mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Metz réchauffe les cœurs
Metz réchauffe les cœurs
15 Novembre 2015 | Europe

Les Mosellanes ont battu Viborg en 16e de finale aller de la Coupe des Coupes (26-23). Le contexte pesant n'a pas déstabilisé les filles de Jérémy Roussel, brillantes en première période et réactives dans le dernier quart d'heure. Elles sont bien parties pour se qualifier, même si Marie-Paule Gnabouyou et ses partenaires sont loin d'avoir abdiqué.

Jouer. Malgré l'horreur de la veille. Malgré l'émotion, le deuil de toute une nation. Metz ne s'est pas rangé derrière Fleury-les-Aubrais (Ligue des Champions) et Nîmes (EHF), où les matches européens féminins du week-end ont été reportés. Le seizième de finale aller de C2 contre Viborg a été maintenu. « Il ne faut pas plier. Il est indispensable que la barbarie et le terrorisme n'entravent pas nos libertés, même pour un match de handball » s'en est expliqué Thierry Weizman. Autour du président lorrain, au centre de l'arène, trois édiles et un enfant portant un drapeau tricolore. S'ensuivit une minute d'applaudissements, puis un moment de recueillement. Bras dessus, bras dessous, Marie-Paule Gnabouyou et Nina Kanto se sont soudées, Rikke Skov a tenu l'épaule de Laura Glauser.

On a donc joué au hand, le samedi 14 novembre. Très bien, côté messin, en première période. Jeu épuré, capables de faire durer une possession danoise près de trois minutes sans dommages, lobant Poulsen sans modération, les Dragonnes ont mené 11-6 à la 24e minute. « Mais on a un peu flanché dans les cinq dernières minutes » constate Laura Glauser. La défense 3-2-1, déployée comme en LFH face à Fleury-les-Aubrais (32-28), a demandé « beaucoup d'énergie, beaucoup de concentration » valide la gardienne internationale. Ce qui a fait défaut de part et d'autre de la pause, où Metz a encaissé un 7-0 des œuvres de Norgaard et Gnabouyou (11-13, 33e). « On a su remettre du rythme. On a surtout couru, note la Frenchie du Jutland (photo ci-dessous). Et puis on est redevenues des gentilles filles, en laissant les Messines jouer. » La liaison entre arrière rétablies, le triangle défensif reformé, Gros (6 buts, 6 passes), Smits (ventre à terre pour gratter un ballon) et Luciano (22-20 en contre-attaque, 52e) se sont rebiffées.

Avec un matelas de trois buts, qui aurait pu être épaissi si Laura Flippes avait converti sa balle de +4 à l'avant-dernière minute, Metz se trouve en position avantageuse en vue de la manche retour, samedi prochain (16h30). « Je ne veux pas m'avancer, mais avec cet écart, on est en capacité de se qualifier » pense Laura Glauser. « Je suis forcément déçue, mais je suis persuadée qu'on peut inverser les rôles, répond Marie-Paule Gnabouyou. Trois buts, ce n'est rien... » Pour son coach, c'est sûr, il n'y en a que deux à remonter. La vingt-quatrième réalisation de Viborg se serait perdue dans la nature en seconde période. Pour en avoir le cœur net, Allan Heine Pedersen et son staff ont réclamé la vidéo de la soirée dans les couloirs des Arènes et le vestiaire des officiels. Du chagrin à la confusion...

*************************

METZ – VIBORG (DAN) : 26-23 (11-11)
3962 spectateurs. Arbitres : Mmes Ilieva et Karbeska (MCD).

METZ : Aoustin 2/3 ; Kanto (capitaine) 4/5 ; Gros 6/12 (3/3 penaltys) ; Luciano 3/3 ; Smits 4/7 ; Zaadi 5/7 ; puis Burlet ; Flippes 0/3 ; Horacek 1/3 ; Lévêque 0/1 ; Maubon ; Pop-Lazic 1/2. Gardiennes : Glauser (48 mn, 8/27 arrêts) puis Rajcic (12 mn, 2/7 arrêts). 2 minutes : Pop-Lazic (26'), Smits (31'). 10 pertes de balle. Entraîneur : J. Roussel.

VIBORG : Böhme 1/2 ; Gnabouyou 2/5 ; L. Jensen 1/5 ; Norgaard Osterballe 4/9 (1/1 penalty) ; Skov (capitaine) 4/10 ; Thomsen 1/2 ; puis Balle 1/1 ; Bognar 1/3 ; Lyksborg 3/4 ; Seglem 4/6 ; Storgaard 1/1. Gardiennes : Poulsen (34 mn, 5/24 arrêts) puis Brun (26 mn, 8/15 arrêts). 2 minutes : L. Jensen (10'), Gnabouyou (37'), Seglem (57'). 12 pertes de balle. Entraîneur : A. H. Pedersen.

Issy-Paris s’impose en Allemagne !

Dans une salle pleine à déborder, Issy-Paris a livré un vrai bon match, ce dimanche, chez les vice-championnes d’Allemagne. Dépassées en début de match (9-4, 15e), les filles de Pablo Morel ont fléchi sans casser, puis ont progressivement redressé la barre. Stine Oftedal, par deux fois, la jeune pivot Mabana-ma Fofana (17 ans), pour son premier match chez les pros, et Océane Sercien-Ugolin permettaient aux Isséennes de se rapprocher en terminant mieux la première période et en débutant tout aussi bien la seconde (16-16, 33e). A un quart d’heure du terme, Coralie Lassource offrait deux buts d’avance aux siennes (20-22, 46e), Buxtehuder repassait devant (25-24, 53e), mais les Françaises terminaient mieux en défense et passaient un 4-1 qui leur offre cette première manche (26-28). Cet avantage de deux buts ne garantit rien pour la suite, si ce n’est de la confiance avant le retour, dimanche prochain, où il faudra se méfier de la réaction allemande. Mais Issy-Paris a prouvé qu’il méritait de poursuivre l’aventure européenne.

BUXTEHUDE – ISSY-PARIS : 26 – 28 (Mi-temps : 16-13)
A Buxtehude, Schulzentrum Hansestraße. 1500 spectateurs. Arbitres : Mmes Christiansen et Hansen (DAN).

BUXTEHUDE.- Gardiennes : Gronemann et Lenz. Joueuses de champ : Grell, Klein (1), Schultze, Fischer (3), Bülau (4), Schulz (1), Zelmel (1), Gubernatis (2), Podpolinski (2), Oldenburg (8), Bölk (1), Schneider, Hayn (3), Prior. Entraîneur : M. Jungblut.

ISSY-PARIS.- Gardiennes : Attingré et Garba. Joueuses de champ : Lassource (3), S. Oftedal (7), Sercien (2), Camara (3), Zalewski (3), H. Oftedal (1), Niakaté, Wibe (2), Bossavy, Jovanovic (6), M. Fofana (1). Entraîneur : P. Morel.

A Metz,

© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités