mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF F : le plein de confiance
EDF F : le plein de confiance
29 Novembre 2015 | International

Une entame de match idéale a permis aux Bleues d’écarter une République tchèque décevante (31-20) et de poursuivre leur série de victoires. Toujours invaincues en 2015, les Françaises ont encore une petite semaine pour se préparer. Sans Camille Ayglon, pour l’instant.

Face à un Cuba bien faible, samedi, l’entame de match française avait été sérieuse. Dimanche, contre des Tchèques un cran au-dessus sur le papier, les filles d’Alain Portes ont remis ça. Elles ont même fait encore mieux que leur 8-1 de la veille. Après 14 minutes de jeu, le tableau de marque affichait en effet un incroyable 9-0. Le temps pour Dembélé d’en enfiler trois pour son retour à l’aile gauche, pour Lacrabère de retrouver la faille de loin. Et que dire de cette entrée en matière de Leynaud ! Derrière une défense 0-6 qui a flotté parfaitement en variant la profondeur si nécessaire, la gardienne a été époustouflante. Du plat du pied, du bras, d’une main ferme en face à face, même de la tête quand Luzumova lui a tiré en plein pichet, l’Ardéchoise a arrêté les neuf premiers tirs qui lui sont arrivés, pour compiler un 11/13 (soit… 84% d’arrêts !) en 18 minutes. « On était un peu frustrées de notre défense lors des deux premiers matchs, explique Laurisa Landre. C’était incomplet, il y avait des choses à revoir. Là on a fait une entame comme on voulait, ça nous a mis en confiance. » C’a surtout permis aux Bleues de continuer à développer le jeu en montées de balle, marque de fabrique de cette équipe.

Dès lors, l’écart était trop important, le relâchement presque naturel. Glauser, entrée au relais de Leynaud, sonnée par le tir en plein visage, se retrouvait un rien impuissante derrière une défense un peu moins compacte. Alain Portes, lui, en profitait pour faire tourner. Landre se montrait en pivot. Kanto, pour son retour, s’installait en poste 3 central, sans attaquer, au côté de Lévêque, histoire de reposer Edwige, qui se révèle indispensable des deux côtés du terrain. A défaut de creuser l’écart, les entrantes le maintenaient jusqu’au repos (17-7). « J’ai bien aimé la première mi-temps, très sérieuse et avec du rythme, souligne le sélectionneur. En deuxième, on s’est mis au niveau de l’adversaire, ce qui est naturel mais regrettable. Ça prouve aussi qu’on n’est pas tout à fait prêts. »

Portes : "J'aurais aimé un tournoi plus relevé"

Le retour d’un équipe-type ou presque, dès la reprise, faisait monter l’écart à nouveau (22-9, 38e). Mais la fin de match devenait carrément anecdotique, entre quelques tests défensifs (Bulleux en poste 2, Zaadi au centre) et rotations en attaque (Kanto en pivot, Lévêque et Moretto derrière). « On a essayé des nouvelles choses, notamment deux nouveaux enclenchements, détaille Portes. Nos adversaires le disent, on a certainement le jeu le plus varié au niveau mondial. Mais tout faire et tout maîtriser, c’est différent. On travaille. Ce qui explique aussi ces 30 minutes moins bonnes. » Une seconde période remportée 14-13, face à une équipe « qui a montré son vrai niveau », estime le technicien français. Qui avoue : « Comme tout le monde, j’aurais aimé un tournoi plus relevé. Mais je pense que nos trois matchs nous ont quand même aidés dans notre préparation. »

Laquelle reste perturbée par une inconnue : le dos de Camille Aylgon. La Nîmoise doit passer des examens complémentaires en début de semaine. « Je me donne 48 heures pour décider si elle sera apte ou pas, mais on se prépare à ce qu’elle ne le soit pas, affirme le coach. C’est un problème qui m’empêche de dormir. » Beaucoup plus que les échecs aux tirs (14 seulement ce dimanche), les pertes de balle (19 néanmoins) et le retour de Nina Kanto en sélection, elle qui n’avait plus enfilé le maillot bleu depuis juin dernier et « peut faire son sac » pour le Danemark. Reste donc à retirer un nom à l’aile droite et deux à l’arrière a priori pour établir une liste de 18 joueuses qui verront Kolding.

FRANCE – REPUBLIQUE TCHEQUE
31 – 20 (17-7)
A Coubertin. 2000 spectateurs environ. Arbitres : Mmes C. et J. Bonaventura.

France.- Gardiennes : Leynaud (18 min, 11 arrêts) et Glauser (42 min, 8 arrêts dt 1/3 pen. Joueuses de champ : Kanto (3/3), Pineau (4/6), Landre (2/2), Zaadi (1/2), Prouvensier (2/3), Houette (2/3), Moretto (0/1), Dembélé (cap, 3/4), Bulleux (3/3), Lévêque (3/5), Edwige (0/1), Nze Minko (2/4), Niombla (2/4), Lacrabère (4/4 dt 2/2 pen). Sélectionneur : A. Portes.

République tchèque.- Gardiennes : Ranikova (48 min, 5 arrêts dt 0/1 pen) et Mullnerova (12 min, 2 arrêts dt 0/1 pen). Joueuses de champ : Knedlikova (0/1), Severova (1/1), Salcakova (1/2), Ruckova (1/4), Rysankova (0/4), Hrbkova (2/8 dt 1/1 pen), Luzumova (4/11 dt 0/1 pen), Mala (5/7 dt 1/1 pen), Janouskova (2/6), Jerabkova (1/2), Marcikova, Stellnerova (2/2), Weisenbilderova (1/4). Sélectionneur : J. Basny.

Les réactions...

Nina Kanto, pivot de l’équipe de France : « L’objectif était de revenir en équipe de France, et après deux semaines de galère, j’ai réussi. C’est une satisfaction. Il y a des moments où je pensais ne pas y arriver, car quand on arrive en fin de carrière comme ça… (32 ans, ndlr) Maintenant, ce n’est que du bonus, ce sont les meilleurs moments qui arrivent. Mon intégration a été rapide, le groupe est tellement bien que quand on arrive, on est toute de suite mis à l’aise. »

Chloé Bulleux, ailière droite de l’équipe de France : « On fait une super entame de match. Le mot d’ordre, aujourd’hui, était d’être sérieuses en défense car on avait pris beaucoup de buts contre la Roumanie. C’était un vrai test et il a été bon, on est toutes très contentes. On travaille, on essaye des choses, ça commence à bien rouler. A titre personnel, je me sens bien, en forme. Je savoure, et j’essaie de profiter comme si c’était mes dernières minutes en sélection. »

Iveta Luzumova, demi-centre de la République tchèque (photo ci-dessus) : « La France a une excellente défense, elle nous a posé des problèmes. Nous, nous sommes une jeune équipe, avec beaucoup de joueuses qui découvrent ce niveau. On construit. On a été un peu mieux en deuxième période, plus concentrée, mais on était menées de 10 buts, c’était difficile de revenir… La France possède vraiment une bonne équipe, une bonne défense. Oui, elle peut avoir une médaille au Mondial. »

La Roumanie facile face à Cuba

ROUMANIE – CUBA
36 – 23 (17-10)
A Coubertin. Arbitres : Mmes Christiansen et Hansen (DAN).

Roumanie.- Gardiennes : Munteanu (28 min, 5 arrêts dt 0/2 pen) et Petrescu (32 min, 6 arrêts dt 0/1 pen). Joueuses de champ : Szucs (0/1), Pintea (2/4), Nechita (4/5), Neagu (4/4 dt 1/1 pen), Bradeanu (1/1), Perianu (4/4), Marin (1/3 dt 0/1 pen), Ardean, Manea (3/3), Tanasie (9/13 dt 1/1 pen), Geiger (3/6), Bucheschi, Vizitiu (2/5), Chiper (3/5). Sélectionneur : T. Ryde.

Cuba.- Gardiennes : Guevara (30 min, 2 arrêts dt 0/1 pen) et Mora (30 min, 4 arrêts dt 0/1 pen). Joueuses de champ : Mesa (0/7), Martinez (1/4), Varanesmustelier (5/5), Salas, Beltran (2/5), Lusson (4/6), Reyes (1/2), Camajo (0/1), Rosabal (2/5), Barrio (1/1), Ramirezmilan, Rizo (7/8 dt 3/3 pen). Sélectionneur : J. Hernandez.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités