mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Montélimar-Cruas (se) régale enfin
Montélimar-Cruas (se) régale enfin
25 Octobre 2015 | National > Nationale 1M

Montélimar-Cruas  41 – Bagnols 27

Ce derby à sens unique a réveillé une équipe en mal de points et de repères depuis le début de la saison. Tout n’est pas réglé pour le MCHB, mais la victoire fait un bien fou.

A Montélimar
Arbitres : MM. Dewaele et De Sousa
Mi-temps: 19-7
Pour Montélimar-Cruas :
Gardiens : Nungovitch 46’ et 15 arrêts, Horvath 14’ et 6 arrêts dont 1P.
Buteurs : Klimek 1/1, Manifacier 5/6, Alves 2/3, Arnaud 8/10, Christin 2/2, Grujicic 5/5, Pavlovic 2/5, Galas 4/9, Fernandes 4/4, Georgievski 8/11.

Pour Bagnols :
Gardiens : Zabar 30’ et 6 arrêts, Vass 30’ et 2 arrêts.
Buteurs : Pons, Amblard 4/6, Daragon 2/6, Aniol 6/14, Saperes 0/2dont 0/1P, Tourraton 9/13 dont 0/1P, Hassad 0/2, Neboit 0/2, Menager 2/7, Laout 1/4 dont 1/1P.

Alors que le MCHB balbutie son handball en ce début de saison et qu’il restait fort logiquement sur trois défaites consécutives, le promu Bagnols abordait cette 5ème soirée de championnat à égalité  de points avec son hôte grâce à deux très bons résultats nuls dont celui retentissant à Nice (30-30). L’équipe de Tricon était donc parfaitement avertie des possibles difficultés à venir dans ce match. Si ce n’était pas suffisant, elle pouvait encore se remémorer sa sortie de piste en Coupe de France dans le Gard voilà deux petites saisons alors quel HBGR évoluait en N2. Au final, le MCHB ne s’était jamais amusé contre son voisin, « même en amical », comme le soulignait le manager montilien.

Sauf vendredi soir  où tout a été facile ou presque et qu’il y a eu parfois une bonne division d’écart entre les deux voisins. « Cette victoire fait du bien, soufflait le président Lanfray en fin de match. On n’était mal récompensé depuis le début de saison, notamment à Montpellier. Le score est large, peut-être que Bagnols ne méritait pas une telle défaite ».

Laurent Lanfray : « On n’était pas récompensé depuis le début de saison »

Face à cette équipe, que tout le monde imaginait sans complexe, le MCHB avait l’obligation de se rassurer. En prenant des points d’abord mais aussi en maîtrisant son jeu, son énergie, ses émotions. « On cherche encore la bonne formule », avouait Nicolas Tricon qui dans sa réflexion de jeu devait ajouter le forfait de Nathy Camara, souvent convaincant depuis début septembre. Sans doute pour n’inquiéter personne de l’absence de l’habituel feu-follet, Quentin Arnaud, à cours de préparation et pour son premier match, se chargeait d’ouvrir les hostilités pour finalement sortir un probant 8/9 au bout de soixante minutes parfaitement négociées. «  On avait un peu de pression suite à ces trois défaites consécutives. Au final, je me suis bien amusé pour cette rentrée ».

Un temps accroché, le MCHB, sans vraiment faire preuve de génie, a imprimé son rythme, limité le déchet et s’est envolé jusqu’à mener 15-6 (23è).  Et ce pour plusieurs raisons : d’abord l’étonnante passivité de Bagnolais que l’on attendait virevoltants mais qui n’étaient que l’ombre d’une pâle équipe de N1, accumulant d’incroyables maladresses techniques. Ils perdaient en plus  Saperès, sévèrement touché à la cheville et évacué sur civière, pour ne rien arranger à leur désarroi. Et puis, Chris Nungovitch, chaud et show, gagnait plus de 60% de ses duels (12/19) au cours d’une première période à sens unique. La barre des 30 buts était atteinte après 47 minutes seulement et le pire était craint pour des Gardois pourtant soutenus par une bruyante colonie de supporters.  A l’arrivée du cavalier seul, 17 buts d’écart  et un succès qui relance le MCHB vers un classement plus en relation avec ses ambitions.

Lilian Bernard pour

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités