mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC F : Fleury « veut surprendre »
LDC F : Fleury « veut surprendre »
17 Octobre 2015 | Europe > Champion's League

Le club du Loiret découvre la plus prestigieuse des compétitions européennes, cinq mois après son titre de champion de France. S’il lui est permis de voir loin, il faudra d’abord tirer profit d’un groupe ouvert. Fleury en a les moyens.

Jusqu’ici, l’histoire de Fleury en Ligue des champions se résume à un tournoi de qualification en septembre 2013. Une victoire face à Rostov, une défaite contre le Vardar. A l’époque, les coéquipières de Gnonsiane Niombla venaient de finir vice-championnes de France et débutaient leur ascension sur les scènes française et continentale. Deux ans plus tard, les Loiretaines vont vivre la grande Coupe d’Europe pour de vrai. Avec un statut bien différent, elles qui ont gagné trois titres, dont le Championnat de France, et ont atteint la finale de la Coupe des Coupes depuis. Ambitieuses, les Fleuryssoises veulent croquer à pleines dents dans ce mille-feuille européen. « On a envie de surprendre », annonce Frédéric Bougeant, le coach.

Depuis la reprise, tout a été pensé pour que les Panthères atteignent leur premier pic de forme le 18 octobre pour ce premier match, à Nordhausen face à Thüringer. Deux matchs de Championnat ont été avancés (voir plus bas), la montée en puissance s’est faite sentir. Alors à quelques jours des grands débuts, « on est carrément impatientes », frétille Estelle Nze Minko (photo ci-dessus), arrivée cet été pour vivre elle aussi l’aventure continentale. « Les filles ont fait une saison incroyable l’an dernier pour aller chercher le titre et cette qualification, on a toutes hâte d’y être. » « Depuis mercredi, reprend le coach, on sent une excitation, un niveau de concentration et d’investissement, qu’on sent dans les regards, semblables aux rencontres de fin de saison, quand il y a de l’enjeu. Cette émulation est vraiment agréable. »

Elle est d’autant plus grande que Fleury n’a rien du tout Petit Poucet que les mastodontes continentaux vont croquer. D’abord parce que le collectif est construit pour exister. Le jeu d’attaque léché et en mouvement s’affine. La défense a gagné en solidité avec les arrivées de Chavez, Cissé (postes 3) et Foggea (gardienne). Et tous les postes sont doublés, certaines jeunes assurant la rotation. Deuzio, le tirage au sort a offert aux championnes de France un groupe plus qu’abordable, délesté de cador européen. « On y va avec beaucoup d’humilité, tempère Nze Minko. Ni le club ni les joueuses ne connaissent cette compétition. Mais bien sûr, on veut engranger le maximum de victoires, donc de points, pour la suite de la compétition. » Certaines veulent même tout gagner, à l’image d’Alexandrina Barbosa (voir interview plus bas). Seul petit bémol : l’expérience, puisque à part l'Hispano-Portugaise, aucune joueuse n’a vraiment connu cette compétition sur la durée.

« Jouer douze matchs de Ligue des champions rendrait les joueuses meilleures, juge Fred Bougeant, qui table sur une qualification pour le tour principal. J’ai vu comment on avait progressé en stage face au Vardar. Ensuite, une qualification signifie douze matchs diffusés sur beIN, donc ça développe le club, les six matchs à domicile renforcent l’organisation pour les dirigeants et bénévoles. Il y a plein d’objectifs qui se croisent avec l’aspect sportif. C’est comme ça que Metz a grandi. » Les Lorraines avaient manqué de peu la qualification en quarts de finale l’an dernier. Ce sera le défi de Fleury. Avec un tableau ouvert et les promesses affichées depuis août, l’espoir est permis.

Interview...

Alexandrine Barbosa : « Prêtes pour aller au Final 4 »

Vice-championne d’Europe 2011 avec Itxako, Alexandrina Cabral Barbosa sera un élément indispensable à son équipe, pour son jeu et son expérience. L’internationale espagnole rêve d’emmener Fleury au Final 4, pour vivre une quatrième demi-finale avec un quatrième club différent.

La Ligue des champions commence dimanche. Êtes-vous prêtes ?
Nous nous rapprochons du moment important de la saison, des matchs que nous attendions. Toute l’équipe a beaucoup d’envie, on a fait attention aux petits détails toute la semaine. Depuis le début de saison, nous sommes restées très concentrées alors que nous préparions vraiment la Ligue des champions. C’est très positif jusqu’ici donc oui, je pense que nous sommes prêtes.

Qu’est-ce qui change entre le Championnat et la Ligue des champions ?
En Ligue des champions, nous allons affronter les meilleures joueuses, le niveau y est beaucoup plus élevé. En France, on a des joueuses de bon niveau, mais là c’est encore plus fort. Dans ces matchs, et on va le voir dès dimanche contre Thüringer, ça va se jouer sur les petits détails, les pertes de balle, la concentration. Nous devons être prêtes dès la première minute car la moindre erreur se paie cash.

Comment jugez-vous votre équipe ? Vous êtes l’une des seules à vraiment connaître cette compétition…
Il nous manque peut-être un peu d’expérience, mais on va la prendre vite en jouant des matchs difficiles comme ceux qui nous attendent. Bien que la majorité de mes coéquipières n’aient pas joué la Ligue des champions, elles ont l’expérience de la sélection, ça compte. Et je pense que, elles comme moi, nous serons à la hauteur. Cette année, nous sommes beaucoup plus soudées en défense. En attaque, je crois que nous sommes sur le bon chemin. Nous allons nous améliorer au fur et à mesure de la compétition.

Que savez-vous de Thüringer, votre ancienne équipe (2013-14) ?
C’est une équipe qui aime beaucoup jouer les contre-attaques. Elles jouent depuis de longues années la Ligue des champions, il va falloir contrer leurs points forts. Elles ont perdu quelques joueuses qui étaient des pièces maîtresses de l’équipe, c’est plus jeune maintenant, mais il reste de très bonnes joueuses comme la demi-centre de l’Allemagne Wohlbold, ou l’Autrichienne Engel.

Vous bénéficiez d’un tirage au sort clément. Quel est votre ambition dans cette compétition ?
Nous avons des matchs de poule très accessibles, on veut tous les gagner, c’est notre objectif. On va y aller pas à pas mais on veut essayer de tout gagner pour aller le plus loin possible. Même si c’est notre première année, je suis convaincue que nous sommes prêtes pour aller au Final 4. Mais le chemin est très long et pour l’instant, on doit se concentrer sur le présent. Donc gagner à Thüringer pour commencer.

Phase de groupes – 1e journée
THÜRINGER HC (ALL) – FLEURY LOIRET HANDBALL
Dimanche 18 octobre, 14 heures
En direct sur beIN Sports 3

L’autre match du groupe B : FTC Rail Cargo (HON) – Podravka Vegeta (CRO).
Le calendrier complet en cliquant ici.

Les trois premiers sont qualifiés pour le tour principal et conservent les points acquis face aux autres équipes du groupe qualifiées. En cas de qualification, Fleury croiserait avec le groupe A où figurent Baia Mare (avec Allison Pineau), Larvik, Rostov et Krim Mercator.

Un calendrier délesté de la LFH
C’est un véritable marathon auquel Fleury s’est livré en ce début de saison, avec neuf matchs de Championnat joués (au lieu de sept pour les autres), puisque les journées 8 et 10 ont été avancées pour que le calendrier soit allégé en période de Ligue des champions. Une initiative de Fleury ? Pas du tout, répond Fred Bougeant. C’est la fédération, plus particulièrement la LFH, qui a proposé cette solution. « Personne ne s’est positionné en ce sens au club, poursuit le technicien. Disputer neuf journées en cinq semaines, pas de problèmes. Mais nous faire jouer la journée 10 avant la 8 nous a obligé à trois déplacements de suite (Nantes, Issy-Paris et Dijon, ndlr). Je ne pense pas qu’on ait protégé notre équipe en faisant ça. » Côté positif, Fleury n’aura qu’un match de LFH à disputer (face à Nîmes) entre ses quatre premières journées de Ligue des champions.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LBE en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision