mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Nantes mal récompensé, PSG champion dans deux journées ?
Nantes mal récompensé, PSG champion dans deux journées ?
25 Mars 2016 | France > LSL

Nantes aurait signé là un véritable exploit. Celui de prendre au moins un point sur le sol parisien, ce qu'aucune équipe toutes compétitions confondues, n'a réalisé cette saison. Le PSG poursuit sa marche triomphale vers un nouveau titre. Tout pourrait être plié au soir de la 21ème journée.  

par Yves MICHEL

Après son succès face à Nantes (34-33), le PSG n’est plus qu’à deux victoires (ou peut-être moins) d’un sacre qui lui est promis depuis… le début de saison. Qualifiée directement pour les quarts de finale de la Ligue des Champions (elle connaîtra dimanche soir son adversaire, entre Zagreb et Rhein Neckar Löwen), l'équipe de la capitale n’a pour l’instant, essuyé qu'un seul accroc majeur en s'inclinant face à Montpellier en finale de la coupe de la Ligue. Moins de deux semaines plus tard, le PSG a bien failli rencontrer une seconde mésaventure, cette fois à domicile face à de vaillants nantais.  

Nikola Karabatic et Xavier Barachet absents d'un côté, le "H" privé de Schulz, Claire, Feliho, Derot et Lagarde, les infirmeries étaient bien garnies mais Thierry Anti le coach ligérien, dans un rôle de brouilleur de pistes avait pris les devants en prévenant qu'il ne faudrait pas attendre une grosse performance de ses joueurs. Ben voyons !

Durant 60 minutes, Nantes va faire mieux que subir et souvent élever son jeu au niveau de son adversaire . Après une entame difficile au cours de laquelle le PSG va rapidement faire un écart avec le duo Narcisse-Hansen à la manœuvre (4-1 après 4’), le "H" va se montrer plus précis dans ses intentions et surtout plus mobile en défense autour d'un Nicolas Tournat phénoménal. Même si derrière, Skof futur parisien la saison prochaine, faisait le boulot (10 arrêts en 1ère), le tableau d'affichage n'évoluait guère et Paris restait largement devant (13-9 à la 21ème).



Comme si les absences citées plus haut ne suffisaient pas, Thierry Anti va perdre un nouveau joueur. Sur un décalage à l'aile droite, Rodrigo Salinas était légèrement déséquilibré par Samuel Honrubia et retombait mal. Grimaçant de douleur en se tenant la cheville droite, le Chilien sera évacué hors des limites du terrain (notre photo). Il ne reviendra pas, ne fera pas le déplacement vers le Danemark (match dimanche à Bjerringbro en coupe EHF) et rentre ce vendredi matin en Loire-Atlantique pour des examens approfondis. « On voulait sortir de ce match sans blessés, c’est plutôt raté… pestait Thierry Anti. Cela m’a privé d’une solution supplémentaire sur la base arrière puisque Rodrigo était sensé jouer avec le terrain de gauche beaucoup plus demi-centre. J’ai du composer, tout en ménageant Alberto (Entrerrios), Nicolas Tournat, par moments Valero (Rivera). Ce n’était pas simple car il fallait rester dans le match mais  aussi penser à celui de dimanche. Je pense que je m’en suis pas mal sorti, quand même. » Paradoxalement, loin d’être déstabilisés, les Nantais vont puiser dans ce nouveau coup du sort, une source supplémentaire de motivation. Et tout le monde va s’y mettre. Si bien qu’à la pause, les deux équipes étaient dos à dos (17-17).

Ce qui suivra dans le second acte n’aura rien à envier à ces trente premières minutes. De la vitesse, du rythme, dès le coup d’envoi, les Parisiens tentaient d’emballer la rencontre pour mettre de la distance avec leur adversaire. Loin de subir, les Nantais vont s’accrocher. «On a été présent. Peut-être moins saignants en défense, regrettait le coach ligérien, et même quand ils ont fait un break (30-27 à la 48ème), on n’a pas pris d’éclats. C’est de cette façon qu’on les a conduits dans le money-time. Ce qu’on peut regretter, c’est d’avoir mal géré quelques ballons. » A trois minutes du terme, le "H" va se retrouver dans une posture bien peu inimaginable avant le coup d’envoi (33-33). Le PSG va durcir sa défense, priver Nantes de solutions offensives et surtout gérer ce money-time à l’expérience (34-33). « Je crois qu’avec nos moyens, on a essayé de faire le match et c’est très frustrant d’en sortir sans rien avoir. Mais bon… bref… on n’a pas gagné, c’est comme ça et (sur un ton badin), on ne portera pas réclamation et on accepte le score.» Sacré Thierry Anti qui anime à sa façon le handball français.



PSG champion avant la fin… une certitude

A 7 journées du terme avec 9 points d'avance sur St Raphaël, son dauphin et prochain adversaire, l'échéance d'un sacre anticipé est proche. Et dans les rangs parisiens, le sujet n'est plus tabou. «On est bien parti pour remporter le titre, avance sans trop de risques, Thierry Omeyer, on a une belle avance mais on continue à se concentrer sur nous-mêmes avec un gros match qui nous attend à St Raphaël puis derrière une demi-finale de Coupe de France. » Si le PSG s'impose jeudi prochain dans le Var, il ne lui manquera qu'un seul point à trouver pour mathématiquement ne plus être rejoint. «Savoir qu’on n’a plus à chercher des points pour atteindre l’objectif, le plus rapidement possible, c'est très intéressant pour préparer les matches de Ligue des Champions et de Coupe, avoue Noka Serdarusic.» Et ce point, Paris pourrait l'obtenir contre le Fénix dirigé par Philippe Gardent. Si ça, ce n'est pas un symbole !



Et pendant ce temps, Niko se refait une santé 

Là est tout le paradoxe du coaching de "Noka" Serdarusic. Devant composer actuellement sans Nikola Karabatic, touché au niveau de l’adducteur gauche depuis la finale de la Coupe de la Ligue, le technicien parisien ne semble pas vouloir élargir ses rotations sur la base arrière. Il fait surtout confiance à Daniel Narcisse et Mikkel Hansen, sans se soucier de ce que pourrait donner par exemple un William Accambray qui n’attend que cela pour démontrer toute son utilité. "Niko" lui, poursuit son rétablissement. Il a repris la muscu et l'entraînement et suit avec assiduité le protocole médical. Ce jeudi, on l’a aperçu dans les tribunes aux côtés de Jean Claude Blanc, son président et c’est  son entraîneur qui nous a donné de ses nouvelles. « Il est évident que son absence nous pénalise, conçoit Serdarusic, cela me donne moins d’alternatives à gauche et au milieu mais la guérison est en bonne voie. Si on forçait un peu le destin, il pourrait faire le déplacement à St Raphaël. maintenant je ne vais pas prendre de risques inutiles et ça mettra le temps qu'il faudra.»  Nikola sera évidemment prêt pour la mi-avril et le rendez-vous capital du 1er quart de Ligue des Champions à l’extérieur. « Ça serait pas mal oui, lance mi-amusé "Titi" Omeyer Je lui fais confiance, lorsqu’il reviendra, c’est qu’il sera en pleine forme. C’est vrai qu’un joueur comme lui, c’est difficile de s’en passer autant en attaque qu’en défense, il faut que les autres prennent leurs responsabilités. Ce soir, cela ne s’est pas trop mal passé. Des gars comme Daniel ou Mikkel sont capables de faire la différence à tous moments. »


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités