mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mignal'Hand : Nantes termine sans accroc
Mignal'Hand : Nantes termine sans accroc
12 Septembre 2016 | France > LSL

Vainqueur assez impressionnant malgré l’opposition, le HBC Nantes en a terminé avec sa préparation et ne compte que des victoires lors de celle-ci. Même si cela n’augure de rien comme le soulignera Thierry Anti, on a vu lors des deux journées à Poitiers que les Ligériens étaient près pour les dures batailles qui vont commencer dès vendredi prochain avec le Trophée des Champions.

Trop de solutions à Nantes pour Cesson
Pourtant, les voisins Rennais n’ont pas lâché un pouce de terrain. Même sous le sceau des matches de préparation et d’un tournoi amical, cette finale a mis la salle de Saint Eloi en ébullition ! Même s’il y avait pas mal de casse, avec notamment Cesson qui devait faire sans ses 4 ailiers titulaires ou Nantes qui avait son Rock défensif préféré out pour un petit couac au genou, les deux formations n’ont pas ménagé leur peine pour tenter de remporter la première édition du tournoi poitevin. Mais les rotations sans faille du H, une paire de gardiens encore une fois extrêmement complémentaire et une défense 1-5 sortie du chapeau de Thierry Anti qui a largement perturbé les Cessonnais en attaque ont eu raison de l’envie, du sérieux et du collectif en passe de bien se stabiliser pour les Rennais.Car en plus d'un one man show Nicolas Claire, pas simple de voir Eduardo Gurbindo vous filer entre les pattes pendant 20 minutes puis de devoir dès sa sortie, monter le mur devant un Florian Delecroix au bras monstrueux. Compliqué de maîtriser un Nicolas Tournat de plus en plus impérial en attaque, capable de vous transformer en but sonnant et trébuchant la moindre passe, même envoyée un peu en mode parpaing… Compliqué de contrer la puissance de David Balaguer pour ensuite avoir à faire à la science du shoot de Jerko Matulic. En bref, Nantes a des ressources et des belles ! Pourtant Cesson va faire front. Mener la vie dure à ces Nantais annoncés comme un des potentiels gagnants dans la saison française. Les 3 pivots vont arriver à trouver des espaces dans la défense du H. Les arrières avec un Jérémy Suty en pleine forme, vont arriver à passer au-dessus ou au travers. Bref, Nantes a dû batailler pendant 45 minutes bien tassées pour affirmer son leadership dans le tournoi. Cesson, à court de solutions et surtout de plus en plus sur les rotules va devoir baisser pavillon en fin de match, laissant un Rock Feliho préservé mais toujours aussi capitaine dans l’âme soulever le premier trophée du Mignal’Hand.

HBC Nantes - Cesson-Rennes MHB : 29 - 25 (Mi-temps : 14-14)
Arbitres : MM. Christmann et Iltis.
1 400 Spectateurs

Nantes
Gardiens :
Dumoulin (5 arrêts sur 18), Siffert (8/21)
Joueurs : Lagarde, Klein 1/2, Claire 10/11, Nyateu 1/1, Gharbi 0/2, Tournat 6/6, Derot 0/2, Matulic 2/3, Delecroix 4/6, Gurbindo 2/3, Balaguer 2/4, Pechmalbec 1/1.
Entr. : Thierry Anti.
Exclusions : Nyateu (27e), Gharbi (44e, 52e).

Cesson-Rennes
Gardiens
: Bonnefoi (2/15), Lettens (4/15.)
Joueurs : Suty 6/9, Helgason 3/4, Sall 1/6, Kamtchop-Baril 5/6, Lanfranchi 4/4 (dt 2/2 sur pen.), Villeminot 2/4, Sérinet 1/2, Gudmunsson 0/3, Guillo 1/1, Davyes 2/5.
Entr. : Yerime Sylla.
Exclusions : Helgason (13e, 29e, 37e), Guillo (19e), Davyes (51e), Sall (57e).



Sélestat a-t-il trouvé la bonne martingale ?
Décevants et en plein doute la veille, les Alsaciens du SAHB ont totalement changé de visage dans le match face à l’USAM Nîmes pour la 3° place du tournoi. D’abord ils ont gagné, et dans une préparation parfois complexe, cela fait un bien énorme au moral des joueurs et du staff. Ensuite, en pleine corse de confiance et de solutions sur la base arrière, le SAHB a peut-être trouvé la bonne alchimie pour se lancer dans une saison que tout le monde sait compliquée pour eux. Mais une victoire sur un Nîmes peut-être bien entamé par les absences. Même arrachée aux jets de 7 mètres, même parfois avec plein de choses encore un peu compliquées, comme la gestion des derniers ballons du match, en ces temps annoncés durs, cela fait visiblement avancer les choses chez les violets. D’abord et surtout avec une base arrière très jeune mais qui a affiché clairement un vrai potentiel à haut niveau. Thomas Valentin en demi-centre, c’est une petite bombe atomique capable de déclencher à tout moment et dans n’importe quelle position et qui en plus arrive à mettre ses latéraux en situation. On connaît le potentiel de Rudy Seri à gauche, reste à travailler sur la constance et la pleine prise de conscience de son potentiel. Et à droite, Christian Gaudin à flairé la bonne affaire en replaçant Yannis Lenne en arrière en attaque, alors qu’Antoine Gutfreund glisse lui à l’aile. Le liant offensif et surtout la percussion du jeune Sélestadien amène un énorme plus dans les solutions, tandis que l'ex dijonnais a été très à l'aise au shoot sur l"aile. Face à tout cela, Nîmes a été d’abord dominateur, mais a trop laissé passer d’occasions pour tuer le match. Alors quand la fatigue est arrivée, que le SAHB a commencé à trouver une belle carburation offensive avec toujours une défense solide. Logiquement, les choses se sont inversées et Sélestat à su prendre ce qu’il y avait à prendre dans ce dernier match de préparation.

Sélestat AHB - USAM Nîmes : 32-31 (Mi-temps : 11-14 - FT : 28-28)(4-3 t.a.b)
Arbitres : MM. Bounouara et Thobie.
1 400 Spectateurs

Sélestat
Gardiens :
Ravensbergen (3/17), Sargenton (2/15)
Joueurs : Martin, Seri 3, Nyembo, Jung, Valentin 4, Beauregard 5, Gutfreund 4, Eudaric 2, Guillermin 3 (dont 1 penalty), Lenne 5, Rahim 2.
Entr. : Christian Gaudin.
Exclusions : Martin (7e), Eudaric (40e), Beauregard (45e), Rahim (47e)

Nîmes
Gardiens :
Desbonnet (8/19), Rezar (1/18)
Joueurs : Gallego 1, Rebichon 1, Salou 3, Podsiadlo 4 (dt 1 pen.), Hallgrimsson 1, Dupuy, Brun 3, Civil 1, Padolus, Gudjonsson 3 (dt 2 pen.), Ferreiro 1, Stretenovic 1, Alexandre 3, Aguirrezabalaga 4 (dt 1 pen.).
Entr. : Franck Maurice.
Exclusions : Ferreiro (35e), Salou (37e), Brun (50e), Aguirrezabalaga (50e, 55e).

Et maintenant ?
Clairement réussi en termes de niveau de jeu et d’organisation, le premier Mignal’Hand a vécu et Jean François Beaudinot grand ordonnateur et instigateur de cette aventure un peu folle peut se reposer avec le sentiment du devoir accompli. Reste à savoir ce que peut devenir ce tournoi qui aura eu le mérite de bouger un peu le monde du Handball poitevin et de lui proposer ce qui n’existe plus depuis fort longtemps : Un niveau de jeu au top. La salle de Saint Eloi est un écrin parfaitement capable d’accueillir de futures éditions. Un peu dispersé le vendredi, le public pictave a répondu présent le samedi. Bref, structurellement et au niveau de l'élan populaire, la chose est fort bien née et une suite serait une très bonne nouvelle pour le handball poitevin. Reste à savoir si la cohorte de bénévoles, de petites mains, d’organisateurs et de décideurs ont le courage et sans doute aussi la folie de se lancer dans une seconde édition. Mutualiser les ressources serait sans doute la très bonne idée. En plus de pérenniser l’aventure, cela pourrait montrer que les clubs poitevins sont capables de travailler ensemble pour un objectif commun.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités