mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
JO M : Il faudra s’en contenter cette fois
JO M : Il faudra s’en contenter cette fois
21 Août 2016 | International > Jeux Olympiques

Les Bleus ne monteront pas une 3° fois sur le toit de l’Olympe, étouffés par un Danemark gestionnaire pendant 60 minutes, jamais ils n’ont su reprendre la main sur un match qui leur a échappé en seconde période. Il faudra que l’argent fasse le bonheur, même si cela est dur à avaler, cette génération qui a tout gagné depuis 2006 a perdu sa première finale depuis 1993. On n’aura pas à user de superlatifs cette fois, mais une chose est sure, on devrait avoir de sacrés revanchards en janvier prochain pour le Mondial en France qui sera le dernier baroud de beaucoup de joueurs dans cette équipe.

Mais pour le moment, il va falloir digérer ce que tout le monde pourra appeler un échec, même si décrocher une médaille au JO est un exploit à lui tout seul. Sauf que depuis le début de la compétition, on voyait des Bleus surs d’eux, n’ayant pas besoin de puiser dans leurs réserves, ou ne le montrant jamais, pour dominer les uns après les autres leurs adversaires. On se disait que la finale serait peu ou prou du même tonneau, surtout face à un Danemark qu’ils avaient su dominer 33-30 en match de poule. Ajouté à cela l’expérience acquise par les Tricolores dans un tel événement et l’absence justement d’expérience pour les Danois aux JO, il y avait de quoi être presque sereins avant le début du match. Et l’entame du match va conforter tout le monde dans cette opinion. La défense danoise avait les pires difficultés pour stopper les Bleus, des espaces béants s’ouvraient devant Porte, Dipanda ou Guigou et en face le mur tricolore était déjà bien solide. Alors le Danemark va se lancer dans un jeu en supériorité numérique en attaque. Cette règle que certains trouvent géniale, mais que beaucoup exècrent ! Elle permet à une équipe de pallier ses manques offensifs et n’avoir plus qu’à passer la balle vite pour trouver l’homme libre. Et ça, les Danois savent le faire à la perfection. Résultat la demi-douzaine de buts marqués de cette façon va les réinstaller solidement dans le match et faire perdre aux Français le bénéfice de cette belle entame de match. Alors en face les Bleus avaient encore toute la lucidité pour eux aussi mettre les ballons au fond, mais en défense, cela usait méthodiquement les organismes...

Et cette débauche d’énergie, plus certainement tous les matches depuis 15 jours allait rattraper les Français en seconde période. Plus on avançait dans le match, moins les courses étaient franches en attaque, moins les enclenchements étaient fluides et surtout on voyait de plus en plus d’initiatives individuelles vouées souvent à l’échec. Alors le trou va commencer à se creuser… 3, 4, et même 5 buts avant que les Bleus ne se lancent dans une opération dernière chance. Mikkel Hansen était sur les rotules, lui qui avait porté son équipe à bout de bras, son bras fabuleux qui avait fait tant de dégâts au shoot comme à la passe. Morten Olsen avait un mur bien trop hermétique devant lui pour envisager autre chose que des échecs et les Bleus vont arriver à revenir à une petite unité (25-26) à 3 minutes du terme du match. Thierry Omeyer était l'homme qui arrêtait tout, la défense étouffait les soubresauts danois et on se remettait à rêver. Mais les ballons pour revenir à hauteur et faire trembler un Danemark qui n’avait plus grand-chose dans le réservoir, les Bleus vont les vendanger par deux fois… la chance était passée ! Une passe géniale de Hansen sur Svan Hansen et le + 2 définitif à moins de 2 minutes de la fin enterrait les espoirs fous de remontée extraordinaire. Pour une fois, l’équipe qui avait le mieux su gérer le match n’était pas en Bleu. Sachant mettre de la vitesse quand il le fallait, mettre la balle sous le bras intelligemment et surtout ne rien laisser de facile à des Français qui sont trop vite tombés dans un jeu offensif minimaliste et sur un petit périmètre.

On était loin des grands sourires des Françaises hier sur le podium, visiblement les Bleus n’étaient venus que pour un seul objectif dans ces JO, l’or et tout ce que cela comporte. On n’attendait pas les Françaises elles ont su être là en finale, on attendait les Français, ils n’ont pas réussi à rester encore une fois les maîtres absolus du Handball mondial.

Future Arena de Rio.
Finale des Jeux Olympiques
Le dimanche 21 août 2016 à 20h30
Danemark - France :  28 – 26 (Mi-temps : 14-16)

Arbitres : MM RALUY Oscar et SABROSO RAMIREZ Angel (Espagne)

Evolution du score : 2-4 5°, 5-6 10°, 9-8 15°, 10-12 20°, 12-13 25°, 14-16 MT - 19-18 35°, 20-19 40°, 23-20 45°, 26-22 50°, 26-24 55°, 28-26 FT.

Les réactions après le match...

Nikola Karabatic, demi-centre de l'équipe de France: "On voulait tellement cette médaille, on s'était tellement battu. Cela fait trois ou quatre mois qu'on travaille pour ça, arriver là et échouer, c'est dur. Les Danois étaient en réussite. Tout rentrait. Ils ont bien joué et mérité leur victoire. On les avait battus plusieurs fois en finale (à l'Euro et au Mondial), ils nous battent aujourd'hui, c'est dur, mais c'est le sport. ll va nous falloir du temps pour laisser passer la déception, mais une médaille d'argent aux JO, ce n'est pas rien non plus. On a ramené une médaille pour notre pays, nos supporters. Il reste beaucoup de temps (avant le Mondial-2017). Il va falloir laisser passer la déception. Il va falloir jouer la saison qui nous attend avec les clubs, dès la semaine prochaine, si on veut arriver vivant pour le Mondial. Je l'espère en tout cas."


Claude Onesta, entraîneur de l'équipe de France: "Il n'y a pas grand-chose à dire, si ce n'est que l'équipe adverse dont on connait la qualité, a été capable aujourd'hui de vraiment aller jouer à son meilleur niveau. Nous non, on a hésité, on les a encore laissé s'organiser. Après, c'est difficile de faire trébucher une équipe en pleine confiance et qui a pris de l'avance. On a tenté tout ce que l'on pouvait pour les mettre en panique, mais on revenait de trop loin. Des revanches, il n'en manquera pas, l'histoire peut être encore longue. C'est forcément une déception. La déception est atténuée par le fait que le match est gagné par l'équipe qui le domine et le mérite. Je crois que l'on peut aussi être content, avec une équipe rajeunie, d'avoir été capable d'arriver jusque-là. Assurer une médaille, il y a beaucoup de grandes équipes qui se sont arrêtées avant. Ça restera une aventure réussie, même si cette finale aura toujours un goût amer."

Ludovic Fabregas (pivot de l'équipe de France): "On va se contenter d'une médaille d'argent, c'est vrai que l'équipe de France n'est pas habituée. Mais, elle est quand même belle au vu du parcours que l'on a réalisé. Ça montre que l'on est revenu et c'est peut-être de bon augure avant le Mondial en France. J'ai vingt ans, une médaille olympique, c'est quand même énorme. Il y a un an, je rentrais seulement dans cette équipe de France. La vie est quand même belle. Pour le moment, il faut savourer ça. Ça fait quand même du bien d'être récompensé. Il faut être fier de ça."


Luka Karabatic (pivot de l'équipe de France): "C'est toujours décevant de perdre une finale. Après, on n'a pas à rougir. On a donné tout ce qu'on avait, tout ce qui nous restait. Il y avait de la fatigue, et peut-être qu'à la fin on a été juste. Il faut que l'on soit fier de ce que l'on a fait. C'est le sport, la France ne peut pas gagner à chaque fois. Il faut de temps en temps que ça tourne. C'est quand même un soulagement de pouvoir apporter une médaille à la France. Tout ce qu'on a vécu depuis le début c'était un rêve. En 2008, je faisais du tennis, en 2016, je fais du hand à Rio, c'est incroyable. Je ne le réalise pas. Cette médaille elle est pour mon père, il aurait été fier de nous voir sur le podium."

Mikkel Hansen (arrière danois du PSG): "Cela fait vraiment plaisir, en plus, on a vraiment bien joué. On va rentrer et célébrer ça avec tout le monde. Remporter une médaille d'or contre des gars comme ça, c'est le meilleur sentiment du monde. C'est un grand accomplissement pour le groupe. C'est très satisfaisant, contre une équipe contre qui on avait perdu les deux dernières finales avec une grosse marge d'écart. On avait été détruit même. Donc tout le monde est super heureux et fier. Il y a tellement de satisfaction et de joie. C'est incroyable."

Statistiques du match

Danemark - France 28-26
JO M 2016-2017, 21 Août 2016 (20h30), Tour 3 | Phase 1
DanemarkDanemark
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
M.HANSEN7/141/18/1540200821
K.SONDERGAARD SARUP4/80/04/840100414
H.TOFT-HANSEN4/50/04/501010411
C.MORTENSEN2/40/02/40200028
L.SVAN HANSEN4/60/04/60002046
M.OLSEN4/70/04/71030045
M.LARSEN1/10/01/10000013
M.CHRISTIANSEN1/30/01/30000011
M.DAMGAARD0/00/00/00000000
H.MOLLGAARD JENSEN0/00/00/00000000
J.NODDESBO0/10/00/1000000-1
R.TOFT HANSEN0/10/00/1000100-3
Total27/501/128/51936402865
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
J.GREEN KREJBERG0/00/00/00000000
N.JACOBSEN6/261/47/30000000-8
Total6/261/47/30936402857
FranceFrance
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
M.GUIGOU6/60/16/702100617
N.KARABATIC5/80/05/840300514
K.MAHÉ0/03/33/30000039
D.NARCISSE4/50/04/52021049
A.DI PANDA2/40/02/43010028
T.N'GUESSAN1/30/01/31100015
V.PORTE2/50/02/52010025
L.ABALO1/20/01/21010012
L.FABREGAS1/10/01/10001011
C.SORHAINDO1/10/01/10010011
L.KARABATIC0/00/00/00000000
O.NYOKAS0/00/00/00000000
Total23/353/426/3913310202671
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
T.OMEYER15/390/115/4000000010
V.GERARD0/30/00/3000000-3
Total15/420/115/4313310202678


© François Dasriaux
Partager
Onesta revient !
emmanuel clerc | Lundi 22 Août 2016 (10h50)
Je vous rassure, l'EdF de handball est toujours l'équipe la plus forte et la plus incroyable du monde !... Les Danois ont gagné ce match la peur au ventre et le doute dans les têtes... Ils ont bénéficié de quelques tirs très chanceux et de la mansuétude habituelle des arbitres, notamment sur Nikola Karabatic, as usual... Le salut d'Onesta au vainqueur est une formule. Ella a l'avantage de mixer fair-play et pommade pour panser les plaies...
Car à +1 en leur faveur à la 27°, les Danois n'en menaient pas large... Et nul doute que les fantômes des échecs précédents demandaient la balle mains ouvertes... Hansen ratait tous ses tirs, Olsen ne trouvait plus son pivot, et Titi faisait les arrêts... Et ce sont 2 coups du sort qui vont faire basculer la partie : une balle arrachée dans les mains de Nikola Karabatic par Toft Hansen (avec une faute sur le bras ?), et un marché du même Nikola sur son 1x1... Deux occasions pour repasser devant... Il en sera autrement...
On dira aussi que l'EdF s'est parfois obstinée dans le secteur central, en oubliant les extérieurs, comme ce passage en force de Porte à la 10° de la 2° mi-temps, quand Abalo attend la balle avec un angle de 45°... Que les "nouveaux" n'ont pas beaucoup apporté : Di Panda a fait quelques bonnes choses, mais encore 2 passages en force (4 lors du précédent match), Nguessan décidément trop timide, comme perdu, et pas assez fluide dans la circulation... On aurait sans doute pu tenter Nyokas, pour voir...
Chez les cadres, Porte n'a pas apporté ce qu'il apporte d'habitude... Beaucoup de tirs en demi-position... Soraindho (blessé?) a manqué en 1ère mi-temps... N.Karabatic a tenté de secouer tout ça, on l'a senti parfois un peu usé, mais les discours sur la déliquescence de son handball sont aussi ridicules qu'injurieux...
En défense, le secteur central a souvent été défaillant : ça a reculé sur les tirs à 9,8,7m, et le pivot a trop souvent été trouvé... Luka Karabatic, n'a pas fait un meilleur match qu'un bon tournoi.. Souvent en retard, et une communication difficile avec ses coéquipiers...
À noter que l'écart à la mi-temps sera l'écart final... Et si on cherche en première mi-temps, on se rend compte qu'à la 20°, les Français mènent de 2buts... Dinart fait entrer Nguessan, et la mauvaise circulation force Narcisse à prendre un shoot au bras levé... À la 23°, après un temps mort danois, la marque est à 13-11 pour les Français : Di Panda pass en force sur une montée de balle qui aurait pu donner un +3... En 3mn, les Danois vont égaliser, sans que la France prenne de temps mort... Les Français abusent du secteur central, +2 pour le Danemark, et ce n'est qu'à 8 secondes de la fin que Dinart pose son temps mort : "Vezprem avec croisé"... Karabatic lui fait remarquer qu'il ne reste que 8 sec. Et Narcisse dribble avant le coup de sifflet de reprise...
La gestion des temps morts français a été catastrophique... En 2° période, les Danois passeront un +5 avant que D.Dinart place son temps mort (20°) !.. Alors qu'il assiste à un échec de Narcisse suivi d'une exclusion et d'un nouveau passage en force de Di Panda !...
En fait, l'EdF semble livrée à elle-même, je veux dire aux joueurs... La faillite du timing et la pauvreté des contenus sont criantes... Souvent, c'est Nikola Karabatic qui fait les corrections... L'EdF de handball a aussi besoin d'un coach à sa hauteur... Didier Dinart est-il l'homme de la situation ?... Au-delà de cette finale, compte tenu de l'ensemble du tournoi et des compétitions précédentes, l'échec européen s'ajoutant désormais à "l'échec" olympique, on est en droit d'en douter... Il ne suffit pas de connaître et de bosser les combinaisons, ou de déclarer qu'un coach doit être craint par ses joueurs... Le problème avec la peur, c'est non seulement qu'elle s'instille partout, mais aussi qu'elle incite les joueurs, dans les moments critiques d'un match, à se laver les mains du problème... Comme l'a dit Nikola Karabatic, il va falloir faire face au Mondial en France et au calendrier démentiel... Deux problématiques qui requièrent sens de l'analyse, psychologie des egos de haut niveau, et discours mobilisateurs...
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités