mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC: le PSG en mode "killer"
LDC: le PSG en mode "killer"
12 Novembre 2015 | Europe > Champion's League

Le 1er à Flensburg avait été raté, le 2ème à Kiel est une parfaite réussite. Le retour en Allemagne sourit cette fois au PSG 2015-2016 qui grâce à un Titi Omeyer hors norme en 1ère période et une abnégation collective en seconde, s'impose à la Sparkassen Arena (26-30) et consolide du coup son fauteuil de leader du groupe A de Ligue des Champions.

par Yves MICHEL

C’est ce qu’on pourrait appeler une prémonition. Quand "Kieler Nachrichten", le quotidien régional titrait ce jeudi matin "Kiel-Paris, le choc des géants" avec à la une de la page handball une photo les deux poings levés de Thierry Omeyer qui a fait son temps sur les bords de la Baltique entre 2006 et 2013, l’image ne pouvait pas mieux préfigurer ce qui allait se passer quelques heures plus tard.

"Titi" respecte les clubs par lesquels il est passé mais dès qu’il fait son entrée sur le parquet, il n’a aucune compassion pour ses anciens coéquipiers et ces supporters qui l’ont adulé comme une légende. Le fauve est en cage et dans un excellent jour (mais comment ne pas l’être dans l’environnement de la Sparkassen Arena et ses 10 000 ambianceurs ?), il est capable de toucher la perfection. C’est exactement ce dont va bénéficier le PSG pendant toute la 1ère période. Un gardien hors norme qui enfile les arrêts à finir par écoeurer les Duvnjak et autres Vujin. Le calcul est simple. Sur les 20 parades à l’actif du portier français, 15 ont été réalisées dans ces 30 premières minutes. A la pause, Thierry était rentré au vestiaire avec 60% de réussite, au final, il sortira du terrain à 43%. Cette statistique fait office de point de repère dans une rencontre que les Parisiens ont gagnée mais en montrant deux attitudes bien distinctes. Fluide et à qui tout réussit avant la pause, un peu plus besogneuse mais solidaire dans le second acte.

Le PSG débute avec une base arrière plutôt inédite notamment sur le côté droit puisque Onufryienko tient seul la baraque en l’absence de Xavier Barachet, blessé. L’Ukrainien sait qu’il joue gros sur cette sortie mais c’est le moment ou jamais de montrer sa vraie valeur. Après un temps d’adaptation à l’image de l’équipe (dans les 5 premières minutes), il va s’avérer déterminant. Ce match à Kiel va véritablement le révéler au point de terminer meilleur buteur de la soirée avec 7 réalisations.

Dans ces trente premières minutes donc, le PSG réalise le parcours idéal. Titi (on l’a déjà souligné) a installé les barbelés, la défense centrale avec tantôt Molgaard, tantôt les frangins est intraitable et chaque ballon gratté est exploité intelligemment. Le jeu rapide fait son effet, si bien que le bloc allemand est totalement déstabilisé. L’entraîneur Alfred Gislason alterne les solutions mais rien ne semble fonctionner. Et même quand Paris va se retrouver en double puis simple infériorité numérique après 20 minutes de jeu, ce qui aurait pu prendre les allures de temps faible, la séquence sera plutôt bien gérée. En face, les buteurs maison sont en échec, a contrario Narcisse, Onufryienko, Abalo et un Samuel Honrubia qu’on n’a jamais vu aussi à l’aise depuis le début de la saison, alimentent le capital. Mikkel Hansen reconverti plutôt dans un rôle de distributeur et Nikola Karabatic de nettoyeur se feront plus discrets. Peu importe, les autres répondent présents (10-16 à la pause).

Les supporters allemands font toujours autant de boucan et attendent une saine réaction de leurs joueurs. Défaite interdite à la Sparkassen arena, cela fait 4 ans et un mois que cela dure depuis le succès de Montpellier dans cette même Ligue des Champions. Le retour sur le parquet est sur les mêmes bases que le début de la rencontre. Kiel tente d’imposer son tempo, le PSG est un peu plus dans le dur mais parvient à maintenir une avance confortable. Plus le temps passe, plus la pression allemande se fait sentir, Nikola Karabatic prend sa 2ème exclusion en six minutes, la gestion du banc va s’avérer décisive. Pour autant, pas d’affolement, l’équipe de Serdarusic est toujours en tête (17-22 à la 41ème).  C’est un Duvnjak totalement retrouvé et un Igor Anic arrivé sur les bords de la Baltique en octobre dernier qui vont remettre (enfin ! au goût du public) le THW dans de meilleures dispositions.

Face à Niklas Landin un peu plus dans l’anticipation, le PSG ne parvient plus à marquer, enchaîne les refus de jeu (23-24 à 8’ du buzzer) mais reste totalement solidaire. Mikkel Hansen retrouve au bon moment ses sensations de buteur et "Titi" démine les derniers pétards de Vujin et Duvnjak. Tout est encore possible mais l’épilogue est en faveur des Parisiens qui gèrent avec sang-froid le money-time pour signer un authentique exploit (26-30) prouvant que l’éclatante victoire à domicile face aux Hongrois de Veszprém n’était pas qu’une heureuse péripétie.

Le PSG a confirmé son appétit européen et a fait un pas de plus vers l’essentiel. Rien n’est acquis, il faudra montrer le même visage dans neuf jours à Carpentier, face à ce même Kiel.


Ligue des Champions - Groupe A - 7ème journée
A Kiel, Sparkassen Arena
10 000 spectateurs

THW Kiel - PSG Handball        26-30  (MT: 10-16)

Arbitres: Nenad Krstic & Peter Ljubic (Slovénie)

THW Kiel
Gardiens: Landin (14 arrêts à 39%) - Katsigiannis - Joueurs de champ: Anic (3/3), Canellas (4/7), Dahmke (3/5), Dissinger (1/2), Duvnjak (4/9), Sprenger (3/6), R. Toft Hansen (1/3), Vujin (5/13), Weinhold (2/3), Williams, Ekberg, Ferreira, Mamelund, Oprea

absents: Wiencek (genou), Klein, Jansen

PSG Handball
Gardiens: Omeyer (20 arrêts à 43%) - Annonay - Joueurs de champ: Abalo (3/6), Hansen (4/6), Honrubia (4/7), Luka Karabatic (2/6), Nikola Karabatic (3/11), Mollgaard (1/1), Narcisse (6/8), Onufryienko (7/9), Gunnarsson, Kounkoud, M'Tima, Melic, Vori

absents: Accambray (genou) Barachet (cheville)

Evolution du score: 3-1 (4è) 3-3 (5è) 3-8 (12è) 6-11 (18è) 8-11 (20è) 10-16 (MT) 13-16 (32è) 14-21 (39è) 19-24 (45è) 23-24 (52è) 23-26 (53è) 25-26 (55è) 25-28 (57è) 26-30 (Fin)

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision