mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: Montpellier en est-elle capable ?
LNH: Montpellier en est-elle capable ?
29 Octobre 2015 | France > LSL

Ce jeudi, l'équipe de Montpellier peut elle barrer la route à Paris ? Dans un championnat où St Raphaël s'accroche, Créteil fait sensation, Chambéry et Nantes refont surface, le PSG semble évoluer sur une autre planète. Mais qui aurait pu en douter ? Certainement pas Patrice Canayer, l'entraîneur héraultais.   

par Yves MICHEL

Le championnat du moins pour l'attribution du titre, va-t-il se jouer dès la 8ème journée ? Qui peut rivaliser avec Paris ? Pas grand monde mais ça, on s'en doutait avant même que la saison ne commence. Que peut faire Montpellier qui accueille le PSG ce jeudi dans une Aréna copieusement garnie ? Pour Patrice Canayer, les Parisiens dominent la mêlée et rien ne semble pouvoir les arrêter. Le technicien héraultais est pourtant satisfait du rendement de son équipe.
 
Si Paris s’impose à Montpellier, la 1ère place est-elle jouée ?
Oui, certainement (sourires). Pas parce qu’à la 8ème journée, Paris est devant mais parce qu’ils ont une équipe taillée pour perdre très peu de matches. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont eux. C’est évident qu’aujourd’hui, ils écrasent le championnat de manière assez forte.

A quel niveau faut-il situer Montpellier actuellement ?
Je n’évalue pas l’équipe sur la dernière semaine mais plutôt sur ce qu’elle a fait depuis le début de la saison. L’an dernier, on termine 2ème avec 10 points d’avance sur le 3ème et on perd à la régulière contre Paris. En Ligue des Champions, on est éliminé en 8èmes après être allé gagner à Kielce. Je considère qu’on a fait une très bonne saison. Cette année, on part avec des ambitions intéressantes mais il a fallu composer avec quelques imprévus de taille : le départ de Tej, les blessures de Grébille et Kavticnik. Aujourd’hui, avec un calendrier difficile, en championnat on est dans les clous puisqu’on se retrouve entre la 2ème et la 3ème place.  

En Ligue des Champions, c’est moins évident…
Avec l’effectif qui est jeune, il faut apprendre à gérer la juxtaposition des matches de LNH et de LDC. Peut-on être à 200% tous les trois jours parce qu’on n’a pas d’autre alternative ? Rien n’est moins sûr mais en tout cas, on essaye.  Par moments, on fait de très bons matches, par moments, on passe à côté. Mais globalement, je suis content de notre progression.

Diego Simonet par exemple, n’a pas retrouvé le niveau de l’an passé…
Diego est un jeune joueur qui a énormément progressé et qui a été remarquable la saison dernière. Il est parti cet été en sélection pour disputer  les Jeux Panaméricains, il ne s’est pas reposé et il est revenu fatigué et blessé. Aujourd’hui, il le paye. C’est ce que je lui ai expliqué.  Quand tu veux mener le jeu et être le boss d’une équipe comme Montpellier, il faut être en pleine possession de ses moyens. Il a eu du mal à tout digérer. Mais je ne suis pas inquiet, petit à petit, il va retrouver son meilleur niveau.

Le fait que Guigou ait décidé de rester est-il un soulagement ?
C’est plutôt une bonne nouvelle. Après, les discussions ont porté sur l’aspect financier. C’est normal que les clubs tout comme les joueurs aient ce genre de préoccupation, c’est normal que les discussions soient âpres. Mais un club ne peut pas dépenser sans compter, Michaël le savait dès le départ. N’oublions pas qu’il y a un an et demi, on était aux portes du dépôt de bilan.

Faut-il se focaliser sur la 2ème place ou garder espoir pour le titre ?
On n’a jamais annoncé un classement particulier.  On est engagé dans deux compétitions et notre objectif est de jouer à fond tout ce qui se présente.  Aujourd’hui, je ne sais pas de quoi on est capable.

Au-delà de la victoire, qu’est ce qui  serait positif face au PSG ?
Je dirais que la saison dernière, les deux matches contre Paris me sont restés en travers de la gorge (défaites à Paris 36-20 et à Montpellier 28-32). Ce qui m’a frustré c’est qu’on a été incapable d’évoluer à notre valeur. A la fin quand on perd le championnat, on est déçu mais le titre revient à une équipe qui nous a battus deux fois largement à la régulière. Donc j’espère que cette fois, on sera en mesure de rivaliser un peu plus. Il faudra de toute façon qu’on se transcende pour faire un bon résultat.

Du côté du PSG, après l'éclatant succès dimanche en Ligue des Champions face aux Hongrois de Veszprém, tout va pour le mieux. L'incertitude plane cependant sur la participation de Luka Karabatic touché au pouce droit.



    Une soirée de mercredi où St Raphaël et Créteil avaient la banane

Contre mauvaise fortune, bon cœur. Toulouse a encore perdu dans les toutes dernières secondes de son match face à Créteil. Sergio De La Salud (notre photo ci-dessus) qui passait par-là au bon moment, a inscrit le but victorieux (30-31). "Le coach a posé un temps mort, explique le demi-centre cristolien. Sur l'action, on devait faire un décalage à l'aile, ce n'était pas à moi de tirer mais cela ne s'est pas déroulé comme prévu donc comme il ne restait que 3 secondes à jouer, j’ai pris la décision de tirer et c’est passé." Pourtant les hommes de Gardent avaient mené pendant 54 minutes... Ils concèdent leur 3ème défaite à domicile, les Cristoliens eux, valident leur 2ème succès à l'extérieur.

Saint Raphaël avait raison de se méfier de Nîmes puisque les Varois ont du attendre les dix dernières minutes pour faire la différence. Jusque-là, l'USAM avait tenu tête et pris par moments les devants (17-19 à la 32ème). Mais quand Caucheteux n'a pas le bras qui tremble, que Popescu met les barbelés malgré un Saurina qui ne tient pas en place dans le camp nîmois, St Raphaël n'a pas à s'inquiéter (35-33).



                                  Chambéry et Nantes aussi....

Nantes avait besoin d'un succès net et sans bavure. Mission accomplie face à une toujours aussi pâle équipe de Tremblay qui a vu débouler sur elle, une horde d'affamés (32-26). Nicolas Tournat (notre photo) qui culmine à 2.00 m pour 116 kg a horreur des régimes. Il s'inspire de son aîné Valero Rivera (8 buts dont 4/4 à 7m) pour se tailler lui aussi la part du lion. Avec un 7/7, le pivot champion du monde nantais a été magistral. Pour Tremblay, après le mur, le précipice n'est plus très loin. 

Cesson rentre (provisoirement ?) dans le rang, Chambéry était trop fort et on comprend mieux la raison pour laquelle les dirigeants savoyards ont prolongé le bail de Yann Genty jusqu'en 2020 ! Avec 17 arrêts, le gardien a été déterminant et a soulevé le Phare. Tout comme Matulic (5/5) et Bicanic (6 buts). Malgré un encore bon Kévin Bonnefoi (14 parades), les Bretons eux ont couru après un écart qui n'a cessé d'augmenter à partir de la 10ème minute, sans résultat puisqu'à la fin, l'addition est salée. "En marquant 19 buts, on ne peut pas espérer grand chose, pestait Yérime Sylla. Nous devons prendre de la confiance mais je ne comprends pas où elle est partie !" Et Chambéry signe son 3ème succès de rang (27-19).



Ivry fait décidément plaisir à regarder jouer. Le principe est simple: défense - montée de balle - attaque - repli. Cela n'avait pas trop fonctionné à Toulouse, cela a parfaitement marché face à Pays d'Aix. "Il fallait qu'on s'impose à domicile, notait Rastko Stefanovic. En plus, on maintient un petit écart entre nous et les deux derniers. Maintenant, l'objectif sera d'aller gagner à l'extérieur." Dans l'équipe francilienne, outre la défense, les pivots Mathieu Bataille (notre photo) et Mikhaïl Chipurin ont été les plus en vue. Le Russe arrivé cet été, notamment (7/8). "Mais cela ne m'étonne pas, s'offusque presque l'entraîneur ivryen. On savait que c'est un joueur de très haut niveau, capitaine de la sélection nationale, donc expérimenté. On n'est pas mécontent de l'avoir fait signer." Jamais les Provençaux n'ont touché terre. Jérôme Fernandez pris en stricte, Guardiola qui a oublié que le hand se pratique aussi en courant, une défense souvent distraite, seul Aymeric Minne (7/8) est venu apporter une note chamarrée à un tableau bien sombre (34-30).   

Quand les joueurs se prennent enfin en charge, cela conduit au sursaut d'orgueil qu'a eu Chartres à Dunkerque. Dans le Nord, un dirigeant visionnaire avait mis en garde tout son monde sur une réaction potentielle d'une équipe qui venait de virer son entraîneur. Régis Giunta avait vu juste ! Plus 5 pour les Euréliens après 19 minutes, 13-16 à la pause, Dunkerque passe devant à la 36ème, compte jusqu'à cinq longueurs d'avance (27-22 à la 47ème) mais Chartres dans le sillage d'un excellent Robin Molinié (11 buts) s'accroche, remonte et rafle le point du partage à deux minutes du terme (29-29).  

FENIX TOULOUSE - US CRETEIL                   30-31  (MT: 15-13)

Statistiques du match


*****************************

HBC NANTES - TREMBLAY EN FRANCE         32-26  (MT: 17-9)

Statistiques du match


*****************************

CHAMBERY SAVOIE HBCESSON RENNES     27-19  (MT: 14-10)

Statistiques du match


*****************************

UNION SPORTIVE IVRY - 
PAYS AIX UC        34-30  (MT: 19-11)

Statistiques du match

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - USAM NIMES             35-33  (MT: 16-16)

Statistiques du match

*****************************

DUNKERQUE HGL - CHARTRES MH 28            29-29  (MT: 13-16)

Statistiques du match


Reste à jouer....

MONTPELLIER HANDBALL - PARIS SAINT-GERMAIN HANDBALL

diffusé sur beIN SPORTS 1

Pronostic : PSG Hand

Date et Heure :
Le 29/10/2015 A 20:45:00
Lieu :
ARENA
Route de la Mer  -  PEROLS
Lien Google Maps vers la salle 

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités