faire la différence aux alentours de la 40ème minute lorsque Créteil allait moins bien. « On manque de force de caractère, de réaction collective. On savait que l’on était en reconstruction mais je pensais qu’on était en avance sur la prépa et aujourd’hui, on voit qu’il y a beaucoup de choses qui empêchent tout le monde d’évoluer dans un environnement sain. C’est dommage car c’est un match qui aurait pu donner une bouffée d’oxygène, de confiance mais là, on va se remettre à gamberger. » Dunkerque en queue de classement, c’est assurément la mauvaise blague de ce début de saison.

Ole ! pour Pays d'Aix

Aix a bien failli quitter son propre palais des sports avec un 3ème match nul en poche depuis le début du championnat. Mais voilà, cette fois le gardien norvégien Ole Erevic (photo ci-dessus) à 4" de la fin en a décidé autrement et a détourné un dernier ballon de Romain Ternel. Et Tremblay s'est incliné par le plus petit des écarts (27-26). Après une excellente entame, les Franciliens ont été surtout portés par la réussite de leur gardien Obrad Ivezic (21 arrêts) et de leur buteur Arnaud Bingo (9 réalisations dont 4/4 aux pénaltys). Ce match a été marqué par les nombreuses pertes de balles de part et d'autre et un déchet au tir, peut-être moins criant du côté aixois. 

La loi du plus fort

Dans les deux autres rencontres de la soirée, aucune surprise n'était attendue, les deux promus ont subi la loi du plus fort. Chartres enregistre sa 4ème défaite (20-32) en championnat en autant de rencontres face à un PSG qui s'est avéré excellent gestionnaire d'un capital amassé en 1ère période grâce notamment à l'incontournable Mikkel Hansen (8 buts) et aux 17 arrêts d'Omeyer. L'US Ivry pour sa part, est mal partie avant de poser quelques difficultés à St Raphaël (13-10 à la 26ème) mais les Varois plus frais et moins maladroits, ont fait la différence en seconde période (31-23). La semaine prochaine, Ivry accueille Chartres. Ce duel peut s'avérer décisif pour l'avenir de chacune des deux équipes au sein de l'élite.
 


CESSON RENNES METROPOLE - HBC NANTES    32-29  (MT: 15-12)
Statistiques du match


*****************************

PAYS AIX UC - TREMBLAY EN FRANCE    27-26 (MT: 14-16)
Statistiques du match

*****************************

DUNKERQUE HGLUS CRETEIL        23-25 (MT: 12-11)
Statistiques du match

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - US IVRY        31-23  (MT: 14-10)
Statistiques du match

*****************************

CHARTRES MH28 - PARIS ST GERMAIN   20-32  (MT: 10-18)
Statistiques du match

*****************************

USAM NIMES - FENIX TOULOUSE              32-28   (MT: 15-15)
Statistiques du match



Ce jeudi soir, l'affiche Chambéry - Montpellier clôturera cette 4ème journée. Si Montpellier n'a pas divulgué comme à son habitude la liste des joueurs qui ont fait le déplacement en Savoie, précisant simplement qu'Alexandre Saidani était du voyage, Chambéry laisse planer le doute sur la participation de Benjamin Gille qui déjà face à Nantes était absent à cause des problèmes de dos. Côté héraultais, silence radio sur la présence de Diego Simonet et Dragan Gajic touchés samedi à Kielce. L'équipe de Montpellier est-elle en mesure d'infléchir la statistique qui est en faveur de son adversaire du soir ? En 11 confrontations à domicile, les Savoyards se sont imposés 8 fois !

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités