mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: Le PSG vers une libération anticipée
LNH: Le PSG vers une libération anticipée
1 Avril 2016 | France > LSL

Le PSG n'a pas l'intention de faire durer le suspense. Avec un nouveau succès à St Raphaël (29-32), les Parisiens peuvent être mathématiquement couronnés dès la prochaine journée, dans quinze jours pour la venue de Toulouse à Coubertin. Nantes se rapproche du podium après sa victoire face à Chartres (38-31).

par Yves MICHEL avec Anne CHAMPION à St Raphaël

L'information n'a rien du "scoop". Le PSG fêtera bientôt son nouveau titre de champion de France. Avec désormais 11 longueurs d’avance sur Saint Raphaël et alors qu’il reste six journées à disputer, il ne manque plus qu’un point à trouver pour être mathématiquement à l’abri. Le tout si les Parisiens se mettaient ensuite en grève de victoires jusqu’à la fin de la saison, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas le genre de la maison. Mais au-delà du titre national, le 2ème consécutif, le 3ème en 4 saisons, il y a bien-sûr tous les prestigieux rendez-vous auxquels sont conviés les Parisiens d’ici début juin. C’est dans cette optique que terminer un championnat le plus tôt possible, est profitable. Pour le prestige, la dynamique, la récupération, les rotations.

En tout cas, malgré l’absence de Nikola Karabatic qui a repris l'entraînement mais qui se préserve avant l’emballage final, Paris ne donne pas de signe de faiblesse. La preuve encore ce jeudi sur son attaque de match face à St Raphaël. Alors que les deux équipes vont parfaitement se neutraliser pendant une vingtaine de minutes avec une omniprésence de Thierry Omeyer devant ses cages, le PSG va profiter d’un manque de réussite des attaquants raphaélois et d'une passivité de la défense adverse pour prendre ses aises (12-16 à la 26ème).  « On a surtout souffert de trop nombreuses pertes de balle, peste Joël Da Silva, et à ce niveau-là et face à ce genre d'équipe, cela ne pardonne pas. » Un sentiment d’impuissance de la part du coach varois qui mettra longtemps à sortir de son chapeau, une solution miracle pour remettre son équipe sur de bons rails. Paris atteindra la pause avec une avance confortable (13-18).



Cet écart déjà conséquent, va se creuser dès la reprise, de façon exponentielle, en doublant en à peine six minutes (14-24). Et même s'il restait encore beaucoup de temps à jouer, Saint Raphaël qui n’avait vraiment pas besoin d’un tel scénario, venait de se compliquer la tâche. D’autant que Thierry Omeyer continuait à offrir une large palette de son talent. La démonstration va durer encore un moment, sans que le coach azuréen ne parvienne à trouver une quelconque solution pour stopper l’hémorragie (16-27 à la 43ème). St Raphaël ne pouvait décemment continuer à laisser faire, à prendre autant de gifles en une seule soirée. Un changement de défense avec une double prise en stricte de Narcisse jusque-là somptueux et Hansen très efficace combinée à un peu plus d'agressivité et au réveil du gardien Popescu vont transformer la donne. «On a eu surtout une réaction d’orgueil, positive Da Silva. Elle est notamment venue du banc qui n’a pas apprécié ce qui se passait sur le terrain, quand les cadres n’y arrivaient plus.» Jan Stehlik et Aurélien Abily principalement vont en effet relever un défi qui paraissait insurmontable. Le PSG, moins présent dans le combat va à son tour se permettre un moment d'égarement et subir en cinq minutes un 5-0 sans trop de conséquence pour la suite (21-27). « C’est un peu notre péché mignon, regrettait Luka Karabatic, quand on a fait le plus difficile et qu’on a la maîtrise du score, on a tendance à lâcher du lest et on laisse l’adversaire revenir. Mais heureusement qu’auparavant, on avait fait un match solide en défense et qu’on avait su leur répondre. » Une double supériorité numérique des Raphaélois aurait pu leur redonner espoir. Ils vont certes en profiter au tableau d’affichage mais avec Omeyer sur leur route (17 arrêts à son actif sur l'ensemble), ils ne pourront pas combler la totalité du trou qu'ils avaient eux-mêmes creusé et devront "mourir" à trois longueurs (29-32). «On va travailler sur ce qu'on a montré en fin de match, reprenait l'entraîneur du SRVHB. Nos début et fin de matches sont plutôt cohérentes mais il faut reconnaître que Paris est plus costaud et plus sérieux là où nous ne l'avons pas été. Ils font un très beau champion. » Ce qui pour le PSG n'est pas une fin en soi puisque dès dimanche, il y aura une demi-finale de coupe de France à Cesson, le championnat reprendra le 16 avril avec la possibilité d'une libération anticipée au soir de la réception face à Toulouse. 

La réaction de Daniel Narcisse, le capitaine du PSG: "On avait bien préparé ce match car on savait qu'à St Raphaël, ça serait costaud. On l'a vu surtout en fin de rencontre lorsqu'ils sont revenus. Il fallait être présent dès le début, c'est ce qu'on a réussi à faire. Je dirai que le plus dur est à venir même si la fin de saison arrive vite. Les récompenses nous attendent mais il faudra aller les chercher."  

SAINT RAPHAEL VHB - PSG HANDBALL          29 - 32 (MT: 13-18)

Statistiques du match

Nantes se rapproche du podium

Après son succès face à Chartres (38-31) et en profitant de la défaite la veille de Chambéry et de Créteil, Nantes revient à la 4ème place du classement. Cette rencontre face à la lanterne rouge, le "H" l'a menée de bout en bout avec à la manœuvre l'habituel rendement de Valero Rivera (11/12 dont 5/5 au pénalty), l'assurance de Skof (14 arrêts) et l'opportunité de Jordan Camarero (8/9) qui a prouvé à Thierry Anti qu'il savait être autre chose qu'un joker de luxe ou un cireur de banquette. L'entraîneur ligérien qui vise une place européenne ne s'est pas privé de fustiger ceux qui "avaient enterré un peu trop vite son équipe". Nantes se replace dans le peloton de tête et avec des adversaires largement à sa portée en championnat et un Final Four de Coupe EHF, peut s'offrir un véritable feu d'artifice d'ici début juin. Seule ombre au tableau dont le coach n'avait vraiment pas besoin, Alberto Entrerrios (photo ci-dessous) s'est blessé aux ischios et risque d'être indisponible durant tout le mois d'avril. 

HBC NANTESCHARTRES MH28                 38 - 31   (MT: 19-15)

Statistiques du match

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités