mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: St Raphaël se fait remuer, Montpellier en profite
LNH: St Raphaël se fait remuer, Montpellier en profite
24 Mars 2016 | France > LSL

Le match nul entre Ivry et St Raphaël (30-30) permet à Montpellier vainqueur à Toulouse de se rapprocher de la 2ème place du classement de LNH mais aussi aux Val-de-Marnais d'assurer quasiment leur maintien. Les Ivryens profitent également du nouveau faux-pas à domicile de Tremblay, en perdition face à Chartres.

par Yves MICHEL

Dans l'attente d'un PSG-Nantes (ce jeudi soir à 20h45 sur beIN Sports 1) qui en cas de victoire des Parisiens les confortera vers un nouveau titre national, Saint Raphaël peut s'estimer chanceux de ne pas avoir chuté à Ivry en arrachant le point du match nul sur le gong grâce à l'inévitable Lynggaard (le héros du succès à Montpellier). Les Varois avaient semble-t-il réalisé le plus difficile en mettant de la distance en fin de 1ère période (11-14) et en restant aux commandes jusqu'à l'entrée du dernier quart d'heure (21-26 à la 44ème). Et puis la machine s'est grippée. «On prend 19 buts en 2ème mi-temps, constatait Geoffroy Krantz. Pour la 2ème défense du championnat, c’est inadmissible. C’est ce qui nous a mis en difficulté, on a mal défendu et on n’a pas eu beaucoup d’arrêts de gardiens.» St Raphaël n'était plus aussi fringant, plutôt mal inspiré et incapable de suivre les consignes que Joël Da Silva tentait de lancer depuis le banc. Le spectre d'un 3ème revers consécutif (après Toulouse et Bjerringbro) hantait toutes les têtes.  «On a un problème de confiance sur les fins de matches, poursuit Krantz. Cela fait un petit moment que cela dure, on perd en sérénité, on s'énerve, on se précipite et on prend des shoots bêtes. Il parait que la peur de gagner existe dans certains sports comme le tennis. Le fait d'être très proche et à la fois très loin sème peut-être le doute. Il ne faut pas céder à la panique car sincèrement, pas mal d'équipes aimeraient être à notre place.» St Raphaël va aussi tomber sur un adversaire qui même dominé, ne va rien lâcher. Dans le sillage du duo Popovic-Mathieu Bataille très bien réglé offensivement (9 buts à eux deux en 20 minutes), Ivry a imposé son propre tempo comme si de cette seule confrontation dépendait son avenir parmi l'élite. Cela a plutôt bien fonctionné puisque les Val-de-Marnais vont remonter les marches et passer par deux fois en tête (30-29 à la 59ème). En supériorité numérique après l'exclusion de Mathieu Bataille, St Raphaël va dans un 1er temps se casser les dents sur le portier Rémi Gervelas qui repoussera un 1er tir du gaucher Jan Stehlik (notre photo de tête) mais trouvera la faille à l'ultime seconde grâce à un déhanché de son génial pivot danois. Le partage des points satisfait bien entendu les Ivryens surtout en apprenant un peu plus tard, la défaite de Tremblay à domicile (voir plus bas). Dans le camp d'en-face, la frustration de ne pas avoir su tuer le match quand il le fallait a vite cédé le pas à l'évocation de ce qui attend l'équipe au calendrier. «Dimanche, on joue à Minsk, rappelait Joël Da Silva et si on gagne ou même on fait match nul, on est qualifié pour les quarts de finale de la coupe d'Europe. Cette saison, on est trois équipes françaises à pouvoir gagner le Final Four. Il est inconcevable que cela nous échappe. Si cela tombe sur nous, tant mieux, si c'est Nantes ou Chambéry, je serai tout aussi content.» La prochaine échéance en championnat pour St Raph' est de taille puisqu'il faudra accueillir le PSG,     



Montpellier au forceps


Montpellier se rapproche. Mais il y a toujours ce classement qui ne tient pas compte de la décision d'appel qui si elle devait être confirmée par le CNOSF, retrancherait deux points. Pour le moment dans l'Hérault, on savoure le temps présent qui continue à pourtant être semé de mauvaises nouvelles. La dernière en date concerne la blessure de Diego Simonet qui victime d'une rupture du ligament croisé du genou droit, a fait un trait sur toute sa fin de saison et même au-delà. Le déplacement à Toulouse s'annonçait donc à hauts risques. Et il a failli l'être. Mais comme le reconnaissait Philippe Gardent, le coach du Fénix, « on a trop été dans l'intermittence face à une équipe assez... métronomique. La différence d'expérience est vraiment criante et encore, on n'a pas eu aujourd'hui un Montpellier sublime. Ils sont fatigués, on n'en a pas profité, on se punit un peu tout seul.» Toulouse a fait jeu égal durant toute la 1ère période et au retour des vestiaires, avant de se laisser distancer à l'entame du dernier quart d'heure (22-27 à la 46ème). A cela plusieurs raisons, le changement de système de défense du MHB, la prise en stricte de Valentin Porte et le manque de réussite de ses arrières. Montpellier n'a pas su tuer le match à ce moment-là malgré un duo Aymen Toumi (notre photo)-Vid Kavticnik, décisifs à la conclusion (9 buts chacun). En passe d'être rejoints au score (29-30 à la 58ème), Arnaud Siffert n'a pas bougé lorsque le demi-centre toulousain Alvaro Ruiz a catapulté son dernier tir à côté de sa cage. « Des matches serrés comme celui-là, on en aura jusqu'à la fin de la saison, analysait le portier du MHB. La fatigue s'accumule, on manque de rotations mais on ne réfléchit pas trop. Il faut qu'on grappille des points pour se rapprocher de la tête du classement.» Dimanche, c'est à un autre challenge auquel Montpellier sera confronté. Direction l'Allemagne et Flensburg pour le 8ème retour de la Ligue des Champions. Avec un but à remonter. 



Chambéry et Créteil, valeurs sûres

A Créteil, Aix et Chambéry, pas de surprise. L'espace vital a été sauvegardé par le locataire des lieux.

Créteil a renoué avec le succès devant Dunkerque, un adversaire direct aux places d'honneur. Les partenaires de Boiba Sissoko (notre photo) ont pris les commandes très tôt (4-1 à la 4ème) et n'ont jamais failli même si les Nordistes ont eu, notamment en 1ère période, la balle de l'égalisation au bout des doigts. Les 7 mètres d'Hugo Descat qui retrouvent de belles sensations, le SAV désormais syndical de Nédim Rémili et les arrêts de Mate Sunjic ont préservé une avance qui s'est stabilisée à 3-4 buts dans le 2ème acte. Les sept réalisations de Kornel Nagy n'ont pu éviter à l'USDK, une défaite qui tombe plutôt mal (31-26).

Nîmes n'avait pas gagné à Chambéry depuis 10 ans, il faudra donc attendre encore un peu pour voir les Gardois s'imposer à nouveau au Phare. Equilibré dans le 1er quart d'heure (8-7 à la 16ème), le sort du match a basculé en fin de 1ère mi-temps en faveur des Savoyards malgré l'exclusion définitive de Benjamin Gille (14-8 à la pause). Notamment martyrisés par Edin Basic (9/9 dont 5/5 à 7m), les Nîmois ont couru après leur retard pendant toute la seconde période sans jamais pouvoir le rattraper, même si dans la dernière minute, ils vont réduire l'écart (29-25).

En s'imposant face à Cesson (28-19), Aix a assuré son maintien parmi l'élite. Les Bretons rentrent dans le rang et perdent même quelques paillettes puisqu'ils se retrouvent 10èmes. Jamais ils n'ont été en mesure d'inquiéter les Provençaux qui grâce à un Pierre Marche de gala (7/7) et les... 23 (!!!) arrêts d'Erevik ont marché sur l'eau.      

Goût de bouchon à Tremblay

A Tremblay, le vin servi dans les salons VIP a soudain pris un goût de bouchon. Sourires contenus, les Chartrains étaient satisfaits du tour qu'ils venaient de réussir en s'imposant pour la 1ère fois de leur vie en LNH, à l'extérieur (33-36). Ce succès ne servira certainement à rien mais peu importe! Il couronne les frémissements du travail de Jérémy Roussel qui, arrivé début décembre dans l'Eure-et-Loir pour jouer les pompiers de service a redonné confiance à certains, corrigé quelques détails mais il était trop tard. A Chartres, on a au moins eu le mérite de réagir et de changer de tête à l'entraînement. Ce que n'ont pas "su", "pu" ou "eu le courage de" faire les dirigeants dans le camp d'en-face.

Ce mercredi, après avoir été indécis pendant toute la 1ère période, le sort de la rencontre entre les deux mal classés de LNH a basculé peu après la pause en faveur de Tremblay (22-18 à la 31ème). Jusqu'à ce que Chartres refasse son retard et prenne le pouvoir dans le money-time.

A désormais sept points derrière Ivry et neuf sur Aix, il n'y a qu'un miracle ou un voyage à Lourdes (les deux peuvent être liés) pour sauver une des deux équipes de la relégation. Pour Chartres, cette saison, c'était un baptême du feu, pour Tremblay, à force justement de jouer trop près du foyer ou à la roulette slave avec des agents de joueurs qui se frottent les mains en raison du réassortiment incessant et incohérent du stock, on finit par se brûler. L'entraîneur Christmann est-il toujours l'homme de la situation ? Après 19 rencontres de championnat, un recrutement à l'intersaison entièrement de son fait (après avoir fait partir 9 joueurs) et seulement trois victoires contre des "2ème partie de tableau", le doute n'est plus permis.



US CRETEIL - DUNKERQUE HGL                   31 - 26  (MT: 17-13)

Statistiques du match

*****************************

PAYS AIX UCCESSON RENNES                    28 - 19  (MT: 11-10)

Statistiques du match

*****************************

US IVRY - SAINT RAPHAEL VHB                    30 - 30  (MT: 11-14)

Statistiques du match

*****************************

FENIX TOULOUSE - MONTPELLIER HANDBALL     29 - 30  (MT: 15-14)

Statistiques du match

*****************************

CHAMBERY SH - USAM NIMES                                     29 - 25   (MT: 14-8)

Statistiques du match


*****************************

TREMBLAY EN FRANCE - 
CHARTRES MH 28      33 - 36  (MT: 20-18)

Statistiques du match

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités