mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
N1M : un Montélimar-Cruas courageux !
N1M : un Montélimar-Cruas courageux !
25 Septembre 2016 | National > Nationale 1M

Montélimar-Cruas 26 – Bagnols 25
 
Avec Donoso et Skatar mobilisés pendant soixante minutes et éreintés en fin de partie, le MCHB a tenu et conservé une petite  longueur d’avance sur une belle équipe de Bagnols. Cela suffit au bonheur des Montilo-Cruassiens alors que les Gardois ont confirmé qu’il faudrait compter avec eux.
 
A Montélimar
Arbitres MM Fabre et Turin
Mi-temps : 14-13
Pour Montélimar-Cruas :
Gardiens : Nungovitch 30’ et 8 arrêts dont 1P ; Horvat 30’ et 10 arrêts dont 2P
Buteurs : Devaux 4/7, Alves 1/2, Christin 1/1, Aubert 1/1, Donoso 1/4, Manifacier 3/5, Gaillard 10/14  dont 4/4P, Jebrouni 0/2, Skatar 5/9

Pour Bagnols :
Gardiens : Jabea N’Jo 60’ et 17 arrêts, Grande
Buteurs : Markus 1/4,  Amblard 3/7, Aniol 5/6,  Tourraton 3/4 dont 1/2P, Poutier 4/6, Qeiros de Oliveira 1/3 dont 0/1P, Michel 3/6 dont 1/1P, Thevenet 1/3, Laout, Saperes 2/4 dont 1/2P, Nakate Lamio 2/3.


 
Tout va aller très vite dans ce championnat. Avec huit équipes, quatorze matches et huit rencontres consécutives jusqu’au 22 octobre,  personne ne doit traîner en route. Bagnols en avait rapidement pris conscience en gagnant ses trois premiers matches mais c’est Montélimar-Cruas qui a pris trois points importants hier soir au bout d’une opposition haletante et terminée sur un court avantage pour les locaux.

Jérémy Barbette change tout

En flux très tendu avec son effectif, le MCHB s’est appuyé sur son sept de base pour prendre un bon départ et mettre ses gauchers, Skatar et Manifacier, dans le sens de la marche (4-1, 7ème). Alors que les Gardois n’avaient pas encore trouvé le bon rythme sur leur base arrière - Michel (0/3)  et Markus (1/4) en échec durant vingt minutes - et qu’ils s’en remettaient plutôt à l’agilité de Tourraton pour ne pas se faire distancer, le MCHB, lui, avançait gentiment avec ses armes favorites que sont le contre et la montée de balle (12-7). « On fait 20 premières minutes très bonnes, si on avait joué tout le match comme cela… », confiera l’ancien Caennais Clément Devaux. Oui mais voilà, chacun  avait son temps fort dans cette première mi-temps dominée par les locaux jusqu’à ce que Jérémy Barbette, le coach gardois,  réagisse à ses problèmes d’attaque placée avec les entrées payantes de Poutier et Aniol : « On jouait tout sur le même rythme, on ne gagnait pas nos duels, c’était facile pour la défense montilienne. Notre groupe est homogène, on a pu faire les retouches qu’il fallait ». Bagnols rendait immédiatement le 4-0 qu’il venait d’encaisser pour arriver dans les clous au repos. Finalement, le match indécis que tout le monde pressentait était bien au rendez-vous.

Rouge pour Aubert, Skatar et Donoso à l’ouvrage

Encore un peu plus quand Aubert écopait d’un carton rouge pour une défense haute sur Aniol (15-15, 33ème) et que sa sortie dépeuplait un peu plus le banc jaune et bleu. Le risque de voir alors Donoso et Skatar fatiguer devenait alors la donnée primordiale dans cette partie.   Sans rotation, les deux tauliers de la base arrière drôme-ardéchoise laissaient énormément de jus en défense et manquaient logiquement de lucidité  dès lors qu’il fallait attaquer un rideau rouge de plus en plus en confiance.

Tricon : « Il nous faut des rotations ! »

Le match allait se jouer sur un coup de dés ou alors sur un arrêt de gardien. Horvat et Jabea N’Jo les multipliaient (19-19, 22-22, 53ème) mais le MCHB prenait trois longueurs d’avance à cinq minutes  d’une fin finalement favorable. « On a souffert, mais j’ai quand même la conviction que nous avons été meilleurs. Il nous faut des rotations, il faut vite que ça arrive car les garçons s’épuisent. Moi, je leur tire mon chapeau ce soir », conclura Nicolas Tricon, conscient qu’il ne pourra pas faire une saison complète comme cela et que la validation des contrats de Grujicic et Stankevicius deviennent impératives.   Côté gardois, l’effectif est quantitativement au niveau de la N1 et Barbette pouvait au moins se satisfaire d’une belle progression : « J’ai géré mon groupe pour tenir sur la durée du match. Au final, on n’est pas loin. Cela se joue sur les jets de 7 mètres. On en manque trois, c’est trop ! On s’est bien battu face à un gros calibre de la poule. Fait-on partie des gros calibres ? Non ! C’est dans la durée que l’on voit les choses ».

Lilian Bernard pour

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités