mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: la récitation parisienne avant Flensburg
LSL: la récitation parisienne avant Flensburg
13 Octobre 2016 | France > LNH

Le PSG en mode rouleau compresseur avec un Nikola Karabatic totalement remis après sa blessure au genou, n'a laissé aucune chance à Dunkerque qui à domicile, a rapidement perdu pied (27-37). Paris a parfaitement préparé son rendez-vous dominical face aux Allemands de Flensburg en Ligue des Champions. 

par Yves MICHEL

Mais de quel alliage est donc fait Nikola Karabatic ? Il y a très exactement 11 jours, l’aîné de la fratrie quittait ses partenaires après seulement un quart d’heure lors du 2ème match de Ligue des Champions contre Plock. Le lendemain, le verdict des examens radiologiques était implacable : lésion musculaire au genou droit et une absence de deux à trois semaines. Enfin, pour un sportif de haut niveau dans les normes. Onze jours plus tard donc, voilà Niko en tenue à l’échauffement et donc sur la feuille du Dunkerque-PSG. Pour faire le nombre ? Certainement pas ! Lorsqu’il est entré à la 7ème minute alors que Paris était largement en retard (4-1) et que Mikkel Hansen n’avait pas eu toute la réussite souhaitée, l’arrière tricolore a tout de suite été dans le rythme. Passe décisive pour son frère Luka, redistribution et organisation du jeu, percussions bref, le rôle d’agitateur d’une formation qui avait attaqué sur un train de sénateur. Cette avance de 3 longueurs, les Nordistes vont non seulement la perdre mais se faire punir en encaissant un 8 à 1 en 7 minutes (5-9). Le public de Dewerdt ne le savait pas encore mais le match était d’ores et déjà plié. Au mutisme de ses arrières avec Marko Mamic totalement transparent, seul Baptiste Butto pouvait répondre en transformant ses tentatives à 7 mètres. Et Niko dans tout cela ? Il va rester dans le tempo et continuer son œuvre. Avec à son compteur personnel un impeccable 5/5, pour Luka un 4/5 et pour Titi, une douzaine d’arrêts. Six longueurs d’avance à la pause (14-20), que pouvaient espérer les Dunkerquois ? Pas grand-chose en fait car personne n’envisageait un effritement du bloc parisien.

Une tendance qui va se concrétiser dès la reprise puisque Paris va enchaîner sur le même rythme, réciter à la perfection son jeu rapide et mettre de la précision dans la finition. Dunkerque semblait avoir démissionné, la traduction au score était immédiate (19-26 à la 40ème).  Serdarusic qui n’esquissait pas la moindre émotion, pouvait faire tourner et lançait William Accambray qui n’attendait que ça. L’ancien montpelliérain fêtait son entrée par un 1er but après seulement 30 secondes. Trois minutes plus tard, l’addition était sévère pour les locaux (19-30 à la 43ème). Paris était en roue libre, rien ne pouvait lui arriver. Et rien ne va lui arriver. Si ce n’est un match à sens unique et un succès d’une facilité déconcertante avec notamment dans ce second acte, la prestation remarquée de Benoit Kounkoud qui a parfaitement tenu le poste en l’absence du taulier Abalo. Les deux frangins eux, ont terminé chacun à 7 buts.

A Dunkerque, Salle Dewerdt

DUNKERQUE HGL - PSG HANDBALL         27-37   (MT: 14-20)
Statistiques du match


Au-delà de cette victoire facile des Parisiens et même si Mikkel Hansen n’a pas encore retrouvé le niveau de la saison dernière, l’équipe privée donc de Luc Abalo (laissé au repos) et d’Uwe Gensheimer (ennuis intestinaux) a parfaitement préparé le rendez-vous qui l’attend dimanche en Ligue des Champions face aux Allemands de Flensburg. Les coéquipiers de Kentin Mahé arrivent dans la capitale avec de larges ambitions. C’est le minimum pour une équipe qui chez elle a concédé le nul face à Veszprém et une défaite d’un but face à Barcelone et qui est allé s’imposer entre temps chez les Danois de Silkeborg. En revanche, c’est en Bundesliga qu’elle a emmagasiné de la confiance avec des résultats très positifs puisqu’à ce jour, elle est invaincue avec 7 succès consécutifs (le dernier, mercredi et un écart de 11 buts face à Gummersbach).

Dunkerque est a contrario bien loin de toutes ces considérations européennes. La formation de Patrick Cazal ne décolle pas au classement et se retrouve en compagnie de Cesson et Saran (avec 2 pts) juste devant Sélestat, la lanterne rouge qui n’a pas encore inscrit le moindre succès à son compteur.

Résumé complet de la 4ème journée avec les photos et les réactions, c'est ICI

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités