mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Un époustouflant PSG tient son match référence !
Un époustouflant PSG tient son match référence !
25 Octobre 2015 | Europe > Champion's League

Le PSG tient (enfin) son succès référence en Ligue des Champions. Face à Veszprém (29-27), un des habitués du carré final de la compétition, les partenaires d'un irréprochable Thierry Omeyer n'ont jamais tremblé même quand des vents contraires menaçaient de les emporter. Ce dimanche soir, Paris est en tête du groupe A de la LDC et a véritablement marqué les esprits.  

par Yves MICHEL

Il ne leur manquait qu’un coup d’éclat. Le genre de rencontre où la performance marque les esprits. Le PSG y est enfin parvenu  face à un adversaire qui lors des deux dernières saisons, lui avait barré la route vers le carré final de la Ligue des Champions. Paris tient sa victoire référence dans son aventure européenne.

Côté parisien, le match de jeudi contre Dunkerque avait laissé quelques traces. Après un choc peu avant la pause, Nikola Karabatic avait ressenti une douleur dans le coude droit et pour ne prendre aucun risque, "Noka" Serdarusic avait préféré le conserver sur le banc. Ce dimanche, la prudence était toujours de mise puisque c'est sur ce même banc que "Niko" a attaqué le match contre Veszprém. Henrik Mollgaard est associé à Luka Karabatic en défense centrale, Daniel Narcisse et Mikkel Hansen sont à la mène.

D'entrée, les Parisiens ont décidé d'emballer la rencontre, de surprendre les Hongrois en exploitant à la perfection les contres de leur défense et les relances d'un Titi Omeyer tout de suite mis à contribution (4-1 à la 7ème). A plusieurs reprises, la base arrière hongroise va s'entêter à chercher son pivot Nilsson, ce qui occasionnera quelques pertes de balle. Le PSG connait pourtant son 1er aléa au quart d'heure, lorsque Luka Karabatic doit quitter le terrain en se tenant le pouce droit (luxation ?). On ne le reverra plus. Ses partenaires connaissent quelques soucis en attaque placée, Veszprém en profite pour refaire une partie de son retard mais les Parisiens et leur locomotive Mikkel Hansen bénéficient toujours d'un temps d'avance (11-9 à la 22ème).

Après très exactement vingt-trois minutes et 45 secondes, Noka Serdarusic décide de lancer dans l'arène Nikola Karabatic et pour faire souffler Xavier Barachet, aligne une base arrière plutôt inédite avec Daniel Narcisse sur le côté droit, Hansen à l'opposé et Niko au milieu. L'aîné des frangins apporte du sang neuf, soulage son partenaire danois dans la conduite du jeu et comme Omeyer est chaud comme la braise, le PSG garde sa suprématie. Veszprém peut même s'estimer heureux, Alilovic, son portier croate a lui aussi, sorti de belles parades. Les deux gardiens se mettront tout autant en lumière dans le second acte (16-12 à la pause).  

Le retour sur le parquet ne change rien aux intentions des deux équipes qui essaient de mettre du rythme et de l'engagement. Les impacts sont plus rudes, les Hongrois plus solidaires. Avec Aron Palmarsson à la baguette, ils font preuve de plus de justesse alors que les Parisiens eux, précipitent un peu trop leurs actions (18-17 à la 36è). Mikkel Hansen n'a heureusement pas baissé d'intensité, "Titi" est toujours aussi incandescent, Abalo et Narcisse s'amusent comme des gamins à la foire du Trône.

Pourtant ils vont très rapidement perdre le sourire à l'amorce du dernier quart d'heure. Sur une attaque placée, Ivan Sliskovic se retrouve au sol. Le Croate de Veszprém en rajoute et un des arbitres islandais sort le rouge en direction de... Nikola Karabatic coupable d'une "mimine" mal placée. Une chape de plomb s'abat sur Carpentier d'autant que dans les quatre minutes qui suivent, tout réussit aux Hongrois (22-22). La tension est au plus haut, les fautes pleuvent, Paris un temps fébrile ne coule pas, bien au contraire. Hansen est toujours là (11 buts au total qui confortent avec 54 réalisations sa place en tête des buteurs européens), Narcisse et Abalo aussi. Alilovic et Omeyer se neutralisent mais le PSG est encore à portée de fusil. Pour mettre fin au suspens, Xavier Barachet intercepte, part à toutes enjambées et à 35 secondes du buzzer trompe le gardien croate (29-27). L'affaire est dans le sac, Pat' Annonay entré pour la circonstance, s'offre même le luxe d'arrêter un 7m d'Ilic. Paris signe une de ses plus belles victoires en Ligue des Champions.



les premières réactions....

Xavier Barachet (arrière droit du PSG)

"Il fallait bien qu'un jour on arrive à gagner contre Veszprém. On l'a fait en y mettant je pense, la manière. On a connu quelques temps faibles qu'on a su gérer. C'est sur ce type de réaction qu'on a progressé par rapport à l'année dernière. Pour ma part, je suis content d'avoir inscrit le dernier but après une interception. Je n'en avais pas fait beaucoup depuis le début de la saison et je suis ravi d'avoir pu apporter ma contribution. On a fait un match assez plein et on sent que le PSG commence à se forger une âme. Maintenant, il va falloir aller gagner chez les plus gros."

Thierry Omeyer (gardien du PSG)

"C'était important de gagner cette rencontre contre une équipe expérimentée. On a répondu présent dans l'engagement physique, dans l'intensité, le savoir-faire, on a proposé de très bonnes choses. C'est important déjà à domicile de montrer qu'on est forts. On ne s'est pas affolé dans nos temps faibles, on savait que ça serait un match difficile et que la décision se ferait à la fin avec des petits détails qui font la différence. Tout ça montre qu'on avance, qu'on progresse et qu'on a pris en maturité."

Luc Abalo (ailier droit du PSG)

"C'est un match référence mais à domicile, on doit montrer à nos adversaires qu'on veut gagner et qu'on n'est pas disposé à faire des cadeaux. Maintenant, il va falloir essayer de faire la même chose à l'extérieur. A Flensburg, c'était le début, on a perdu mais ensuite, on a rectifié le tir. On veut remporter tous les matches qui se présenteront et rester sur cette bonne dynamique. C'est un message qu'on adresse à tous les autres. Je me souviens à l'époque, Barcelone, Ciudad Real, Kiel, on savait que là-bas, c'était très difficile de s'imposer. Aujourd'hui avec Paris, c'est ce qu'on tente de mettre en place."



A Paris, Halle Carpentier, dimanche 25 octobre 2015 à 17h00
6ème tour de la phase de groupe de la LDC - groupe A
PSG Handball - MVM Veszprém:      29 - 27 (Mi-temps : 16-12)
3.500 spectateurs
Arbitres :
Jonas Eliasson & Anton Palsson (Islande)

Evolution du score: 2-1 (5è) 4-1 (7è) 5-4 (11è) 9-8 (19è) 11-9 (22è) 14-12 (27è) 16-12 (MT) 18-13 (32è) 18-17 (36è) 20-17 (39è) 22-18 (42è) 22-22 (48è) 24-23 (50è) 27-25 (55è) 27-27 (58è) 29-27 (Fin)

32ème minute... Mikkel Hansen passait par-là....  (images beIN SPORTS)


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités