mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro : Xavier Barachet, à fond derrière les Bleus
Euro : Xavier Barachet, à fond derrière les Bleus
25 Janvier 2016 | International > Euro

Grand absent de l'Euro polonais, Xavier Barachet qui se remet de sa blessure au genou droit et qui a repris l'entraînement avec le centre de formation du PSG, ne rate pas une seconde des matches de l'équipe de France. Le gaucher est très confiant pour ce qui va suivre.

par Yves MICHEL

Pour Xavier Barachet, les championnats d’Europe n’évoquent pas obligatoirement que de bons souvenirs. Absent de Pologne à cause d’une lésion au genou droit, privé de Danemark deux ans plus tôt suite à une fracture au poignet, dans la tourmente serbe de 2012, le Parisien a décroché sa seule médaille d’or européenne lors de la ballade autrichienne après avoir passé une bonne partie de la compétition comme 17ème homme dans les tribunes et fait une courte apparition dès les demi-finales. Pour autant, le gaucher reste une valeur sûre de la sélection tricolore où il compte bien faire bientôt sa réapparition. Depuis le début de l’Euro, son emploi du temps est très chargé entre la reprise de l’entraînement et les séances physiques au PSG, sa vie de famille avec le petit Matéo, né l’an dernier juste avant de partir pour le Mondial qatari et bien entendu, les matches de l’équipe de France qu’il suit à la télé.

Xavier, tu relèves de blessure, comment ça va ?
Pas mal… Cette semaine, je reprends progressivement le handball car depuis janvier, j’ai fait un gros travail avec les kinés, un gros travail de préparation physique, de muscu et même de course. J’espère très rapidement être opérationnel.

A l'entraînement du PSG, il ne doit pas y avoir grand monde chez les pros...
C’est sûr mais en fait, on travaille encore mieux car du fait qu’on est peu, on bénéficie pratiquement de séances individualisées avec le staff médical et le préparateur physique. Ensuite, par rapport aux autres équipes, c’est au niveau collectif qu’on a peut-être moins d’avantages. Mais on s'entraîne avec le centre de formation.

Ce n’est pas pénalisant de suivre l’Euro à la télé ?
C’est vrai que je n’ai pas l’habitude de rester le mois de janvier à la maison et quand je les vois à la télé, ça donne envie d’être parmi eux. C’est le 2ème Euro que je loupe vraiment, je fais partie de la liste des blessés, je ne suis pas le seul puisque les autres sélections n’ont pas été épargnées. C’était trop tôt pour moi de partir, j’aurais pris trop de risques et avec l’accord de chacun, j’ai pris je pense la bonne décision.

Comment trouves-tu l'équipe de France ?
Elle monte vraiment en puissance.

Heureusement que les cadres sont toujours là...
De toute manière, on savait qu’une perf' à cette Euro allait reposer sur la qualité de jeu des cadres. Il manque quelques joueurs, du coup les rotations apparaissent plus difficiles. Excepté le match contre la Pologne où la France est tombée sur une équipe qui semblait faire le match de sa vie et qui avait besoin d’un déclic, on a vu quand Niko, Titi, Luc, Daniel ont répondu présents, tout de suite, c'est devenu plus simple.

Qu’est ce qui t’a plu dans cette progression ?
La qualité de jeu. Sincèrement. Le match que fait Titi contre la Croatie est phénoménal, pareil pour Luc depuis le début de la compét, Niko avec son 9/9 (contre la Biélorussie) a rassuré. Ce qui me touche, c’est l’aspect tactique. Contre les Croates, avec cette défense 5-1, ils ont laissé un peu jouer le côté droit adverse et ça a payé. Tu as l’impression que tout ce qui avait été mis en place la veille ou le matin du match a été respecté. La présence de Didier (Dinart) est importante. A l’avenir, avec cette justesse tactique additionnée à la qualité individuelle, je pense qu’on peut encore progresser.

Avant de retrouver la Norvège, la calculette n'est plus utile...
C'était serré mais les Macédoniens nous donnent un coup de main. Cela montre aussi que le niveau des équipes est élevé et que se qualifier tient à pas grand-chose. J'ai toujours été confiant. Même si la Norvège est dans une certaine euphorie, on a les moyens de les battre.

Tes favoris pour le carré final ?
Je ne vais pas être très original. France, Pologne, Espagne, Danemark. Hier (dimanche), j’ai vu les Espagne-Danemark. En 1ère mi-temps, tu avais l’impression que les Espagnols avaient la maîtrise mais les Danois avaient deux buts de retard avec en face, un Sterbik à 70% ! Le Danemark est l’équipe qui m’impressionne le plus par sa justesse, sa combativité et ce qui change de par le passé, c’est qu’ils ne lâchent rien.

Tu as eu l’occasion d’échanger avec tes potes de l’équipe de France ?
Je leur ai envoyé des messages d’encouragement et de félicitations mais bon, je n’en rajoute pas. Ils sont dans leur compét’, ils ont un break jusqu’à mercredi, ils vont pouvoir recharger les batteries, je les sens bien et je suis content que cela se passe comme ça.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités