mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: Alors "Willy" comment ça va ?
LNH: Alors "Willy" comment ça va ?
21 Décembre 2015 | France > LSL

William Accambray s'apprête à passer les fêtes en famille, en continuant surtout à soigner sa condition physique. L'arrière du PSG blessé depuis huit mois au genou ne participera pas avec l'équipe de France, à l'Euro 2016 en Pologne. 

par Yves MICHEL

L’homme parait tranquille mais c’est un véritable volcan en fusion qui bouillonne chez William Accambray lorsqu’on le croise ces temps-ci dans les couloirs de Coubertin. S’entraîner à part avec les préparateurs physiques du PSG, fréquenter plus que les autres, la table des kinés, aller serrer des mains dans le vestiaire juste avant un match et regagner ensuite son siège en tribune, "Willy" a de plus en plus de mal à supporter cette situation. « Je me suis malheureusement habitué à ce que le temps soit long. Je suis quand même content depuis mon opération, d’avoir franchi sans souci chaque palier. J’ai repris progressivement le ballon, les séances de shoots et de sauts et ça m’a changé de tout ce que j’avais fait jusqu’à présent. L’aspect répétition des exercices et le travail uniquement sur la même jambe, cela devenait monotone. » Il y a presque huit mois en Macédoine, au cours d’un match de qualification à l’Euro 2016, il a été victime d’une grave blessure au genou droit (rupture du croisé antérieur, dégâts sur le ménisque externe et un ligament latéral). Opération inévitable à Doha au Qatar, longue rééducation au CERS à Saint Raphaël, c’est la 1ère fois de sa carrière qu’il se blesse aussi gravement.  Le gaillard est résistant et deux mois seulement après être passé sur le "billard", il ne ressentait plus aucune douleur, au point d’envisager son retour un peu plus tôt que prévu. Le protocole n’a pas été pour autant, bouleversé. « Il n’y avait pas lieu de le faire puisque la date de retour à la compétition a été fixée pour la 2ème  partie de saison, après le championnat d’Europe, au niveau du genou, c’est vrai j’étais en avance mais on avait convenu dès le départ de respecter le calendrier fixé. Au mois de janvier, je vais faire une grosse prépa avec Arthur Yapo (un des préparateurs physiques du PSG), je reprendrai en même temps les entraînements avec le centre de formation et je jouerai quelques matches amicaux avec eux pour me remettre en jambe. Le tout, pour arriver fin prêt début février.» Depuis 2011 et le Mondial en Suède, William n’avait raté aucune compétition hivernale avec la sélection nationale.



Cette année, il suivra l’Euro polonais devant sa télé et surtout, aura l’occasion de passer les fêtes en famille. « (sourires) C’est vrai, mes habitudes vont changer. Je vais voir mes proches un peu plus de temps à cette période de l’année. Je devais rejoindre l’équipe de France en stage pour participer à un shooting photos mais c’est décalé et on le fera pendant la prépa des J.O. » Car voilà, l'objectif en bleu du Cannois d'origine. S'envoler pour Rio et participer comme en 2012 au concert olympique. Enfin, à Londres, William Accambray avait du prendre son mal en patience, il n'était que le 15ème homme, celui qui n'est même pas officiellement intégré au groupe et qui n'a aucune garantie de l'être à moins d'une blessure d'un de ses partenaires. Juste avant le quart contre l'Espagne, Claude Onesta décide de l'appeler et retire Guillaume Joli de la liste. Sa rentrée, pleine de fraîcheur et de volonté est décisive, il hérite même du dernier ballon et son but scelle le sort des Espagnols. L'or en 2012, l'or en 2016 ? Avant d'atteindre le Graal, il faut pouvoir espérer être revenu à un niveau optimal. Cela passe par de bonnes performances en club. « Je ne suis ni impatient, ni frustré mais ce qui est sûr c’est que j’ai l’envie, la volonté de retrouver mon meilleur niveau. Ça fait déjà un bon moment que je n’ai plus joué et le simple fait de mettre les chaussures de hand, ça m’a fait du bien. Quand je regarde les matches, notamment ceux de Ligue des Champions, j’ai hâte d’être sur le terrain pour participer aux bons résultats de l’équipe. » Après tout, c'est en l'affamant qu'un lion manifeste encore un peu plus d'appétit. "Willy" prépare son retour comme il ne l'a jamais fait, en ne négligeant aucun détail. « Les copains ont fait une superbe 1ère partie. Il y a eu quelques défaites mais l’essentiel c’est qu’on est 1er dans les deux compétitions majeures. C’est vraiment très intéressant car je vais réintégrer le groupe alors qu’il reste des matches de poule en Ligue des Champions. Il va y avoir un peu de temps avant les phases finales, ce qui va me permettre de retrouver du rythme. C’est pour cela que je compte beaucoup sur le travail physique et technique lors du mois de janvier. » Au PSG où il lui reste encore un an et demi de contrat à honorer, l'ancien montpelliérain âgé de 27 ans ne veut rien précipiter. Simplement s'assurer qu'un avion le conduira fin mai à Cologne (pour le carré final de la LDC) et en août à Rio (pour les Jeux Olympiques).

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités