mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC F : Fleury continue d'apprendre
LDC F : Fleury continue d'apprendre
25 Octobre 2015 | Europe > Champion's League

Ligue des Champions féminine (2ème journée).
Rejointes sur le gong par Ferencvaros Budapest (28-28), les championnes de France enregistrent leur deuxième match nul consécutif. Une déception en soi, après avoir mené de bout en bout et réussi un début de match somptueux. Un point appréciable, cependant, en vue de la qualification pour la seconde phase.

A Orléans, de nos envoyés spéciaux

Les contextes sont différents, mais le résultat est le même. Chasseur en Thuringe, dimanche dernier (27-27), Fleury-les-Aubrais s'est retrouvé chassé sur ses propres terres. Sa première victoire en Ligue des Champions lui était promise ; elle s'est dérobée à l'ultime seconde, sur la dernière possession. En marquant sur l'arc des 6 mètres, Anita Cifra, en pivot et en chasuble trouée, a ouvert la boîte de Pandore des palabres. Valable ou pas, ce vingt-huitième but de Ferencvaros ? Sans goal line technology à disposition, le duo d'arbitres lituaniennes a tranché en son âme et conscience, accordant le but... et un point aux championnes de Hongrie. Les réprobations de tout l'aréopage loirétain, jusqu'au président Gontier, les ont laissé de marbre.

Vu de Budapest, vu la liesse engendrée, ce match nul compte double. Il tient du miracle : jamais menées, en tête sans discontinuer depuis la sixième minute (2-1), les championnes de France disposaient d'un viatique de trois unités à trois minutes de la fin (28-25). Le décalage de Niombla pour Manon Houette, seule Panthère à 100 % de réussite (5/5), semblait avoir clos l'affaire. « On n'a pas été concentrées tout le temps, déplore Laura Kamdop. On perd des balles, on se précipite, on fait des erreurs qu'on paie tout de suite. » Dans l'ordre chronologique, un tir en appui de Pena (28-26), un duel perdu par Tounkara contre Schatzl (28-27), et le « litige Cifra » ont ruiné l'ouvrage, somme toute consistant, du FLH. « Ce match nul n'a pas la même saveur que la semaine dernière » assène la pivot. En Allemagne, « on a alterné le bon et le moins bon, alors que là, on est devant tout le long du match. »

Devant sans traîner, en prenant un départ pas loin de la perfection. Le sentiment diffusé par ces onze premières minutes de C1 sous le toit orléanais. Avec son sept majeur, Fleury jouait alors sur du velours. Bleu, estampillé EHF. Houette trouvait l'angle juste, Cabral (80e match de Coupe d'Europe) déroulait ses shoots soyeux, Kamdop marquait en bout de contre-attaque. Fusillant du regard celles qui venaient la défier, Zoqbi de Paula (45 % d'arrêts dans la première demi-heure) bondissait à droite, à gauche... Sept buts d'avance si tôt (8-1, 11ème) : d'ordinaire, ce sont les adversaires de Ferencvaros en NB 1 (le championnat magyar) qui prennent la foudre de la sorte...

La première vague de rotations (Cissé, Chavez...) fut neutre à la marque (12-5, 23ème). Le second roulement, avec les apparitions de Ngo Leyi et Agathe, a coïncidé avec la sortie de l'eau, progressive, du champion de Hongrie en titre. Le rééquilibrage amorcé avant la pause (13-10, 28ème) s'est confirmé au-delà. Szamoransky, au pivot (4/5), et Lukacs à l'aile droite (4/6), ont exploité une perte de vigilance et de fluidité côté loirétain. Sentant le vent tourner (20-19, 42ème), Zoqbi de Paula parait trois balles d'égalisation. Cabral (11/15, 3 passes et une interception rageuse sur sa compatriote Pena) et Niombla (4/7, 6 passes) reprenaient un peu de champ (25-22 à la 50ème). Pas assez pour parapher l'acte de naissance officiel de Fleury en C1.

« On est capables de faire de très belles choses, comme de très mauvaises, analyse Laura Kamdop, suggérant les 18 balles perdues par sa formation. Malheureusement, quand tu fais de mauvaises choses en Ligue des Champions, les équipes reviennent tout de suite. C'est dommage, parce qu'on méritait de gagner ce match. » Sur cette grande scène européenne que les filles de Fred Bougeant cherchent à apprivoiser, rien n'est jamais acquis. L'un des enseignements de ce dimanche frustant. Bien sûr, comme Ferencvaros (aucune défaite toutes compétitions confondues), Fleury reste invaincu dans ce premier tour. Oui, ses chances de voir la seconde phase de poules sont intactes. Mais pour être le mieux placé dans le tiercé de tête, empiler les égalités indéfiniment ne pourra pas suffire. En clair : à Koprivnica (Croatie), dimanche prochain, deux points vaudront mieux qu'un.

Trois questions à...

Alexandrina Barbosa : « On mérite de gagner »

Brillante sur la base arrière (11 buts), l’Espagnole a cru sauver la victoire des siennes en interceptant un ballon à une douzaine de secondes du terme. Les arbitres lui ont pourtant infligé une exclusion pour deux minutes sévère. De quoi laisser un goût d’inachevé à un match pourtant très réussi.

Finir ainsi, on imagine que c’est rageant…
C’est sûr. Dans les dernières minutes, nous devions mieux contrôler le match, on a manqué d’expérience dans les derniers instants. Nous aurions dû calmer et aurions été plus tranquille. Mais l’arbitrage a aussi un peu favorisé FTC, qui est en Ligue des champions depuis longtemps alors que nous sommes nouvelles.

Avant ça, Fleury réussit un match presque parfait
Je suis contente du travail de l’équipe, nous sommes vraiment sur le bon chemin. On gagne de l’expérience jour après jour mais aujourd’hui, on méritait de gagner le match. On va essayer d’effacer nos erreurs sur les prochaines rencontres, notamment mieux contrôler les derniers ballons. Il nous manque simplement une victoire, on espère l’avoir la semaine prochaine contre les Croates même si ce sera difficile, car elles aussi ont l’expérience de la Ligue des champions.

A titre personnel, vous deviez vous rattraper de votre match plus difficile à Thüringer ?
Retrouver Thüringer, après y avoir passé une très bonne année, c’était pas simple. Le public m’a très bien accueillie, tous les gens ont été gentils, je voulais faire un bon match là-bas… Je l’ai réussi aujourd’hui. Même si on n’a pas pu gagner au final, je le répète, je suis contente du travail de l’équipe.

Nerea Pena, arrière de Ferencvaros (photo ci-dessus) :
« C’est un point très important pour nous, on est très satisfaites de revenir avec ce nul à la maison. Notre début de match est catastrophique, on joue pas mal mais Darly a été très bonne, on ne prenait jamais les bonnes décisions face à elle, c’était très dur de marquer. Puis nous sommes revenues petit à petit, nous avons retrouvé notre jeu. C’était très physique, i a fallu beaucoup courir. A la fin, on prend les bonnes décisions et on obtient un très bon point. »

Propos recueillis par Pierre Menjot

FLEURY 28 – 28 FERENCVAROS
Mi-temps : 14-11. 2300 spectateurs environ. Arbitres : Kijauskaite et Zaliene (LIT).

FLEURY : Agathe (0/1), Barbosa (11/14 dt 0/1 pen), Chavez (0/1), H. Cissé, Doucouré, Fernandez (1/4), Houette (5/5 dt 2/2 pen.), Kamdop (3/4), Lopez, Miño, Ngo Leyi, Niombla (cap, 4/6), Nze Minko (3/6 dt 2/2 pen), Tounkara (1/3). Gardiennes : Zoqbi (60 min, 17 arrêts) et Foggea. Entraîneur : F. Bougeant.

FERENCVAROS : Cifra (1/1), Hafra, D. Hornyak (1/2), M. Kovacsicz (2/3), Lukacs (4/6), Meszaros, Szamoransky (4/5), Pena (5/12), Schatzl (1/2), Szarka (1/2), Szekeres (1/1), Szekerczes (4/4 pen), Zacsik (3/6), Szucsanszki (cap, 1/6). Gardiennes: Szikora (60 min, 16 arrêts dt 1 pen) et Hlogyik. Entraîneur : G. Elek.


© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La Coupe de France en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision

la Nationale 1 Elite en Live avec Handvision