mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: St Raph' dauphin du PSG décroche la timbale
LNH: St Raph' dauphin du PSG décroche la timbale
13 Décembre 2015 | France > LSL

Derrière le PSG facile vainqueur de Chartres, Saint Raphaël réalise la meilleure opération du début de la phase retour en s'imposant face à Nantes et en profitant du nul de Montpellier à Cesson. Nîmes qui pointe le doigt sur un arbitrage laxiste, perd du terrain après sa défaite face à Dunkerque. En bas de classement, Tremblay vogue plus que jamais en eaux troubles.

par Yves MICHEL

Comme prévu, le PSG termine l'année 2015 en tête de la LNH mais plus inattendu, St Raphaël malgré quelques pépins physiques (Simicu, Di Panda) vire en 2ème position, raflant à Montpellier, une place qui lui était destinée. Ce dimanche, les Varois n'ont pas loupé leur rendez-vous face à Nantes même si pour s'imposer et après que le score ait joué au yoyo, il a fallu attendre le verdict du money-time (25-25 à la 55ème). Comme souvent dans ces cinq dernières minutes, le gardien "Micha" Djukanovic a été déterminant (16 arrêts au total). Saint Raphaël a cependant montré quelques faiblesses face une équipe nantaise qui a fait le plus souvent la course devant. « Je ne sais pas si vu de l’extérieur, c’était un beau match souligne Geoffroy Krantz (notre photo de tête) mais c’était engagé et les défenses ont joué un rôle prépondérant. Ce que je retiens avant tout, c’est qu’au final, on a gagné et c’est le plus important. Nous terminons l’année en 2ème position. C’est conforme à notre ambition d’accrocher une place en Ligue des Champions. Mais rien n’est fait, ce n’est qu’une 1ère étape.» D'autant que dès la reprise, le 10 février, St Raphaël sera face à ses responsabilités avec un périlleux déplacement à Montpellier, en retard de deux points mais qui était venu s'imposer de 9 buts à l'aller dans le Var. « On aura à faire à un adversaire qui depuis 20 ans est habitué à ce type de challenge et qui sait faire parler son expérience. On a perdu chez nous donc il faudra partir avec l'idée d'aller gagner là-bas. Ce serait un pas de plus pour nous. Mais on a le temps d'y penser Avec un 3ème revers de rang, Nantes continue à dégringoler au classement et cette fin d'année 2015 ne restera pas parmi les meilleurs souvenirs. « On manque de discipline, pestait Thierry Anti. Certains de mes joueurs n'ont pas gardé leur calme en commettant des fautes grossières, ce qui nous a valu des exclusions. Les ambitions vont être revues à la baisse. Je pense qu'il faut plus mettre la priorité sur les coupes. Cela ne signifie pourtant pas qu'on va lâcher le championnat. On peut encore viser la 4ème place.»  La coupe pour Nantes, ce sera en fin de semaine face à la modeste équipe de Rennes et pour St Raphaël en déplacement à Valence, la lanterne rouge de Pro D2.



le PSG en roue libre

Même nos confrères chartrains s'attendaient au pire et ne comptaient pas sur le déplacement à Paris pour rentrer dans l'Eure-et-Loir avec une 1ère victoire en poche. Ce qui peut être un sujet de satisfaction et même si l'écart reste conséquent (33-25), c'est que Chartres n'a pas été ridicule sur 60 minutes. Les partenaires de Nebosja Grahovac ont certes perdu beaucoup de ballons (17), raté des tirs (butant souvent sur un "Titi" très concentré) mais le PSG avec Igor Vori (notre photo) très opportuniste et Benoit Kounkoud dans son élément a joué sans trop insister, notamment dans le dernier quart d'heure, lorsque le score était acquis (27-15). «Chaque adversaire vient jouer sa finale contre le PSG, c’est pour cela que ça devient un peu plus dur quand on est moins attentifs, motivait Mikkel Hansen (meilleur réalisateur avec 8 buts) le dernier match qui reste à disputer, c’est la coupe (contre Nancy) et ensuite on pourra un peu se reposer. » Mais pas de couper totalement avec le handball puisque comme tous les internationaux, le Danois vise l'Euro en Pologne. « Ce n’est pas encore dans ma tête. Si on brûle les étapes en pensant déjà à la Pologne, on ne gagnera pas le match de coupe. Avant l’Euro, je vais passer quelques jours en famille pour fêter Noël, c’est très important. On passe de super moments, sans excès, c’est vraiment intéressant. Je n’oublierai pas de travailler aussi. Il faut s’entretenir physiquement et tout ira pour le mieux. » Tranquille comme "Mikki". Plus cool que ce gars-là, difficile de trouver mieux. Du côté de Chartres, l'entraîneur Jérémy Roussel va s'employer à ce que les douze journées qui restent à disputer ressemblent plus à une reconstruction qu'à un chemin de croix.



Toulouse trouve sa voie

En battant Chambéry par la plus courte des marges (28-27), Toulouse a toutefois retenu les leçons précédentes où le score lui échappait souvent dans le money-time. Après une belle 1ère période (15-10) au cours de laquelle Cyril Dumoulin se fera positivement remarquer face à ses anciens coéquipiers (15 arrêts en 30'), les joueurs de Philippe Gardent vont connaître une sacrée baisse de régime en fin de rencontre. "C'est le seul bémol que je mettrai, analysait avec lucidité le gardien toulousain. Tous les maux ne sont pas forcément guéris, on en est conscient mais on est sur la bonne voie pour une remontée qui nous éloigne de la zone de relégation. On s'est replacé de manière à pouvoir regarder plus devant nous que derrière. Il faudra montrer de l'ambition dès le mois de février Pour Chambéry, c'est un coup d'arrêt après une série de trois bons résultats mais les Savoyards, malgré cette défaite, restent plus que jamais dans la course pour tutoyer les sommets. «C’est clairement une déception, souffle Cédric Paty. On venait ici avec beaucoup d’ambitions mais on débute mal. On n'a pas été au niveau en défense et on rate beaucoup trop de tirs. On aurait pu faire une bonne opération, tant pis. Il ne faut pas abandonner cet objectif de faire mieux qu’une 5ème place. » Avec sept buts à son actif, Timothey N'Guessan a paru bien esseulé face au tandem toulousain Sevaljevic-Ilic (15 buts). 



Montpellier appréciera la trêve

Montpellier
(très amoindri par une infirmerie copieusement garnie) s'est sauvé in extremis du piège tendu par Cesson. A huit minutes du terme, les Bretons étaient devant (27-22). Quelques pertes de balle, des tirs mal assurés et surtout en face, un Arnaud Siffert décisif a changé le cours de l'histoire. Le money-time a été favorable aux Héraultais qui ont inscrit cinq buts d'affilée. «On est remonté au mental et à l’abnégation, expliquait le gardien du MHB au micro de beIN Sports. Il y a beaucoup d’absents, on commence à être fatigués et nos adversaires en profitent. Si Cesson est bien classée, ce n’est pas un hasard, c'est une bonne équipe. Nous, on se bagarre et je trouve qu’on ne s’en tire pas si mal. » Dans le sillage d'Aymen Toumi (8/10) auteur de l'égalisation à 43" de la fin, Montpellier limite donc les dégâts. En espérant récupérer l'ensemble des blessés à la reprise, le MHB fait le dos rond. Pour Cesson, l'occasion d'accrocher un "gros" à son palmarès était vraiment à portée de mains. Dommage pour les partenaires de Jérémy Suty (notre photo) qui réalisent toutefois une excellente 1ère partie de saison. 


                          Predrag Vejin (Dunkerque) en force face à Rémi Desbonnet (Nîmes)

A Nîmes, les sifflets étaient enrhumés

Mauvaise soirée pour Nîmes qui va finir par croire que Dunkerque est sa bête noire à domicile. Pour la 3ème fois en trois ans, les Nordistes sont venus s'imposer au Parnasse (23-25). Le mano a mano a été intense, rythmé par la performance des deux gardiens. Alex Demaille côté Ch'tis (20 arrêts), Rémi Desbonnet côté Crocos (17) se sont illustrés du début jusqu'à la fin. Ce match aurait pu être un sommet, il ne l'a pas été tant les débats se sont durcis. A la fin de la rencontre, le président nîmois ne décolérait pas contre la prestation jugée un peu trop laxiste de la paire arbitrale Anicet-Ferrandier. «Je ne peux pas valider tout ce qui s'est passé, soufflait David Tébib. On ne peut pas constamment dire qu'il faut que l'attaquant soit protégé et laisser faire. Mes joueurs étaient dans un tel état de crainte qu'on n'a pas su aller jusqu'à cette limite physique imposée par l'adversaire. Ils ont été vite déstabilisés, ce qui n'a pas été le cas de Dunkerque qui a souvent choisi la manière forte. Alors d'accord, c'est une victoire importante pour eux mais à quel prix pour nous ? L'attitude de Grocaut pendant et à la fin du match est très équivoque.» Le défenseur nordiste a été définitivement expulsé à la 59ème minute lorsque l'USDK avait viré en tête. Le partage des points aurait été sans doute plus équitable mais Snorri Gudjonsson, le meneur gardois a loupé un pénalty très important. Pour l'USAM, l'addition à payer est plus salée qu'il n'y parait. Grosse entorse à la cheville (a minima) pour Steven George, commotion cérébrale et souci au niveau des cervicales pour Julien Rebichon qui a passé quasiment toute la nuit aux urgences. Le hand, ce n'est vraiment pas ça !   


                       La joie de Thomas Cauwenberghs (Ivry), le dépit d'Arnaud Bingo (Tremblay)

Ivry enterre encore un peu plus Tremblay

Pour un soir, par solidarité avec le père Noël vert du Secours Populaire Français, Ivry avait tronqué son habituelle parure "rouge et noire" et cela lui a plutôt réussi. Dans cette lutte pour le maintien, Tremblay (déjà battu à domicile à l'aller) réalise une bien mauvaise opération. Exceptée une mise en bouche réussie (0-2), l'équipe de Seine Saint Denis a vite explosé ((11-4 à la 16ème), "Dugi" Bojinovic (9 buts dont 8/8 à 7 m) masquant partiellement depuis qu'il est arrivé, une certaine misère collective. Les Ivryens qui ont bien anticipé les changements défensifs adverses, ont aussi bénéficié de l'expulsion dès la 35ème minute du pivot Rémi Salou, coupable d'une "cravate" sur "Seba" Simonet. Même si à l'entame du dernier quart d'heure, Tremblay est revenu à trois longueurs, jamais Ivry ne s'est affolé et a repris une avance confortable (29-24). Avant d'aborder les douze matches qui les attendent en 2016, les joueurs de David Christman ont perdu beaucoup de terrain. Pour se sauver, le calcul est simple par rapport à Ivry, l'actuel 1er non relégable. Il leur faudrait gagner (a minima) trois matches et réaliser un nul de plus que leur voisin francilien.

Aix ne parvient pas à toucher terre. Il suffit que quelques grains de sable viennent gripper la machine et tout semble compliqué... même à la maison. Et samedi, Créteil en a profité très rapidement (3-7 à la 9ème). Nédim Rémili (20 buts en deux rencontres), Minel et le gardien Sunjic ont été les artisans du succès val-de-marnais (33-37). Si les deux défenses avaient organisé une journée portes ouvertes, les Provençaux ont couru après le score du début jusqu'à la fin. 


                                                             Aymen Toumi (Montpellier)

CESSON RENNES - MONTPELLIER HANDBALL    27 - 27 (MT: 16-12)
Statistiques du match

*****************************

PAYS AIX UC - US CRETEIL HANDBALL               33 - 37 (MT: 16-20)
Statistiques du match

*****************************

US IVRY - TREMBLAY EN FRANCE                        29 - 24 (MT: 15-11)
Statistiques du match

*****************************

USAM NIMES - DUNKERQUE HGL                        23 - 25 (MT: 15-13)
Statistiques du match

*****************************

FENIX TOULOUSE - CHAMBERY SAVOIE             28 - 27 (MT: 15-10)
Statistiques du match

*****************************

PSG HANDBALL - CHARTRES MH 28                   33 - 25 (MT: 17-11)
Statistiques du match

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - HBC NANTES                 28 - 25 (MT: 12-14)
Statistiques du match

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités