mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF F: Brest, quel exploit!
CDF F: Brest, quel exploit!
24 Janvier 2016 | France > Coupe de France

Le leader de D2 a tapé le champion de France en titre, Fleury, qui a couru après le score pendant une heure à l'Arena. La voie est désormais grande ouverte vers les demi-finales pour les Bretonnes. « C'est énorme, magique », savoure Stéphanie Ntsama Akoa, la capitaine. Par ailleurs, St-Maur a frôlé l'exploit face à Toulon.

C’est la soirée parfaite, le genre de celles dont on se souvient au sein d'un club qui continue sa construction à vitesse grand V. Dans son Arena où se sont époumonés plus de 3000 supporters, Brest, vice-champion de France de D2 et leader pas vraiment contesté de la division cette saison, s'est offert Fleury, en course pour une place dans le Top 8 de la Ligue des champions. Oui, un monde sépare aujourd’hui les deux équipes. L’espace d’une heure, celui-ci a été gommé, et surtout pas vraiment visible, entre des Bretonnes mortes de faim, qui avaient coché cette date « depuis qu’on connaît le tirage », rappelle Stéphanie Ntsama Akoa, et des Loirétaines qui comptaient sur leur expérience des dernières semaines pour passer. Patatras. L’entame était bretonne (5-1, 6e), la suite tout autant (12-7, 17-13 à la pause…) et, malgré la résistance de Niombla (10 buts), l’épilogue aussi (28-26). « C’est énorme, magique, en pétille encore la capitaine du BBH. C’est ce qu’il y a de plus beau dans le sport. Avant le match, on y croyait sans trop y croire. »

Et Brest a quasiment réalisé le match parfait, au point de maîtriser face à ce qui se fait de mieux en France. C’est d’abord en défense que les filles de Laurent Bezeau se sont imposées, faisant très vite comprendre à Fleury (privé de Cissé et Barbosa, ce qui n’est pas rien) que ce serait difficile, d’autant que Dangueuger se montrait à son aise (8 arrêts). Ensuite, les Brestoises ont été efficaces en attaque, à l’image de Maud-Eva Copy (5/5) ou Marine Desgrolard (4/5), faisant sortir Zoqbi du match avant le quart d’heure. Puis l’expérience des Mangué (7/12) et Ntsama Akoa (6/9) a joué, jusqu’à ce que les pensionnaires de LFH craquent. « On avait vraiment tout mis en œuvre pour gagner, bien étudié leurs enclenchements à la vidéo, explique l’ancienne Toulonnaise. Ça fait des semaines qu’on se prépare, alors que Fleury n’a pas préparé le match comme elles auraient dû, peut-être parce qu’elles avaient un calendrier moins souple. »

Quart-de-finaliste, Brest dispose d’une voie royale vers les sommets. Toujours invaincues cette saison, Stéphanie Ntsama Akoa et ses coéquipières doivent recevoir Plan-de-Cuques, pensionnaire de N1, le mercredi 3 février. A condition que les Sudistes ne déclarent pas forfait en raison d’un déplacement en semaine difficile à imaginer pour des amateurs. « On reste modistes mais logiquement, on doit gagner, reprend l’arrière. En Coupe, que ce soit Octeville, Rennes ou encore plus Fleury, on a toujours préparé sérieusement. Plan-de-Cuques, ce sera pareil. On est presque en demi, on se sent pas loin de Bercy, ce qui serait magique pour le club, les joueuses. Et je pense que si le tirage au sort nous offre un nouveau match à Brest, l’équipe qu’on recevra se préparera sérieusement. Maintenant, on va faire peur. »

La Stella y a cru face à Toulon

C’est un grand ouf de soulagement qu’ont poussé les Toulonnaises ce dimanche. « Des fois, après un match, il faut savoir fermer sa gueule », lâche même Thierry Vincent. Il faut dire que ses joueuses s’en sont sorties de justesse à la Stella St-Maur (25-24), pensionnaire de D2, qui a fait jeu égal tout le match et a bénéficié d’un ballon d’égalisation dans les dernières secondes, finalement perdu. « C’est une énorme frustration, déplore Samir Messaoudi, l’entraîneur francilien. On savait qu’on pouvait jouer le coup. » Souvent menées (1-3, 6-10), les Saint-Mauriennes n’ont jamais baissé les bras, grâce à un jeu d’attaque en mouvement intéressant, au bras de Déborah Kpodar (6 buts) et aux arrêts de Karen Gadelha, impressionnante dans les duels de près.

« Mais on n’arrive pas à passer devant, sinon on aurait pris le dessus sur elles, et on paye notre débauche d’énergie à la fin, souffle encore le coach. Ça fait trois ans de suite qu’on échoue à rien (Issy-Paris et Le Havre avant Toulon), c’est frustrant. » « J’avais espoir, sourit Karen Gadelha. La défense était bien en place, on a réussi ce qu’on avait travaillé toute la semaine, mais ce sont les petits détails qui font la différence à la fin. » Voilà donc Toulon qui poursuit son aventure, avec un quart de finale à domicile prometteur face à Issy-Paris. Pas forcément une perspective qui réjouit Thierry Vincent. « On est sur le fil du rasoir en permanence, râle-t-il. Avant de penser à quoi que ce soit en Coupe de France, on va se concentrer sur le match de Besançon. C’est notre prochain objectif. »

Metz et Nîmes remportent les chocs

Ne pas se fier aux deux penaltys détournés par le pied gauche (Gros) et le pied droit (Lévêque) de Noura Ben Slama. C'est en visant plus juste que Dijon que Metz, tenant du titre, a oblitéré son billet de quart (29-19). Ana Gros (8 buts, 6 passes), Camille Aoustin (3/3, 3 passes) et compagnie ont rentré deux tirs sur trois, contre à peine plus d'un tiers côté bourguignon (19/51, soit 37 %). Les quatre montants trouvés dans la première demi-heure, les méformes de Skolkova (2/12) et Pidpalova (0/3), les seize parades de la paire Glauser/Rajcic ont desservi la lanterne rouge de LFH. Le dévissage amorcé avant la pause (6-7, 14e puis 8-7, 17e et 14-9, 30e) s'est avéré irréversible (24-14, 26-17…). « On a essayé de s'accrocher, malheureusement on finit à dix buts, analyse Barbara Moretto. Nous n'étions pas ensemble en défense, je ne me l'explique pas.... Metz nous a atomisées en fin de montée de balle. Ca fixait, ça décalait bien. J'espère que mercredi, on essaiera d'accrocher un peu plus Fleury (quart de finale de Coupe de la Ligue). »

Avec Laurent Hoppe, à Metz

Dans l’autre rencontre entre équipes de l’élite, Nîmes a dominé Besançon (27-22, 9-9 à la pause) et a gagné le droit d’aller défier Metz en Lorraine au tour suivant. Soit la revanche de la dernière Coupe de France, remportée par les Messines. Voilà une victoire qui va faire du bien aux Gardoises qui n’avaient pas encore gagné en 2016 (3 défaites dont deux en Championnat et un nul).

Nice, Nantes et Issy-Paris assurent

En déplacement chez des équipes de Nationale 1, Nice et Nantes ont tenu leur rang. Les Azuréennes ont été accrochées 10 minutes par Rochechouart (6-7) avant de creuser un écart, pas encore suffisant à la pause (16-20) mais amplifié pendant la seconde demi-heure (29-46). Les deux équipes ont ainsi pu se faire plaisir (9 buts pour Okomba et 8 pour Lutovac à Rochechouart-St-Junien, 9 pour Lacrabère, 8 pour Kouyaté à Nice) et la fête a été belle en Haute-Vienne. De leur côté, les Nantaises ont démarré à fond (3-11, 14e) face à Vaulx-en-Velin et ont ensuite géré leur avance face à des locales qui n’ont jamais renoncé. Laëtitia Benouamer (8 buts) et les siennes ont même aperçu l’exploit un instant en revenant à 4 buts (23-27, 49e), mais une dernière accélération de Coatanéa (8 buts) scellait la victoire du NLA, qui se rendra à Nice en quart de finale.

Enfin, Issy-Paris a connu bien des difficultés à se défaire de Chambray (D2, 23-29), qui a réussi une énorme entame (10-4, 14e), dans le sillage de la triplette Thomé-Sankharé-Herbrecht (15 buts à elles trois). Les Parisiennes ont progressivement grignoté leur retard (12-8, 13-11, 14-14) et ont pris les commandes après 40 minutes et finir beaucoup mieux que les Chambraisiennes (17-24, 49e). Mais Issy-Paris a surtout perdu dans l’affaire Sophia Fehri, blessée au genou et au sujet de laquelle on craint le pire. Déjà privées de Doungou Camara pour ce match (cheville), les Parisiennes perdent encore une joueuse précieuse alors que le calendrier reste aussi chargé.

Huitièmes de finale de la Coupe de France
Nîmes – Besançon, 27-22
Rochechouart-St-Junien (N1) – Nice, 29-46
Plan-de-Cuques (N1) – Yutz (D2), 20-0 (forfait Yutz)
Metz – Dijon, 29-19
Chambray (D2) – Issy-Paris, 23-29
Brest (D2) – Fleury, 28-26
ASUL Vaulx-en-Velin (N1) – Nantes, 24-33
Stella-St-Maur (D2) – Toulon, 24-25

Les affiches des quarts de finale
Brest – Plan-de-Cuques, Metz – Nîmes, Toulon – Issy-Paris et Nice – Nantes.
Matchs le mercredi 3 février.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités