mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF: Cadillac trace sa route vers Paris
CDF: Cadillac trace sa route vers Paris
23 Février 2016 | France > Coupe de France

Quart de finaliste de la Coupe de France Départementale depuis ce week-end, l'Union Athlétique Cadillac vit une saison passionnante. Pour le petit club Girondin, la Coupe et le Championnat donnent d'intenses émotions... en attendant une issue favorable, à savoir une montée en région et une qualification pour une finale historique à Bercy le 21 mai prochain.

Non, non… Messieurs, Dames, détrompez-vous ! Cadillac n’est pas seulement le nom d’une glorieuse marque automobile. C’est également le nom d’une petite commune de 2.700 âmes sur les bords de la Garonne, un joli village de France sur la route menant de Bordeaux vers Langon. Connu pour son château et son centre hospitalier, Cadillac est en pleine lumière depuis ce week-end grâce à son club de handball… et ce 8ème de finale gagné dans la salle Bordelaise de Jean Dauguet par son équipe première masculine. Une rude bataille face aux Deux-Sévriens de Prahecq que nous raconte l’entraîneur Thomas Castet : « rapidement, on mène de trois buts… mais on a quand même pas mal de déchets dans la finition. On avait en face un gardien performant qui nous a mis en difficulté et remis Prahecq dans le bon sens. Avant la pause, Prahecq nous est passé devant… une équipe costaud surtout en base arrière. Défensivement, il a fallu être solide. C’est surtout sur le plan mental qu’on a fait la différence ». Victoire aux forceps (23-20) après un 16ème de finale compliqué face à Aucamville (24-25)… le moins que l’on puisse dire, c’est que l’UAC fait preuve d’un mental à toute épreuve pour se sortir de situations alambiquées : « on ne lâche pas les matchs malgré que l’on soit en difficulté. On a un gros mental depuis plusieurs matchs… chose que l’on n’avait pas forcément la saison dernière. On ne s’affole pas dans les moments où on est en difficulté, on revient aux forceps. Je retiens que défensivement, on a eu un gros temps fort en seconde mi-temps. On repasse à +3 à cinq minutes de la fin avec une prestation remarquable de notre gardien ».

Un mental omniprésent aussi en Championnat, Jeff Grillet et ses copains sont actuellement leaders de pré-régionale : « on jouait dernièrement des matchs très importants en championnat face aux 2ème et 3ème contre Andernos et Ambarès. « Trop vite, on s’embarque tout seul dans une impasse. Sur le plan handball, on a de quoi mettre ses équipes à distance… mais en ce moment, on a un souci de finition plus psychologique sur certains joueurs. Un peu de peur au ventre et un échec sur les derniers gestes… même si l’adversaire a eu six buts d’avance, on n’a jamais rien lâché ». Mais à chaque fois, l’UAC peut compteur sur son point fort : « on est revenu grâce à une bonne défense, un secteur que l’on travaille énormément depuis le début d’année… un schéma que l’on a mis en place et que je qualifierai d’offensif. Derrière, notre gardien Aurélien Jouneau est au-dessus du lot et fait deux gros matchs qui nous permettent petit à petit de revenir dans les dernières minutes ». Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec Cadillac, le public en a pour son argent. « C’est assez stressant à vivre sur le banc » poursuit Thomas Castet. « Ça paie et le mental fait encore la différence ». Et au quotidien, l’ambiance est au beau fixe : « mon groupe vit bien ensemble. Ça se ressent sur le terrain, tout le monde se soutient, se serre les coudes, il n’y pas d’engueulade ».

Deux objectifs à atteindre… un luxe et une situation excitante pour la bande à Castet : « pour un petit club comme le nôtre, c’est la première fois ! On n’a jamais été en région. En début de saison, on s’est d’ailleurs fixé la montée en région. La route est encore longue mais on est bien engagé. La Coupe reste la cerise sur le gâteau ». Une réussite qu’évidemment les Cadillacais n’avaient pas en tête au moment de rechausser les baskets il y a de cela six mois : « on n’y pensait évidemment pas… le championnat reste la priorité. On pensait jouer la Coupe plus sérieusement dans le sens où les saisons passées, je me servais des matchs de Coupe pour faire tourner l’effectif et travailler les jeunes. Au fur et à mesure de l’avancée en Coupe, on pense de plus en plus à aller jusqu’à Bercy. On n’y a jamais joué… ça va nous changer de la salle de Cadillac (rires) ». Une pointe d’humour certes mais l’ambition n’est jamais loin même chez un club amateur : « pour l’instant, on va se reconcentrer sur le championnat. On a des matchs avec des équipes de milieu de tableau qu’on se doit de bien négocier. Et on pensera un peu plus tard à la Coupe ».

Un double objectif qui suscite de l’intérêt dans le quotidien des handballeurs Cadillacais : « c’est sympa pour le club, ça motive tout le monde ». Prochaine étape, les 26 et 27 mars pour un quart de finale et éventuellement une demie à ne pas rater : « c’est une formule à double confrontation si on passe le premier match. C’est surtout la gestion physique des joueurs qui importe. Comme ce week-end, on se met en difficulté puisque les matchs sont serrés jusqu’au bout. On a d’ailleurs deux / trois joueurs qui ont fini avec des crampes contre Prahecq. Il faut donner du temps de jeu à tout le monde, faire souffler les titulaires… parce qu’on espère bien être en demie ». Et au bout… le rêve de jouer à Bercy devant des milliers de spectateurs, un coin de ciel bleu pour un handball Girondin qui se morfond depuis de nombreux mois à cause de la disparition des clubs professionnels tels l’UBB-MB et les Girondins de Bordeaux. Un crève-cœur pour tous les amoureux du hand local à l’image de Thomas Castet : « Je me souviens tout petit, mes parents m’emmenaient au palais des sports de Bordeaux, on allait les voir jouer, il y avait de magnifiques affiches comme face à l’OM Vitrolles. Malheureusement aujourd’hui, ça manque… un club dans l’élite, c’est moteur pour le secteur, pour nos jeunes. Ca permettait de voir du beau handball ».

En attendant de revoir un club du 33 en première division, c’est le club du président Denis Castet qui vit intensément son rêve de finale : « ça commence et ça bouille un peu. Ce week-end, il devait y avoir 70 à 80 de nos supporters dans les tribunes. C’est vrai qu’on jouait un peu à domicile par rapport à nos adversaires. Les gens dans le club sont impliqués… à nous maintenant de mettre en place des regroupements pour les finales de secteur fin mars. Le club est en ébullition, on a d’ailleurs une réunion lundi prochain… certainement on va aborder le sujet pour mettre en place des bus, des réservations. Créer l’évènement… parce qu’encore une fois, c’est historique pour le club ». Une saison à marquer d’une pierre blanche dans la vie de l’UAC… en espérant que la réussite sportive se mêle à l’envie des joueurs Girondins de fouler fin mai le mythique parquet de Paris-Bercy.

© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités