mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Coubertin célèbre ses champions mais Aix gâche la fête
Coubertin célèbre ses champions mais Aix gâche la fête
3 Juin 2016 | France > LSL

Une dernière journée pour rien ou presque. Tout le monde s'est neutralisé et des équipes de tête, seules Nantes et Chambéry se sont illustrées. A Coubertin, le PSG qui attendait sa couronne, s'est incliné face à Aix. Au classement, une seule ligne a bougé. Grâce à son match nul à St Raphaël, Cesson passe devant Toulouse à la 8ème place. Philippe Bernat-Salles le président de la LNH en a profité pour faire le bilan à un an et demi de sa fin de mandat.

par Yves MICHEL

Si à Paris la rencontre a débuté avec quelques secondes de retard sur l'horaire officiel, personne ne s'en est plaint. Le club tenait à remercier ceux qui ne porteront plus ses couleurs la saison prochaine. Fahrudin Melic, Serguey Onufryienko, Samuel Honrubia, Robert Gunnarsson ont eu droit aux remerciements, au bouquet de fleurs et aux bisous des hôtesses. Mais l'instant le plus authentique, les supporters les plus fidèles l'ont réservé à Monsieur Patrice Annonay. Le gardien de buts emblématique de la décennie parisienne a eu droit à son moment à part. Applaudissements, bouquet de fleurs, message enregistré un peu plus long des anciens de Paris comme Ouksir, Petrenko, Diaw, Clementia, Sierra, Sorhaindo et même Niko Karabatic, tout a été fait pour que Papat' se rappelle de ce jeudi 2 juin. L'émotion  a été à son comble lorsqu'un halo de lumière a dévoilé le portrait du futur portier de Tremblay, fixé sur un des piliers de Coubertin. « Ça je ne m'y attendais pas du tout et je remercie ceux qui y ont pensé. Je repars avec le sentiment du devoir accompli, j'ai longtemps rêvé qu'il y ait un grand club à Paris, j'y ai contribué et je souhaite désormais qu'ils remportent la Ligue des Champions et tous les trophées possibles.»



Le match pouvait enfin commencer. Enfin... le match... disons plutôt ce qui va ressembler à une kermesse de fin de saison où personne n'a véritablement pris l'ascendant l'un sur l'autre. Le PSG privé entre autres de "Niko" Karabatic et Abalo (laissés dans les tribunes) a mené durant toute la 1ère période (17-14 à la pause) s'est laissé ensuite entraîner dans un faux rythme et les Aixois en ont profité. Dans le second acte, le score a joué au yoyo. Un coup à toi, un coup à moi. Les Provençaux sont même passés devant (18-20 à la 38ème) puis Paris est remonté. A cinq secondes de la fin, Mikkel Hansen égalisait (31-31) et le public semblait se contenter de ce partage des points. Sur l'engagement, plus malin que les autres, Joan Saubich passait en revue toute la défense parisienne qui avait oublié de se replier et crucifiait Annonay. « Sincèrement, on avait à cœur d’offrir une victoire à notre public, on ne l’a pas fait, se désolait le capitaine Daniel Narcisse. C’est un peu de ma faute aussi, j’ai été à la ramasse pendant tout le match. C’est toute la fatigue, toute la pression qui est retombée après le Final Four, toute l’énergie qu’on a dépensée là-bas, on n’a pas pensé à en garder pour ce soir. » Perdre dans sa salle le soir de son sacre, ça fait quand même un peu désordre. 



Si la tâche a été dure pour Paris, St Raphaël et Montpellier ont également peiné. Le dauphin varois a même cru pendant longtemps ne pas pouvoir y arriver. Cesson s'est accroché et dans le sillage d'un Ibou Sall en réussite (7 buts) et d'un Kévin Bonnefoi (notre photo) déterminant au bon moment, a même pris les commandes en fin de 1ère période et à l'amorce du money-time (23-26 à la 53ème). Si techniquement ce match ne restera pas un souvenir impérissable, St Raphaël a fait le nécessaire pour au moins ne pas terminer sur un échec. Les hommes de Da Silva obtiendront l'égalisation (27-27) à 10" de la fin par l'inévitable Caucheteux. Cesson fait une bonne opération puisque les Bretons ont gagné une place au classement.

Même résultat pour... Montpellier qui est surtout tombé sur une formation de Dunkerque déterminée et qui ne s'est pas laissée faire. A égalité à la pause, les Nordistes mis en confiance par un excellent William Annotel (14 arrêts au total) et la précision de Baptiste Butto (9 buts) ont longtemps mené au score avant que les Héraultais ne rétablissent l'équilibre dans le dernier quart d'heure. Trop court pour espérer souffler la 3ème place à Nantes. « On avait peut-être plus la tête au championnat, tentait d'expliquer Patrice Canayer. C'est le reflet de cette saison. On est capable d'exploits, mais aussi de manquer de constance et de régularité. Il faut que l'on se renforce. On ne peut pas compter éternellement sur 3 voire 4 arrières dans un match. Le recrutement est terminé par rapport aux moyens dont on dispose. » Présent à Bougnol, le futur gardien du MHB, le Suisse Nikola Portner a pu tester la ferveur du public et faire connaissance avec ses futurs partenaires.  



Le duel à distance avec le "H" a failli avoir lieu car Nîmes a été un véritable poison notamment en 1ère période (17-17). Une défaite des hommes de Thierry Anti combinées à un succès de ceux de Patrice Canayer, et c'était le podium qui disparaissait. Les Gardois étaient même parvenus à prendre l'avantage en 1ère période (15-16) et Nantes butait toujours sur cette défense si rugueuse. Alberto Entrerrios (notre photo) et Valero Rivera (10 buts) qui fêtaient à la Trocardière, leur "despedida", ne pouvaient pas partir sur une fausse note. Et c'est toute l'équipe qui va s'y mettre et avoir ce sursaut d'orgueil tant espéré. Dans le second acte, le "H" va prendre les commandes mais ne va définitivement trouver la faille que dans le dernier quart d'heure. Malgré Guillaume Saurina (12 buts), l'USAM va lâcher prise et Nantes va s'envoler (33-28). 

Si Chartres a véritablement pris une "doudoune" face à Chambéry (18-34), les Savoyards faisant cavaliers seuls de la 1ère à la dernière minute, Tremblay et Ivry se sont imposés au forceps. Dans le derby du Val-de-Marne, les Rouge et Noir ont battu Créteil, 32-31 et Tremblay qui comptait pourtant 7 buts d'avance à 15 minutes de la fin, s'est fait peur mais a obtenu son succès (27-26) à 30 secondes du buzzer face à Toulouse.  

                 Le clin d'œil sur le classement de la LNH 2015-2016, c'est ICI


Les meilleures individualités de la saison

Mikkel Hansen ne pouvait pas être rejoint. Pour la 2ème saison consécutive, le Danois du PSG se classe en tête du classement des buteurs de LNH avec 228 réalisations. Il devance le Nantais Valero Rivera (184) le Toulousain Nemanja Ilic (155) le Raphaélois Raphaël Caucheteux (149). Avec 127 buts inscrits, le Cristolien Nédim Rémili termine meilleur buteur de champ du championnat.

Du côté des gardiens, derrière Thierry Omeyer (339 arrêts), les écarts étaient très serrés puisque 10 parades séparaient le 2ème du 5ème. Le portier du PSG devance dans l'ordre, le Chambérien Yann Genty (282), le Cessonnais Kévin Bonnefoi (273) qui coiffe sur le podium le Montpelliérain Vincent Gérard (268) et le Cristolien Mate Sunjic (263).

L'attribution des places européennes

4ème au classement de l'EHF derrière l'Allemagne, l'Espagne et... la Hongrie, le ligue masculine française a la garantie de quatre places en coupe d'Europe. Une automatique pour le PSG (champion de France) en Ligue des Champions, 3 en coupe EHF (2 vainqueurs de coupe et St Raphaël, le 2ème de LNH). Comme Montpellier s'est imposé dans les 2 coupes, Nantes le 3ème est concerné. Le 5ème de LNH peut être européen puisque des places additionnelles sont attribuées par l'EHF (ce fut le cas pour Toulouse en 2014 et Chambéry, l'an dernier). Les trois 1ers clubs qualifiés en EHF (Montpellier, St Raphaël, Nantes) peuvent déposer un dossier de candidature à la Ligue des Champions (un seul sera retenu). L'EHF a toujours affirmé vouloir respecter le classement national sans s'interdire de faire valoir d'autres critères comme la capacité de la salle, la présence au niveau européen ou le savoir-faire en matière d'organisation. Par rapport à Montpellier par exemple, St Raphaël pourrait partir avec un léger handicap.



Philippe Bernat-Salles veut s'inscrire dans la durée

3ème titre de champion pour le PSG, le 6ème pour Philippe Bernat-Salles comme président de la LNH. Et l'ancien international de rugby, arrivé dans le hand en octobre 2010 n'a pas l'intention de s'arrêter là.  

Philippe, vous avez pris goût à remettre ce trophée ?
Je ne m’en lasse pas ! (sourires) Je prends un immense plaisir d’autant que je l'ai remis au capitaine parisien Daniel Narcisse qui depuis longtemps fait partie de mes amis. Il est un de ceux qui m’ont incité à m’engager dans le hand.

Cinq ans et demi de présidence, cela commence à compter…
Oui et en janvier 2018, je bouclerai mon 3ème mandat et… j’ai envie de continuer. C’est vrai, lorsque je suis arrivé, j’étais loin de m’imaginer que cela durerait si longtemps. Je m’éclate dans cet environnement, que ce soit avec mon équipe à la Ligue, les joueurs, les clubs.

Pourtant au début, ce n’était pas gagné…
Oui, on m’attendait au tournant. Je me suis investi, j’ai beaucoup écouté, beaucoup appris aussi et j’ai essayé d’apporter ce que je savais faire. Sincèrement, je ne me vois pas encore arrêter. Ne serait-ce que pour accompagner l’évolution de cette «Lidl Star Ligue» mise en place dès la saison prochaine.

Vous êtes donc, un président… heureux
Très heureux ! Notre structure est solide et nos meilleurs clubs rivalisent avec leurs homologues européens. Même si elles n'ont rien remporté, retrouver trois équipes françaises en 1/4 de finale de l’EHF, une en 8ème de Ligue des Champions et voir l’autre finir 3ème, ce n’est pas rien. C’est important aussi en termes de "ranking" notamment pour l’attribution des places en coupes d’Europe.

Pour en revenir au titre national, le PSG semble installé pour longtemps…
Oui mais c’est une locomotive dont on n’a besoin ! Paris fait avancer les autres. Qui sait ? Si Montpellier n’avait pas joué le PSG en finales des coupes, le MHB ne les aurait peut-être pas gagnées. 



 

HBC NANTES - USAM NIMES GARD                        33 - 28 (MT: 17-17)

Statistiques du match

*****************************

MONTPELLIER HANDBALL - DUNKERQUE HGL        29 - 29  (MT: 14-14)

Statistiques du match

*****************************

PSG HANDBALL - PAYS AIX UC                               31 - 32  (MT: 17-14)

Statistiques du match

*****************************

US IVRY  - US CRETEIL                                          32 - 31  (MT: 17-18)

Statistiques du match

SAINT RAPHAEL VHB - CESSON RENNES              27 - 27  (MT: 14-16)

Statistiques du match

*****************************

TREMBLAY EN FRANCE - FENIX TOULOUSE          27 - 26  (MT: 12-9)

Statistiques du match

*****************************

CHARTRES MH28 - CHAMBERY SAVOIE HB          18 - 34  (MT: 5-17)

Statistiques du match



© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités