mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
La LNH n'a pas raté son hommage
La LNH n'a pas raté son hommage
19 Novembre 2015 | France > LSL

Chacun l'a fait à sa manière mais sur tous les terrains de LNH, l'hommage rendu aux victimes des attentats de vendredi en Ile-de-France a été empreint d'une intense émotion. Cette 10ème journée de championnat était bien particulière. Le PSG n'en a pas pour autant oublié de s'imposer à Toulouse et St Raphaël a perdu un point à domicile face à Aix.

par Yves MICHEL

A Ivry, un par un, les spectateurs quels qu’ils soient mais aussi journalistes et officiels se sont prêtés à une fouille en règle de leurs effets et à une palpation individuelle avant de pénétrer dans le gymnase Delaune. Le personnel de sécurité avait été renforcé, il y avait moins de sourires sur les lèvres mais le public était là pour montrer qu’il ne baissait pas la tête et qu’il voulait vivre normalement malgré la menace. Les joueurs eux, se sont échauffés comme d’habitude, peu avant le coup d’envoi, ils se sont alignés au centre du parquet, les deux capitaines sont entrés avec chacun, un drapeau tricolore au bout des bras, une minute de silence a été observée suivie d’une timide Marseillaise que certains ont murmurée. L’ailier d’Ivry Thomas Cauwenberghs a laissé sa belgitude de côté, totalement concerné. «Ces derniers jours ont été compliqués, pas au sein de l’équipe mais à l’extérieur, on ne savait même pas si on allait jouer le match. C’était très pesant. Vendredi dernier, j’ai eu froid dans le dos. J’aurais pu me retrouver sur les lieux car je vais très souvent au "Petit Cambodge", un des restaurants visés. Comme on s’entraîne tôt le samedi, je suis resté à la maison. Il faut se relever et avancer, ce n’est pas évident car l’actualité évolue d’heure en heure. » Les Nantais eux, étaient mitigés, sur l’opportunité de jouer la rencontre. Thierry Anti, le plus parisien des entraîneurs de Loire-Atlantique a dû faire face à une situation plutôt inattendue. « Quand on est descendu du train à Montparnasse, on devait prendre le métro jusqu’à l’hôtel. Les joueurs ont refusé et ont préféré appeler des taxis. On a essayé de dédramatiser la situation avant de jouer le match qui au plan comptable, était très important. Bien-sûr, je suis content parce qu’on a gagné mais il faut très honnêtement relativiser les choses. » Le "H" s’est largement imposé (23-40). Jamais, les Ivryens n’ont été en mesure de réagir et ont couru après un écart exponentiel pendant soixante minutes. 



L'ailier Valero Rivera s’est sans surprise signalé comme meilleur réalisateur de la soirée mais a aussi battu son propre record (12) et celui du Parisien Hansen (14) avec 16 buts inscrits (dont 6 pénaltys). « C’est la 1ère fois que cela m’arrive dans ma carrière mais je le dois à mes coéquipiers, à la défense et aux montées de balle. Quand tout sourit, c’est évident que c’est plus facile. Mais c’est vrai, marquer des buts, c’est ce que je sais faire de mieux (sourires). » La tâche de celui qui remplacera l'Espagnol (attendu à Barcelone) la saison prochaine, ne sera pas aisée. Ce jeudi, Nantes s’envolera depuis Roissy vers la Croatie où l’attend son 1er match de coupe EHF, programmé samedi à Nexe. Un autre challenge à relever. 



Le PSG prend le dernier quart

De l’émotion, il y en a eu dans les autres salles où se déroulaient les matches de la 10ème journée de LNH. A Toulouse par exemple, dans un palais des sports plein à craquer avec la venue du PSG, les spectateurs ont repris l’hymne national chanté par l’ancien rugbyman argentin Omar Hassan reconverti baryton. Se tenant par la taille, les joueurs parisiens ont participé au vibrant hommage, comme leurs homologues du Fenix. « Ce sont tous les Français qui ont été touchés, faisait remarquer Luc Abalo (notre photo). A Paris, c’est vrai on a vécu les évènements plus intensément mais la tristesse est universelle. » Après le recueillement et la communion avec le public, le sport a naturellement repris ses droits. « C’est pour moi la Marseillaise la plus forte que j’ai vécue jusqu’à présent, avouait Luka Karabatic. On a eu des frissons, des larmes et on se rend compte qu’il y a des choses plus importantes que le sport mais notre rôle, c’est aussi de donner un peu de joie aux gens qui viennent nous voir. » Et à ce niveau, les deux équipes ont rempli leur mission. Car si le PSG s’est au final, imposé (33-38), Toulouse a livré une sacrée résistance jusqu’à la 44ème minute après être souvent passé devant. Mais dans ce dernier quart d’heure, tout allait trop vite et les champions de France en titre ont déroulé leur jeu, dans le sillage d’un Mikkel Hansen toujours aussi efficace (12 buts). « C’est une victoire importante, poursuit Luc Abalo. Si on avait perdu, on aurait du se remettre en question. Les jours passent, les matches s’enchaînent mais rien n’est pareil. Il faut tout simplement garder cette dynamique collective pour aborder le match face à Kiel (samedi). » Pour Toulouse, la pièce est à nouveau retombée du mauvais côté et avant d’aller à Montpellier la semaine prochaine, le moral des troupes n’est pas au plus haut. 

St Raphaël peut s'estimer heureux

Paris qui gagne, Montpellier dans l’attente de son match dimanche à Tremblay mais qui trébuche en Allemagne face à RN Löwen en Ligue des Champions, St Raphaël pouvait en profiter. Face à une équipe de Pays d’Aix privée de son capitaine Jérôme Fernandez (point à l’ischio gauche, la veille à l’entraînement), les Varois ont fait une bonne entame (6-1 après 13’) avant de faire preuve de maladresse et de tomber sur un excellent Robin Cappelle dans ses buts (16 arrêts). Le PAUC est même passé devant (11-13 à la pause) et aurait même pu l’emporter puisqu’après 45 minutes, les Raphaélois étaient à la traîne (18-21). En 3 minutes, ils vont réagir (21-21) mais le chassé-croisé va durer jusqu’au terme. Les locaux peuvent remercier leur pivot danois, Alexander Lynggaard (notre photo) qui à 5 secondes de la fin va trouver la faille et inscrire le but égalisateur (25-25). « A défaut de voir du beau handball, j’ai vu beaucoup de cœur, soufflait Marc Wiltberger, le coach aixois. Mais avoir du cœur ne suffit pas à gagner les matches. On n’est pas battus puisqu’on en est à notre 5ème nul mais on n’arrive pas à s’imposer. » Pour St Raphaël, direction Hafnarfjordur (à vos souhaits !) en Islande pour affronter en coupe EHF, Haukar, l’ancien club d’Arnor Atlason.



Dunkerque grâce à son collectif

Score très fluctuant également à Dunkerque qui a longtemps mené avant de se procurer quelques sueurs froides dans le money-time. Avec trois longueurs d’avance à quatre minutes du terme, les Nordistes semblaient en bonne voie pour s’imposer, c’était sans compter sur le sursaut d’orgueil de Chambéry qui a bénéficié de trois pénaltys transformés par le demi-centre Edin Basic. Malheureusement pour les Savoyards, cela n’a pas suffi (24-23), Kornel Nagy (notre photo), inscrivant un but très important au bon moment. Mais c’est surtout collectivement que l’USDK a pu faire la différence. « On a gagné avec des mecs qui avaient des couilles ce soir, se satisfait William Annotel, le capitaine dunkerquois. On n’a pas eu trop de temps faibles, peut-être en attaque mais on a su compenser grâce à la défense. Face à une équipe comme Chambéry, ce n’est pas rien. C’est beaucoup de joie mais il ne faut pas que ce soit un "pet dans l’eau" (sic) mais plutôt un match référence pour construire la suite et pourquoi pas, remonter et regoûter à l’Europe. » L’Europe c’est justement ce qui attend Chambéry dès samedi avec un choc thermique et un déplacement en Allemagne chez les Renards de Berlin qui ne sont ni plus, ni moins que les tenants du trophée. 

Du haut de son palmier, Nîmes invincible

A Nîmes, pas de souci pour les petits hommes verts qui face à Chartres, ont du attendre la 36ème minute pour se détacher et s’envoler. Dans le sillage d’un bon Grahovac dans les cages (14 arrêts), les Euréliens ont entretenu l’espoir des quelques signes positifs entrevus lors des deux dernières sorties (17-16) avant de perdre tous leurs moyens et encaisser un 7-0 rédhibitoire. Cet écart se maintiendra jusqu’à la fin et les partenaires d’un excellent Benjamin Gallego (notre photo) vont s’imposer (34-27) gardant intacte leur invincibilité au Parnasse.

Ce jeudi, Créteil accueille une de ses bêtes noires, Cesson.  L’équation est simple. En cas de succès, les Val-de-Marnais de Christophe Mazel rejoignent Montpellier à la 3ème place de la LNH. Si c’est l’inverse (victoire des Bretons), Cesson occupera seul cette 3ème place avec un point d’avance sur les Héraultais. Précision utile: le MHB compte un match en retard à disputer dimanche à Tremblay.


FENIX TOULOUSE - PSG HANDBALL         33-38  (MT: 17-16)

Statistiques du match

*****************************

US IVRY - HBC NANTES                              23-40  (MT: 10-22)

Statistiques du match

SAINT RAPHAEL VHB - PAYS AIX UC         25-25  (MT: 11-13)

Statistiques du match


DUNKERQUE HGLCHAMBERY SAVOIE        24-23  (MT: 11-10)

Statistiques du match

*****************************

USAM NIMES - CHARTRES MH 28                  34-27  (MT: 13-12)

Statistiques du match


Lors du match de LNH entre l'USAM Nîmes et Chartres, le public du Parnasse a observé une minute de silence puis repris d'une seule voix, l'hymne national en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre en Ile-de-France.
Images: Pascal Castel

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités