mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Il faudra s'y faire, le PSG est vraiment le patron
Il faudra s'y faire, le PSG est vraiment le patron
11 Décembre 2015 | France > LSL

Même en ayant des coups de moins bien, même en perdant Nikola Karabatic après un quart d'heure de jeu, le PSG s'est imposé face à Nantes (17-24). Les Parisiens terminent la phase aller du championnat de D1 avec une seule défaite au compteur et largement en tête au classement.

par Yves MICHEL

Le dictionnaire des superlatifs offre de moins en moins de possibilité pour mettre en valeur le travail de Thierry Omeyer. S'il a du passer au travers de maximum deux matches depuis le début de la saison (Flensburg et Veszprém en Ligue des Champions), le gardien est l'élément perturbateur et déterminant face à toutes les équipes qui ont voulu défier le PSG. Même lors de la seule défaite parisienne à Montpellier, "Titi" avait réussi à rendre une copie enviable. Ce jeudi à Nantes, il a mis en échec la plupart de ceux qui se présentaient face à lui. 23 arrêts recensés par la table de marque, le portier international a sécurisé une défense qui sait aussi s'adapter lorsqu'elle perd une de ses pièces majeures, Nikola Karabatic. 17 buts encaissés, c'est aussi une des forces de Paris.

Le projet du "H" était simple et Thierry Anti avait sans doute rappelé à ses joueurs, le match qu'ils avaient livré quelques mois plus tôt face au même adversaire lors du Trophée des Champions. Apparemment, les Nantais ont enregistré les directives de leur entraîneur mais ont tardé à les appliquer. Car le PSG va prendre les commandes d'entrée. Défense - montée de balle - tir... du classique certes mais qui paie instantanément. Et quand en plus "Titi" se met en valeur dès les 1ères minutes, l'écart commence à grandir (1-4 après 6'). Et ce malgré un Gorazd Skof qui tente lui aussi de s'illustrer. Paris est dans le bon tempo et malgré une infériorité numérique, parvient à accentuer son avance.   



Après un but tout en puissance, Nikola Karabatic se met à grimacer et profitant du temps mort posé par les Nantais, reste assis sur le banc, une poche de glace posée au niveau des adducteurs. A ce moment-là, le PSG maîtrisait parfaitement ce début de rencontre (4-8 à la 15ème) et la sortie de son stratège va totalement déstabiliser son jeu. Nantes va en profiter pour mettre du rythme en attaque et un peu plus d’agressivité en défense. Après six minutes, le "H" avait non seulement refait son retard mais avait pris les devants (9-8). Tout était à refaire pour Paris et Noka Serdarusic va même décider de lancer Robert Gunnarsson. L’Islandais peu sollicité depuis septembre va faire au mieux et même s’illustrer en inscrivant très rapidement un 1er but. Incapable de poursuivre sur sa lancée, Nantes retombait dans ses travers en s’enfermant dans le secteur central et permettait à Paris de reprendre l'ascendant (11-13 à la pause).



Pourtant à la reprise, Nicolas Claire (notre photo) et ses partenaires vont être animés par l'intention d'aller chercher sur son terrain un PSG qui ce jeudi soir semblait abordable. Du moins en apparence. Pourtant d'entrée, Skof se met en évidence, permet à son équipe de remonter (13-13) et l'attaque parisienne restera muette pendant plus de 8 minutes. Mais pour mettre les Parisiens au tapis prédisait Thierry Anti avant le coup d'envoi au micro de beIN Sports, il faut viser l'excellence, contrôler le match et arriver à les faire déjouer. Ce que ses hommes vont tout simplement oublier de faire après être revenus à hauteur de leur adversaire. Ecoeurés aussi par Omeyer, véritable aimant à ballons, le jeu du "H" va se déliter. Les Nantais étaient restés sur la route tant qu'ils avaient eu l'énergie pour le faire mais d'un seul coup, ils ont été débarqués. Par une équipe de la capitale qui sans être génialissime, n'a jamais lâché. Ce qui aurait pu devenir un traquenard pour elle va sur le dernier quart d'heure, se transformer en cavalier seul (17-24). Nantes qui n'a finalement encaissé que 24 buts face au leader (dont la moyenne était à plus de 30) a lutté avec ses armes et devra se remotiver pour dans trois jours, effectuer un difficile déplacement à St Raphaël. Dans un même temps, le PSG accueillera Chartres, la lanterne rouge.  



La réaction de Daniel Narcisse (au micro de beIN Sports): "On s'attendait à ce style de match, compliqué et difficile. Avec la défense et notre gardien, on s'en sort plutôt pas mal. En face, Nantes a bien joué le coup, surtout avec leur 5-1 agressive mais on est resté concentré et lucide pour faire la différence en 2ème mi-temps. C'est problématique lorsqu'on perd un joueur comme Nikola mais avec la cadence des matches, les blessures sont inévitables. On est obligé de faire avec." 

HBC NANTES - PARIS ST-GERMAIN HANDBALL      17-24  (MT: 11-13)

Statistiques du match

Arbitres:
Saïd Bounouara & Khalid Sami

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités