mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF M: Mariage d'amour entre l'Alsace et la Coupe
CDF M: Mariage d'amour entre l'Alsace et la Coupe
19 Décembre 2015 | France > Coupe de France

Cela n'était pas arrivé depuis 2013, Mulhouse (photo de tête) et Sélestat se sont ensemble qualifiés pour les 8èmes de finale de la CDF masculine en éliminant Créteil et Ivry, les deux Val-de-Marnais de LNH. Tous les autres clubs de l'élite sont passés sans trop de difficultés même si St Raphaël a failli se faire surprendre par Valence.  

par Yves MICHEL

Les deux formations emblématiques du handball alsacien se sont donc qualifiées pour les 8èmes de finale de la Coupe de France. Comme en mars 2013 lorsque Mulhouse (pro D2) avait même accueilli et battu Sélestat (alors en D1). Cette fois aux dépens respectifs de Créteil (30-26) et d'Ivry (27-26). « C’est l’intérêt et le charme de la Coupe, valide Christian Gaudin, l’entraîneur sélestadien. On arrive à une période de l’année placée juste avant les vacances qui disons-le, ne satisfait personne et pour les équipes de LNH jouer un adversaire de division inférieure laisse penser que la tâche sera plus aisée. Heureusement, cela ne se passe pas ainsi. Pour Ivry et Créteil, cela reste une contreperformance face à des équipes de D2 qui veulent se faire plaisir sur ce type de match.»



Mulhouse convoite le PSG au prochain tour

Si à Sélestat, le succès a été plus long à se dessiner, celui de Mulhouse face à Créteil est plus net. Très rapidement en tête (11-5 à la 25ème), les Hauts-Rhinois n'ont connu qu'un trou d'air à l'entame du dernier quart d'heure, avant de se reprendre et terminer en trombe. Créteil qui a collectionné les tirs sur le poteau, a surtout manqué de réussite offensive. « Ils ont moins bien joué que ce qu’on avait pu voir sur les vidéos, avoue Mehdi Ighirri (notre photo) on avait ciblé le rendement de Csepreghi et de Rémili et en mettant ces deux joueurs en difficulté, cela nous a facilité la tâche.» Mulhouse a abordé ce défi sans pression et prouvé devant son public, que rivaliser avec une équipe de l’élite était à sa portée et qu'à court terme, accéder aussi à la LNH figurait au 1er rang de ses objectifs. En attendant, la Coupe est une récréation qui peut être une bonne rampe de lancement. «Et c’est très bien que Sélestat soit aussi qualifié, renchérit le capitaine du MHSA mais en 8èmes, il faut que nous les évitions, surtout qu’on va se retrouver trois semaines plus tard en championnat. L’idéal, ça serait de tirer le PSG, Montpellier ou St Raphaël, parce que je suis sûr qu’on ne va pas les battre mais ça serait une belle fête pour nous. En plus, si on a la chance de les recevoir. Ce match est programmé en fin de préparation, juste avant la reprise de la D2, cela ne peut être que bénéfique.» 



A Sélestat, on veut se réhabituer à l'élite

A 60 km plus au nord (d'ailleurs ce n'est pas très intelligent d'avoir programmé les deux affiches en même temps), Sélestat a éprouvé plus de difficultés à se débarrasser d'une équipe d'Ivry plus accrocheuse qui a fait la course en tête pendant 50 minutes (2-7 à la 14è, 19-24 à la 44è) avant de craquer lorsque Kosta Savic (notre photo - 7 buts) et ses partenaires ont enfin pris les commandes en ménageant toutefois le suspense (27-26) alors qu'il restait encore deux minutes à jouer. «On leur a quand même fait quelques petits cadeaux en 1ère période, souffle Christian Gaudin mais j’ai dit à mes joueurs de ne pas s’affoler et de rester concentrés. Les gardiens ont fait un super boulot avec la rentrée déterminante de Sargenton sur la fin.»  Pour Sélestat qui comme son voisin vise la (re)montée en LNH, un parcours en coupe de France serait plutôt bien accueilli. « Il ne faut pas s’enflammer, tempère le coach. Maintenant, même si je suis aujourd’hui avec une équipe de D2, cela ne m’empêche pas d’avoir de l’ambition. Il faut aussi avoir un peu de chance au tirage. Si on joue le Top 4 de la LNH, cela va être compliqué parce qu’on n’est pas assez armé. Tout est bon à prendre, si un parcours en coupe nous permet d’accélérer le processus, tant mieux mais il faut garder beaucoup d’humilité.» Et un tirage au sort qui désignerait St Raphaël par exemple, rappellerait quelques bons et mauvais souvenirs à celui qui est resté 12 ans dans le Var.   



Panne de secteur en Bourgogne, Toumi n'a pas di(s)joncté

Tout allait pourtant bien. Dijon venait d'attaquer la seconde période et face à Montpellier, le score était confortablement en faveur des hommes de Jackson Richardson (21-17 à la 36ème). La 1ère demi-heure avait été bien négociée et les Bourguignons très appliqués en attaque et solides en défense avaient profité des problèmes de finition dans le jeu héraultais. Et puis donc, la cata ! La panne de jus, le trou noir. Sans être génialissime, le MHB piqué dans son honneur va se montrer plus agressif et surtout plus constructif. Bilan: 8 buts marqués contre un seul encaissé en 10 minutes avec à la manœuvre, Aymen Toumi (notre photo - 9 réalisations au total). Le Tunisien est depuis un mois, l'homme le plus précieux que les Montpelliérains comptent dans leur rang et il se murmure du côté de Bougnol que Patrice Canayer envisage de le conserver dans son effectif. Il profite certes des absences du moment mais encore ce samedi, dans un rôle d'intercepteur et de réceptionneur, l'ailier droit qui a des "cannes" de feu dans le jeu de transition a été irréprochable (22-25 à la 46ème). Dès lors, les Dijonnais à qui rien ne va réussir, vont bien malgré eux laisser faire et le MHB va terminer le dernier quart d'heure en roue libre (27-34).

Pas si évident pour St Raphaël et Dunkerque

Valence
, la lanterne rouge de Pro D2 a failli causer une énorme surprise en se révoltant et en obligeant St Raphaël (privé de Di Panda, Simicu et du gardien Popescu) à sortir les grands moyens pour continuer son chemin. A dix minutes du terme, rien n'était acquis (27-28) et sous l'impulsion de leur ailier Jurka (10 buts au total), c'est à l'expérience que les Varois vont faire la différence (32-35). Si Dunkerque souvent maladroit n'a jamais vu la rencontre lui échapper (19-24 à la 50è), Massy a bien résisté et les gardiens des deux équipes se sont neutralisés. Les Franciliens ont souvent été pénalisés et n'ont jamais été en mesure de remonter leur handicap (24-27).


                                 Quentin Leuleu et St Nazaire n'ont rien pu faire contre Toulouse

On vient, on gagne et on s'en va

La note qu'on paie à la fin est parfois trompeuse. A Besançon, Tremblay a bataillé 27 minutes (14-12) avant de virer en tête (22-29) grâce au désormais incontournable "Dugi" Bojinovic (9 buts). A Pontault, le mano a mano a duré 20 minutes (10-10) avant que Cesson et un Jérémy Suty irréprochable (10 buts) s'envolent au score (22-31). A Nice, Chambéry avait un train à prendre. Les Azuréens ont tenté de résister mais ont rapidement pris l'eau (27-38) à cause surtout du bras gauche de Matulic et de Richardson (9 buts chacun).

Cela s'appelle le respect et Toulouse qui s'est présenté chez le petit poucet St Nazaire (N2) avec tous ses internationaux n'a pas joué au ralenti. C'était la fête mais la note est corsée pour Quentin Leuleu et ses partenaires (notre photo) qui étaient déjà bien en retard à la pause (9-21) et qui ont aggravé leur cas dans la 2ème partie (25-40). La faute surtout à Jordan Bonilauri (9 buts) et l'Espagnol Luis Felipe Reina qui en guise de cadeau d'adieu (il quitte le club la semaine prochaine) a signé 7 réalisations.

Nancy ne s'est jamais fait d'illusions face au PSG, même si les Lorrains ont démarré pied au plancher (4-1 à la 4è) et ont entretenu un suspens artificiel jusqu'à la 20ème minute (10-11). Les Parisiens ont ensuite déroulé avec à la baguette Mikkel Hansen (10 buts). Au final, l'addition est salée (23-36) mais qui aurait pu en douter ?



Nantes qui a retrouvé Valero Rivera (notre photo - 8 réalisations) a très rapidement enlevé tout mystère sur ses intentions (3-8 à la 15è). Face au Cercle Paul Bert de Rennes (N1), les hommes de Thierry Anti terminent l'année par une nette victoire (18-28).

Cela va mieux à Chartres qui s'est remis au travail depuis que Jérémy Roussel est arrivé. Gonfreville (10ème de N1) n'était pas un obstacle insurmontable, les Euréliens l'ont bien négocié après avoir imposé progressivement leur rythme. La lanterne rouge de LNH passe au tour suivant (21-29)

Grenoble, 1er de sa poule en N1 a cru pouvoir rivaliser pendant 60 minutes avec Pays d'Aix. Les Provençaux ont été devant tout le temps, parfois largement (2-8 à la 14è), parfois en jouant avec le feu (8-9 à la 26è) mais souvent en rétablissant une situation qui aurait pu se compliquer. C'est dans le 2ème acte et à l'usure que les partenaires de Joan Saubich se sont qualifiés pour les 8èmes. Ils auraient pu plier rapidement les débats, il leur a fallu attendre le dernier quart d'heure pour faire la décision (23-30).



La trêve arrive au bon moment pour Gilles Derot

Si à Istres, la qualification de Nîmes parait logique au niveau du rapport de force (31-36), cette 4ème défaite à domicile d'affilée plonge encore un peu plus l'équipe des Bouches-du-Rhône dans le doute. Au point de pousser Gilles Derot (notre photo) à remettre en cause son avenir sur le banc. Déjà après le revers en championnat dimanche dernier face à Pontault, l'entraîneur dépité par le manque d'engagement offensif de ses joueurs avait évoqué un "point de rupture" et une certaine lassitude. De là à imaginer son départ, certains ont vite tiré les conclusions. L'élimination en coupe n'a pourtant pas arrangé la situation. 

Dans l'attente du résultat du dernier match de ces 16èmes qui aura lieu ce dimanche à 14h30 entre Rodez (N1) et Billère (pro D2), Vernon est pour le moment, le seul rescapé de Nationale 1 encore en course puisque les Hauts-Normands qui ont fait le break après 20', ont sorti le promu de pro D2, Saran (36-32).

Les résultats complets (ICI)

Les 8èmes de finale de la coupe de France auront lieu le week-end des 6 et 7 février 2016 et le tirage au sort le 9 janvier.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités