mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: Ailleurs, les délégués ne papillonnaient pas
LNH: Ailleurs, les délégués ne papillonnaient pas
12 Novembre 2015 | France > LNH

Gâchée à Montpellier par la légèreté des officiels à la table de marque, la 9ème journée de D1 masculine retiendra la bonne opération de St Raphaël qui rejoint Paris en tête du classement mais aussi le derby du Val de Marne remporté avec la manière par Ivry à Créteil.

par Yves MICHEL

Lorsqu'on feuillettera l'album des saisons qui passent, il y aura les résultats bien-sûr, les plus beaux buts, les meilleurs arrêts, l'équipe la plus couronnée et puis ces péripéties venues d'ailleurs. Quelques inconscients qui parient contre leur équipe, un joueur qui essuie sa mâchoire sur l'épaule d'un adversaire, un entraîneur qui baisse son pantalon en laissant deviner le contour de ses fesses potelées et depuis ce mercredi, cette feuille de match qui ressuscite un Montpelliérain pourtant dans les tribunes et qui oublie celui qui vient de rentrer. Heureusement, la 9ème journée, c'était autre chose. Des matches sans trop d'histoire avec des arbitres et une table à la hauteur et des joueurs qui étaient bien présents au moment de scander leur nom.

Ivry étouffe le derby du Val-de-Marne

C’est finalement sympa un derby. Surtout dans le Val de Marne. Avec une salle de Créteil pleine à craquer, un public connaisseur et enthousiaste, des gamins qui piaillent à tout rompre et sur le terrain, deux équipes motivées comme jamais car la suprématie départementale et une bonne opération au classement sont en jeu. «Evidemment que venir jouer à Créteil a une saveur particulière, avoue Pascal Léandri, le directeur de l’US Ivry. Les supporters des deux clubs étaient bien représentés, cela démontre qu’un seul et même département a les moyens d’avoir deux équipes de haut niveau. Mais on a dépassé cette notion d’orgueil de battre Créteil. On est juste heureux de l’avoir fait. » Car c’est un peu la surprise du jour, les "Noir et Blanc" sont allés s’imposer chez les "Bleus". Comme d’ailleurs les deux dernières fois que les deux formations s’étaient rencontrées en championnat. Un succès mérité et parfaitement construit par des Ivryens qui ont fait la course en tête du début à la fin. Le scénario s’est écrit comme si les Cristoliens pourtant à domicile étaient soudain sans repères, étonnamment maladroits, presque livrés à eux-mêmes et incapables de trouver la moindre solution lorsqu’au tableau d’affichage, l’espoir de revenir à hauteur s’était évanoui (20-29 à la 47ème). « C’est certainement plus mental que technique, on n’a pas su jouer en équipe et en mouvement constate totalement dépité le coach Christophe Mazel. On avait à assumer un rôle de favori mais ce costume est pour l’instant trop grand pour nous. On a manqué de solidarité surtout lorsque le jeu a commencé à se déliter. Ce soir, la seule équipe que j’ai vue, c’était celle d’Ivry. » Dans le sillage de Mahamadou Keita (7/8), champion du Monde juniors cet été et d’un Benjamin Bataille, métronomique (7/7), de deux gardiens (Chapon et Gervelas) omniprésents, Ivry n’a jamais vacillé et s’est logiquement et nettement imposé (30-36). Ce succès, Fabien Ruiz l'a savouré un peu plus que les autres. A une semaine près, il coïncide avec la naissance d’un petit Alessio que le nouveau papa était fier de présenter à toute l’équipe. « C’est un clin d’œil sympa, non ? Il nait et on bat Créteil (rires). Plus sérieusement, c’est bien surtout pour l’objectif maintien. Cela s’est passé comme on l’avait souhaité. Une bonne entame, ne pas les laisser revenir une fois devant, les étouffer et tenir le rythme. Et puis ce derby, c’est spécial. Il faut montrer qu’au-delà du budget, du classement, on est meilleur qu’eux sur le terrain. On est conscient de notre force, de notre collectif et cela nous donne encore plus envie de travailler et de continuer sur cette dynamique. »  Pour Créteil, après un bon résultat à Toulouse, c’est un nouveau coup d’arrêt. « Espérons que cela ne se renouvelle pas, lance Christophe Mazel. Il ne faut pas tout remettre en cause. Cela prouve que lorsqu’on sort du chemin, on n’est plus performant. » La formation cristolienne dont l’infirmerie est encore bien garnie (Grosas, Siakam, Descat et peut-être Sissoko qui est sorti en fin de match touché à la cheville) n’a pas terminé son apprentissage parmi les grands. Tout comme d’ailleurs Ivry qui dès la semaine prochaine, sera au révélateur de Nantes.



Chartres continue à apprendre

L'autre promu de la saison dernière a failli causer une sacrée surprise. Pour n'avoir pas su négocier les dix dernières minutes, Chartres, le dernier s'est incliné à domicile face à St Raphaël, le 3ème, de deux buts (22-24). Sans l'incroyable déchet de ses attaquants (1/10 pour Molinié, 1/5 pour Kudinov, 1/4 pour Kieffer) et 11 pertes de balle, les Euréliens auraient pu espérer mieux. Pourtant, alors que les Varois avaient fait le trou (16-21 à la 45ème) et qu'ils prenaient leur élan pour terminer en boulet de canon, les Chartrains ont arrêté l'hémorragie en passant un 3-0. A l'expérience, St Raphaël va gérer le dernier quart d'heure butant toutefois sur un excellent Nebosja Grahovac dans les cages adverses. Ce revers aussi paradoxal que cela puisse paraître est encourageant pour les partenaires de Thomas Capella. Le groupe chartrain attend désormais le nouvel entraîneur tant convoité puisque Jérôme Delarue est appelé à d'autres missions (centre de formation) au sein du club. Certains joueurs d'ailleurs déplorent la situation, affirmant s'être parfaitement adaptés à celui qui a pris la suite de Pascal Mahé. Les coéquipiers de Raphaël Caucheteux (notre photo) réalisent la bonne affaire du jour en profitant également du point perdu par Montpellier face à Nantes, pour doubler les Héraultais et revenir à hauteur du PSG qui compte un match en moins.

Encore un nul pour Aix

La meilleure remontée au score est à mettre à l'actif de Pays d'Aix face à Dunkerque. Les Nordistes seraient bien inspirés de (re)lire la fable "Le lièvre et la tortue". A 7-12 après 23' de jeu, la cause paraissait entendue. Les Provençaux peu aidés par des gardiens et une défense perméables revivaient le scénario du match d'Ivry où ils n'avaient pas touché terre. A cela plusieurs raisons: leur maladresse dans la finition mais aussi et surtout la réussite du tandem dunkerquois Soudry-Nagy et un excellent Annotel dans les cages. Les Aixois vont réagir peu avant la pause sans jamais passer en tête (15-16 à la 35ème). Les joueurs de Patrick Cazal vont se mettre à douter face à un Erevik requinqué et manquer de fraîcheur, laissant les minots du PAUC, Loesch (20 ans) et le désormais indispensable Aymeric Minne (18 ans) leur causer bien des tracas. La rencontre venait de basculer. Pourtant les Nordistes ne vont rien lâcher et alors que les locaux auraient pu s'imposer, l'USDK va revenir dans la dernière minute en inscrivant les deux buts nécessaires à l'égalisation (27-27).  

Théophile Caussé tricard ? Ayant annoncé à ses dirigeants qu'il quittait le club à la fin de la saison pour Montpellier, le jeune ailier dunkerquois pourtant en pleine possession de ses moyens physiques est resté à quai dans le Nord. Patrick Cazal peut-il s'offrir le luxe de se passer sur une longue durée d'un élément aussi talentueux ?



Nul à l'ancienne en Bretagne

Cesson marque vraiment le pas et à domicile s'habitue au partage des points (28-28). Après un départ en trombe, un temps faible puis une course en tête jusqu'à trois minutes avant la fin, ils n'ont pas su endiguer le retour nîmois. Si Kevin Bonnefoi s'est encore illustré dans les cages (16 arrêts), Léo Leboulaire (6/6 - notre photo) n'a pas été en reste, tout comme son partenaire Wilson Davyes (6/10). A Nîmes, si Yassine Idrissi a connu moins de réussite qu'à l'accoutumée (8 arrêts), le jeune Steven George est toujours au rendez-vous (5 buts), tout comme Podsiadlo et Saurina.

Il reste deux rencontres à disputer pour le compte de cette 9ème journée:

Ce jeudi soir (à 20h45 sur beIN Sports 1), Chambéry accueille Toulouse. En cas de victoire, les Savoyards auraient l'occasion de gagner deux places et passer 5èmes. Pour Toulouse, un succès leur permettrait de recoller au duo Dunkerque-Ivry à la 9ème place.

Le PSG attendra dimanche avant de rencontrer Tremblay puisque ce jeudi à 18h45, les Parisiens disputent un match pour la 1ère place du groupe de Ligue des Champions à Kiel. En championnat, les partenaires de Nikola Karabatic qui profitent indirectement du point perdu à domicile par Montpellier face à Nantes (voir le résumé et les péripéties qui ont perturbé la rencontre, ICI), peuvent garder toute leur sérénité même si St Raphaël les a rattrapés.


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La Golden League
à Clermont-Ferrand et Boulazac
en live avec Handvision