mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Stine Oftedal : « Jouer la Ligue des champions avec Issy »
Stine Oftedal : « Jouer la Ligue des champions avec Issy »
5 Janvier 2016 | France > LBE

Présentation de la 12° Journée de LFH. 
A 24 ans, la demi-centre norvégienne a remporté son deuxième Mondial, dont elle a été élue meilleure demi-centre. Aujourd’hui, elle rêve de disputer, enfin, la grande Coupe d’Europe avec son club. Mais elle se donne jusqu’en février pour décider de son avenir.

Il y a deux semaines, vous étiez championne du monde avec la Norvège. Avez-vous eu le temps de récupérer ?
Je me sens bien, oui. Après le Mondial, on était un peu fatiguées mais maintenant, on est prêtes à recommencer. On a eu dix jours de vacances en famille. On est revenues samedi, on a été bien accueillies et félicitées par nos coéquipières. Je ne sais pas encore si je suis vraiment en forme, je ne le verrai que mercredi, mais j’espère.

C’est votre deuxième titre mondial après 2011. Est-il différent ?
Ce Mondial signifie davantage de choses pour moi. En 2011, je n’avais pas beaucoup joué alors que là, j’ai un gros rôle en sélection, j’étais l’une des cadres de l’équipe. C’est différent. Être championne du monde, ça reste magique, le meilleur sentiment qui puisse exister. C’est un vrai rêve, ce pour quoi on travaille au quotidien. Puis j’ai été élue meilleure demi-centre de la compétition, j’étais un peu fière de moi (sourire).


Comment avez-vous abordé cette compétition ? Vous étiez déjà qualifiées pour les Jeux, donc sans pression du résultat…
Exactement. Contrairement aux autres, on ne se disait pas que nous devions (elle insiste sur « devions ») gagner, que nous devions absolument atteindre les quarts de finale pour espérer les Jeux. Donc on s’est concentré sur le Championnat, en voulant se battre pour une médaille, comme toujours. On a commencé par une défaite face à une très belle équipe de Russie (25-26), puis on a progressé et en finale, on réussit notre meilleur match du tournoi.

Qu’est-ce que cela change au quotidien ?
D’abord, on essaie de rester les pieds sur terre. Je crois que, par notre culture, on reste humble. Même si vous gagnez un titre, vous restez humain, vous allez faire des fautes, des mauvais matchs, rien ne sera facile. On aura des mauvaises périodes, c’est certain, et je déteste vivre ces moments. Mais un titre apporte beaucoup de confiance, c’est aussi du positif.

Est-il imaginable que la meilleure demi-centre du Mondial ne joue pas la Ligue des champions l’an prochain… ?
J’ai jusqu’à février pour me décider (*). Je dois encore réfléchir et considérer le fait de jouer la Ligue des champions. Cette saison est cruciale, avec les Jeux qui arrivent, puis ce sera une année de transition. Une saison de plus sans Ligue des champions, c’est possible, ça peut être une bonne chose pour mon corps de ne pas la jouer car c’est beaucoup de matchs. Mais bien sûr, je veux la jouer, et très vite.


Quelles sont vos chances de rester à Issy ?
J’aime beaucoup ma vie ici, c’est toujours un plaisir de revenir après une compétition, et j’espère pouvoir rester. Le mieux serait d’être champion avec Issy, mais je ne le saurai pas au moment d’arrêter mon choix. C’est le même problème avec les autres clubs, tous sont dans l’incertitude même si on peut penser que certains feront la Ligue des champions. Oui, j’ai des propositions. Comme chaque année. L’idéal, c’est d’avoir la Ligue des champions ici. Mais je répète : un an de plus sans, ça pourrait passer.

Vous disputez votre troisième saison à Issy-Paris et vous n’avez encore rien gagné…
C’est difficile d’avoir un titre, il y a beaucoup d’équipes très bonnes ici. Mercredi on affronte Nîmes, qui a des très bonnes joueuses comme Chebbah, Mendy, Goïorani, Ayglon…On doit rester concentrées, on l’a vu avec Fleury contre Besançon. Si on gagne, ça devient intéressant. Jouer les play-offs, c’est le plus important, car le but, c’est le titre. Ensuite, c’est la Coupe d’Europe qui nous intéresse. Mais c’est sûr qu’on veut tellement gagner qu’on va essayer dès la Coupe de la Ligue. Cette année, on ne veut pas se contenter de la 2e place.

(*) Stine Oftedal est sous contrat jusqu'en 2017 avec Issy-Paris. Certaines options lui permettent néanmoins de s'engager à l'étranger cet été. Sa réponse doit être donnée avant fin février.


Pernille Wibe, elle, sera parisienne
Issy-Paris comptera au moins une championne du monde dans son effectif la saison prochaine. Pernille Wibe, qui a décroché son premier titre mondial en décembre dernier à 27 ans, n’a pas fait jouer ses options pour partir. La pivot va donc poursuivre sa progression chez les vice-championnes de France, au moins un an de plus. Avec un rôle de joueuse majeure à affirmer un peu plus. « C’est sûr qu’après ce titre, les gens attendront plus de nous, sait-elle. C’est une bonne chose, ça nous force à travailler encore plus pour être meilleures. Mais je ne me mets pas de pression supplémentaire. Je veux juste progresser en faisant de mon mieux. On a une deuxième partie de saison très excitante, je suis très motivée. »

Ailleurs en LFH : première pour Mayonnade avec Metz

Outre le duel entre Issy-Paris (3e) et Nîmes (4e), la journée permettra peut-être de voir un co-leader s’installer au côté de Fleury en tête. Metz, en déplacement à Dijon, a en effet une occasion de recoller. A condition de faire mieux que la saison dernière, puisque les Lorraines s’étaient inclinées en Bourgogne. Ce match sera une première pour Emmanuel Mayonnade, l’ancien entraîneur de l’UBBMB qui a traversé la France pendant l’hiver pour remplacer Jérémy Roussel, parti à Chartres. Un mandat qu’il espère commencer par une victoire. Mais attention. Dijon, 9e, semble un peu à la traîne mais n’a pas encore abdiqué pour les play-offs. Il faudra pour cela réussir une fin de saison parfaite à domicile et aller chercher des points à l’extérieur. Cela commence donc mercredi.

Enfin, Toulon, empêtré dans une vilaine série de sept matchs sans victoire, va tester ses bonnes résolutions avec la réception de Nice, concurrent direct pour les play-offs. Pour l’instant, les Varoises, qui ne seront a priori pas renforcées pour la fin de saison malgré la blessure de Jurisic (genou), traînent à deux victoires de la 6e place, occupée par les Azuréennes. Un succès les relancerait donc totalement, tandis qu’une défaite les écarterait sans doute pour de bon (même si rien n’est définitif dans un Championnat aussi serré).


*****************************

ISSY PARIS HAND - HANDBALL CERCLE NIMES

Pronostic : Issy-Paris

Date et Heure :
Le 06/01/2016 A 14:30:00
Lieu :
Pierre de Coubertin
82 , avenue Georges Lafont
PARIS

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

TOULON/SAINT-CYR VAR HANDBALL - OGC NICE COTE D'AZUR HANDBALL

Pronostic : Nice

Date et Heure :
Le 08/01/2016 A 20:30:00
Lieu :
Palais des Sports de Toulon
420 avenue Amiral Aube
TOULON

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

CERCLE DIJON BOURGOGNE 21 - METZ HANDBALL

Pronostic : Metz

Date et Heure :
Le 06/01/2016 A 20:00:00
Lieu :
Jean-Michel Geoffroy
17 , rue Léon Mauris
DIJON

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

Déjà joué : Fleury - Besançon, 22-25 (en savoir plus en cliquant ici)

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités