mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Montpellier a trouvé sa voie
Montpellier a trouvé sa voie
2 Octobre 2015 | France > LSL

En difficulté en Ligue des Champions et bousculé à Dunkerque, Montpellier s'est brillamment remis en selle en écrasant Chambéry (25-35). Un succès qui met fin à une série de 6 défaites au Phare. Les Héraultais retrouvent le haut du classement à un moment où leur capitaine Michaël Guigou se demande s'il sera encore au club la saison prochaine.

par Yves MICHEL

Montpellier avait parfaitement préparé son déplacement à Chambéry laissant les statisticiens du hand s’amuser à relever que cela faisait quatre ans que les Savoyards étaient maîtres chez eux. Privés de Gajic touché à la jambe lors du match à Kielce, les Héraultais voulaient casser cette mauvaise série face à un adversaire qui une semaine auparavant dans ce même Phare avait réalisé une excellente prestation face à Nantes.

Qui aurait pu penser avant la rencontre qu’après dix minutes, Chambéry aurait déjà encaissé 7 buts contre un seul marqué et qu’Obrvan totalement dépassé aurait posé son 1er temps mort reprochant au passage à sa défense d’avoir laissé son agressivité au vestiaire. Depuis le début de la saison, l’entraîneur croate du CSH est assez déconcertant. Il a décidé de se passer des services de Cédric Paty pourtant en pleine possession de ses moyens et donner la préférence à son compatriote Matulic. Ce jeudi soir, le jeune ailier droit a complètement déjoué, ne montrant ses qualités qu’en fin de rencontre, lorsque la cause était entendue et que Montpellier avait desserré son emprise. Obrvan a prouvé la saison passée qu’il pouvait mener son équipe vers les sommets (4ème) mais c’était avec le champion olympique 2008 sur la feuille de match. Il devra revoir sa copie !

Cédric Paty a pu donc assister depuis les tribunes à la descente aux enfers de ses coéquipiers. Car après le 1er temps mort, la situation n’a pas évolué, Montpellier navigant avec 5-6 buts d’écart d’avance au tableau d’affichage. Mais comme Vincent Gérard allait encore un peu plus se mettre en évidence, le score en faveur de son équipe va prendre des allures de correction (8-18), Chambéry n’ayant même pas profité de deux supériorités numériques. Seul Damir Bicanic sortant la tête hors de l’eau.

Avec la pause, le huis clos et le retour sur le parquet, tout le Phare était en droit d’attendre une réaction des locaux. C’est le contraire qui va arriver. Les défaillances individuelles vont persister, les pertes de balles vont succéder à des transmissions hasardeuses, quand ce n'était pas des tirs mal cadrés ou trop précipités. Et comme en face Montpellier continuait avec sérieux à imposer son rythme, les Savoyards apparemment résignés ne parvenaient pas à sortir de leur cauchemar (10-24 à la 37ème). Aymen Toumi (notre photo de tête) prenait du plaisir à la finition, Ludovic Fabregas et Matej Gaber trouvaient une parfaite relation avec la base arrière, Michael Guigou capitalisait à 7 mètres. A neuf minutes du terme, le MHB était toujours présent et l’addition était toujours aussi corsée (17-31). En bon gestionnaire, Patrice Canayer avait commencé à faire tourner et après Borgès, Siffert et Mackovsek apparaissait la jeune garde avec les Bouschet et Saidani. Avec une équipe rajeunie et remaniée, Montpellier va laisser quelques espaces et donner l’occasion à Chambéry de réduire le fossé. Le réduire pas le combler car le mal était fait depuis bien trop longtemps. « Les joueurs étaient les mêmes la semaine dernière face à Nantes et pourtant cela n’avait rien à voir aujourd’hui, analysait Pierre Paturel, le défenseur savoyard au micro de beIN Sports. En 1ère mi-temps, des deux côtés du terrain, c’était une catastrophe. Je ne sais pas ce qui va falloir faire, en tout cas se remettre au travail. Peu importe quel est le match d’après, on n’a pas le droit de jouer comme cela à la maison, on a vraiment loupé la soirée. » Et la semaine prochaine (jeudi), Chambéry se déplace ni plus ni moins à Coubertin où l’attend de pied ferme le Paris St Germain. Côté Montpelliérain, ce qui est essentiel, c’est d’avoir vu un groupe constant du début jusqu’à la fin. Au-delà du total de buts inscrits et encaissés, c’est cette régularité face à une équipe qui en d’autre circonstance soutient la comparaison, qu’il faut relever. Jusque-là, les hommes de Patrice Canayer avaient connu de bonnes périodes (notamment face au Vardar) sans pour autant garder le même tempo. A trois jours de leur 3ème rendez-vous capital face aux Danois de Kolding en Ligue des Champions, ce net succès arrive à un très bon moment.

---------------------------------------------------

CHAMBERY SAVOIE - MONTPELLIER HANDBALL     25-35  (MT: 8-18)

Statistiques du match

Arbitres:
Thierry DENTZ & Denis REIBEL

Michael Guigou pense-t-il déjà à faire ses cartons ?

Michaël Guigou est en fin de contrat avec Montpellier. Par le passé à chaque renouvellement, la discussion avec les dirigeants prenait quasiment l’allure d’une formalité et l’ailier gauche arrivé au club à l’âge de 17 ans (il en a 33) rempilait pour un bail supplémentaire. Cette fois-ci, le dialogue semble moins fluide, les termes d'un accord moins évidents à trouver. Depuis des mois, le natif d’Apt songe à juste titre à ce que pourrait être sa reconversion. Il y a sept ans, le sujet avait été évoqué au moment d’une énième prolongation. Montpellier avait tout fait pour garder son joueur emblématique et l’après carrière avait même été planifiée, tout ça pour lui éviter la tentation de changer d’air et lorgner vers l’Espagne (encore florissante) ou la Bundesliga. Ces dernières semaines, Michaël Guigou a beaucoup consulté et comme ce que lui proposait le club ne lui convenait pas (on parle d’une reconversion assurée mais d’une baisse de salaire à la signature d’un nouveau contrat), il a décidé de s’attacher les services d’Andrej Golic. Démarche inédite puisqu'il n'avait jamais pris d'agent. Ce jeudi soir à l’issue de l’éclatant succès du MHB face à Chambéry où encore il a été prépondérant, l’ailier international a accepté de répondre aux questions de nos confrères de beIN Sports. « J’ai décidé de discuter avec eux (les dirigeants montpelliérains), aucun accord n’a été trouvé et Andrej (Golic) m’a contacté par rapport à un club étranger (Rhein Neckar Löwen pour remplacer Gensheimer en partance pour Paris). Tout ce que j’espère c’est que les choses évoluent rapidement. Il y a des ailiers gauches qui bougent, Valero (Rivera à Nantes) va aussi partir, il y a des choses qui se passent, après,  j’avais prévu de discuter tranquillement avec Montpellier et de rester là-bas. Je leur ai dit que je n’étais pas là pour ne parler que du passé mais du présent et de l’avenir, les choses en sont ainsi, c’est dommage. J’espère juste que cela va se passer rapidement car j’aimerai savoir ce que je fais l’année prochaine. » Au-delà de l’aspect sentimental et la loyauté dont a fait preuve le joueur notamment au moment de l’affaire des paris, se pose une véritable question. A l’heure où la plupart des cadres de l’équipe de France rentre au pays pour évoluer dans le championnat français, comment peut-on se passer dans un club comme Montpellier d'un élément aussi charismatique ? La réponse appartient aux dirigeants héraultais qui devraient très rapidement s'exprimer sur le sujet.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités