mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
JO: Qui à l'assaut du double champion olympique français ?
JO: Qui à l'assaut du double champion olympique français ?
6 Août 2016 | International > Jeux Olympiques

Si la France et peut-être le Danemark sont les favoris du tournoi olympique, quelles autres équipes peuvent soit jouer les vrais rivaux, soit les trouble-fêtes d'une compétition qui par le passé, a réservé quelques surprises.

Par Yves MICHEL

Douze équipes (2 groupes de 6) sur la ligne de départ, les quatre 1ères qualifiées pour les quarts, les deux dernières conviées le 16 août à faire leurs valises et rentrer à la maison. Ensuite, pour les quarts, le groupe A croise avec le B, les 1ers sont opposés aux 4èmes, les 2èmes aux 3èmes. « Ce qui veut dire, souligne Claude Onesta, qu'on peut avoir comme adversaire la Pologne, l'Allemagne, la Suède ou la Slovénie. Y'a-t-il un meilleur adversaire possible ? Quand on voit ce que vient de faire la Slovénie (élimination de l'Espagne au TQO et très bonne prépa), cela peut faire réfléchir. Je me rappelle qu'à Pékin, toutes les équipes se frottaient les mains de pouvoir affronter l'Islande. Ceux qui sont tombés dessus, ont déchanté. Non, on prendra la température sur les cinq 1ers matches et on verra ce que sont capables de faire nos adversaires. L'intérêt, c'est de sortir de la poule, quel qu'en soit le classement, en se sentant fort. Il ne faut pas tirer profit d'une 1ère phase trop réussie et ne pas se gonfler de sérénité. » Après un Euro où les ambitions n'avaient pas été clairement définies, la France part à la conquête de son 3ème titre olympique consécutif. Depuis leur avènement en 1992 avec les Bronzés de Barcelone, les Tricolores ont participé à toutes les olympiades avec des fortunes diverses. Leur statut de favoris avant chaque compétition, les hommes de Claude Onesta l'ont forgé depuis 2006, lorsqu'ils sont devenus champions d'Europe en Suisse. Dix ans plus tard, ils bénéficient toujours d'une énorme cote. Mais dix ans de régularité, cela énerve. Et Danois, Allemands, Qataris, Croates ou autres Polonais n'ont à chaque fois qu'une obsession, faire chavirer le champion de son piédestal.

A lire: La France doit assumer son rôle de favori


                      Le Qatar et ses mercenaires comme Zarko Markovic seront-ils sur le podium ?

Les deux groupes de la phase préliminaire

Groupe A

Argentine

Croatie

Danemark

France

Qatar

Tunisie

Groupe B

Allemagne

Brésil

Egypte

Pologne

Slovénie

Suède

L'avis de François-Xavier Houlet, consultant beIN sports

Observateur et commentateur du handball international, l'ancien joueur de l'équipe de France et collaborateur régulier sur beIN Sports François Xavier Houlet nous a apporté un éclairage particulier sur les forces en présence dans ce tournoi olympique masculin.

- Concernant les favoris naturels...   « Par leur passé récent, la France et le Danemark se dégagent du lot. Par contre, les Danois restent dans l’ombre des Tricolores qui dominent en gagnant alors que les Nordiques accèdent aux médailles mais pas à la plus convoitée. Dans cette équipe, il y a des postes faibles, celui d’arrière droit (Sondergaard est toujours blessé) et celui du demi-centre. Par contre, il y a des individualités exceptionnelles comme Mikkel Hansen et Niklas Landin mais qui n’a jamais été déterminant, notamment contre la France dans les grandes compétitions. »     
        

                                        Le néo parisien Uwe Gensheimer réintègre la Mannschaft

- Les grosses inconnues... outsiders, prétendants ou pas ?  

l'Allemagne, vainqueur surprise du dernier Euro danois... « Est-ce que l’Allemagne est capable de renouveler sa performance avec la même euphorie ? En janvier, la concurrence n’était pas au point. La France n’était à son meilleur niveau, la Pologne a complètement déjoué. Le problème (de riche) pour l'entraîneur Sigurdsson c’est qu’il a fallu réintégrer les trois cadres (Gensheimer, Groetzki, Wiencek) et faire moins confiance à ceux qui les avaient remplacés. Wiencek est un rouage essentiel, Gensheimer c’est le capitaine emblématique... On les a vus à l'Eurotournoi, on est resté dubitatifs donc, dans le contexte des JO, j’y crois beaucoup moins. »

le Qatar est-il toujours armé pour rivaliser avec les meilleurs ? « Le vice champion du Monde est-il capable de jouer au même niveau à l’extérieur qu’à la maison en janvier 2015 ? Il y a beaucoup d’avis négatifs, pour ma part je suis convaincu que cette équipe peut encore très bien figurer. Ils sont prêts puisque le sélectionneur Valero Rivera qui connait son sujet et sait ce qu’il fait, a disposé de ses joueurs autant qu'il a voulu. C’est un plus énorme sur les autres équipes. Même si au poste de pivot, il y a quelques soucis (Youssef Benali le Tunisien est rentré jouer à l'Espérance de Tunis, Borja Fernandez, l'ex Nantais relève de blessure et ne défend pas.)»


                                 Le Dunkerquois Marko Mamic fait partie de la relève croate

3ème du dernier Euro, la Croatie n'est pas montée sur la plus haute marche d'un podium depuis... les Jeux de 2004 à Athènes, c'était l'époque des Balic, Dzomba, Metlicic et autre Sola. « Justement, ils ont entrepris depuis quelques années de tourner la page des anciennes gloires. L'entraîneur Babic a du composer avec quelques blessés comme Pavlovic ou Sebetic mais il récupère Stepancic. Est-ce que cela suffira ? Ils se sont classés 3èmes de l'Euro en ayant mis juste avant, 15 buts d'écart à la Pologne. C'est une équipe en devenir qui n’a pas encore un grand vécu.»

Après la claque reçue lors de l'Euro organisé sur son propre sol (7ème), la Pologne médaillée de bronze au dernier Mondial a surtout changé de sélectionneur. Talant Dujshebaev heureux entraîneur de Kielce (vainqueur de la Ligue des Champions) a remplacé Michael Biegler. « La Pologne ? Je n’y crois pas trop... Dans cette équipe certains parmi les anciens comme Bielecki, le gardien Szmal ou Bartosz Jurecki sont au-delà de ce qu’ils peuvent faire très bien. Les ailiers donnent aussi des signes de fatigue. La moitié de la sélection est composée de joueurs de Kielce qui a donc gagné la Champions League avec Talant à leur tête, cela peut être une bonne dynamique. La force des Polonais c’est cette capacité à jouer très physique et cela peut gêner pas mal d’adversaires. »


                             Le Montpelliérain Jure Dolenec et la Slovénie, surprises de ces J.O ?

On parle beaucoup de la Slovénie dont le palmarès international (toutes compétitions confondues) est vierge (meilleur classement: 4ème au Mondial espagnol en 2013) et qui n'était présente ni à Pékin, ni à Londres. « La Slovénie s'est installée dans la durée. Sous la direction de Vujovic, elle joue bien au handball, c’est plaisant à voir mais il y a une limite. S'ils retrouvent en face une équipe qui joue un peu physique, ils perdent leurs moyens. En revanche, s'ils peuvent relever ce défi, ils peuvent envisager un beau parcours car en termes de jeu, ils n’ont rien à envier à personne.»

Il faut remonter à 1936 (dans un contexte assez particulier) avec l'Allemagne (1ère), en 1980 avec l'URSS (2ème) et 1988 avec la Corée du Sud (2ème) pour voir l'équipe de handball masculine du pays organisateur, se retrouver sur le podium olympique. Le Brésil a-t-il ses chances ? Non pas de figurer dans le trio mais d'atteindre au moins les quarts ? « Oui, s’ils sortent de leur poule et se qualifient, ça sera déjà bien mais après, ils tomberont forcément sur un gros adversaire. C’est certainement l’équipe qui lors des dernières années a certainement le plus progressé grâce à son entraîneur espagnol (comme par hasard) qui a fait un gros travail. Ils peuvent aussi être galvanisés par le fait de jouer à domicile mais dans un pays où le handball n'a pas encore une réelle notoriété. Ils s'affirment comme les n°1 de ce côté-ci de la planète et ont pris le pas sur l’Argentine qui ne devrait pas aller très loin dans le tournoi olympique d'autant qu'elle est privée de son meilleur joueur Diego Simonet. »

En résumé, à l'occasion de ces Jeux, FX Houlet ne voit pas un gros chamboulement dans la hiérarchie du handball international même si une surprise comme l'Islande (en 2008 à Pékin) ou la Suède (en 2012 à Londres) est toujours possible. La Suède tient au fait, que doit-on en penser ? Tout comme la Tunisie ou l'Egypte ? Avec l'Argentine, elles devraient faire partie des quatre équipes qui auront du mal à poursuivre le tournoi olympique au delà du 16 août.


                             Avant de poser ses valises à Aix, l'Egyptien Ali Zein fait un crochet par Rio

Les joueurs étrangers de LNH présents à Rio

ALLEMAGNE

 

 

 

Uwe Gensheimer

PSG

 

 

BRESIL

 

 

 

Joao Silva

Chambéry

 

 

CROATIE

 

 

 

Marko Mamic

Dunkerque

Luka Stepancic

PSG

DANEMARK

 

 

 

Mikkel Hansen , Henrik Møllgaard

PSG

 

 

EGYPTE

 

 

 

Mohamed Mamdouh, Ali Zein

Pays d'Aix

 

 

SLOVENIE

 

 

 

Vid Kavticnik, Jure Dolenec

Montpellier

Gorazd Skof

PSG

SUEDE

 

 

 

Jesper Nielsen

PSG

 

 

TUNISIE

 

Aymen Toumi

Montpellier

 

 


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités