mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
La CAN Féminine peut-elle échapper à l'Angola ?
La CAN Féminine peut-elle échapper à l'Angola ?
25 Novembre 2016 | International > CAN

Equipe surprise des derniers Jeux Olympiques de Rio, la sélection Angolaise revient sur le continent noir pour reprendre son bien : une Coupe d'Afrique des Nations 2016 disputée à Luanda devant ses supporters, y a t'il réellement une autre sélection Africaine capable de la battre ? Championne en titre, la Tunisie tentera tout de même de relever ce défi.

2014… assurément un accident de parcours dans la fabuleuse histoire du handball féminin Angolais. Car si la Tunisie est bien tenante du titre, l’Angola reprend très vite son rôle de favori de cette CAN version 2016. Il faut dire que les statistiques parlent en faveur du pays hôte : l’Angola rafle les titres continentaux en clubs (Primeiro de Agosto et Petro Atletico dominent les compétitions de clubs depuis de très nombreuses années… deux clubs phares du continent composés d’internationales jouant exclusivement dans le championnat domestique), onze titres conquis à la CAN… dont huit consécutifs raflés entre 1998 et 2012 ! Et enfin une sélection toujours plus puissante et efficace, la preuve avec ce quart de finale joué aux JO de Rio perdu face à la Russie (sacrée par la suite championne Olympique) mais après avoir battu excusez du peu… la Roumanie (19-23) et le Monténégro (27-25). Une sacrée aventure qui demande forcément confirmation quatre mois plus tard. Mais avec des individualités de la trempe de Teresa Almeida (solide dans son  but), Albertina Kassoma (jeune mais déjà tellement impressionnante au pivot), Isabel Guialo ou encore les deux demi-sœurs Natalia Bernardo et Luisa Kiala… nul doute qu’il faudra accomplir un miracle pour s’octroyer le titre au nez et à la barbe de ces Angolaises.

Et premier rival naturellement désigné… la Tunisie, vainqueur deux ans plus tôt au prix d’un exploit majuscule en demi-finale à Alger. Mais depuis ce moment d’allégresse, les Aigles de Carthage ont connu des désillusions : premier d’entre elle, le Mondial 2015 durant lequel Noura Ben Slama et ses coéquipières ont essuyé de lourds revers contre le Japon (21-31) par exemple, le Monténégro (26-37) ou la Serbie (21-43). En attendant de voir une nouvelle génération éclore… apte à succéder aux Toumi, Khouildi et autre Marzouk, il faudra faire sans Mouna Chebbah, la demi-centre chambraisienne blessée à Toulon en championnat fin octobre. Le claquage de la joueuse emblématique de la sélection Tunisienne est une sacrée tuile… les jeunes tunisiennes à l’image de Chaima Jouini, Mouna Jlezi ou encore la prometteuse Amal Hamrouni devront prendre des responsabilités plus tôt que prévu.

Finaliste surprise de la dernière CAN en Algérie, la république Démocratique du Congo espère rééditer le même exploit qu’il y a deux ans. Sous la conduite de sa joueuse vedette Christiane Mwasesa, le Congo-Kinshasa a depuis développé son expérience du haut niveau lors du mondial 2015 malgré sept revers concédés. Mais les Léopards Dames ne bénéficieront plus de l'effet de surprise cette année. Pas sûr que la RDC est en mesure de rééditer ce genre de coup d'éclat, surtout au vu de la nouvelle concurrence des pays d'Afrique Noire.

La grande inconnue de cette compétition se nomme… le Sénégal. Habituées jusque-là aux places d’honneur, les Lionnes sont bien décidées à faire mieux cette année qu’une simple présence parmi les cinq premiers : le podium est en ligne de mire avec la perspective de participer au prochain mondial. Et pour réussir cet objectif ambitieux, la fédération Sénégalaise a misé cette année sur Frédéric Bougeant. Champion de France avec Fleury, le nouveau sénégalais veut « marquer l’histoire du handball Sénégalais ». Avec l’Isséenne Doungou Camara en figure de proue et la totalité des joueuses évoluant dans le championnat Français, le Sénégal devra d’abord se hisser à la meilleure place possible au sein d’un groupe A dense et compliqué… avant de viser la demi-finale.

Au pied du podium chez elle il y a deux ans, l’Algérie repart à l’assaut d’une demi-finale Africaine… objectif audacieux pour les partenaires de Nabila Tizi face à la multitude des concurrents présents à Luanda. Rude défi pour le néo sélectionneur Algérien, l'ancien pivot international Français Semir Zuzo.

Réputé pour sa dimension physique, le Cameroun pourrait bien être la surprise de cette CAN : le sélectionneur Jean-Marie Zambo demandait il y a deux ans une préparation adéquate… pour espérer aller loin dans la compétition, il a obtenu satisfaction en réalisant début novembre un stage au Brésil. Finalistes malheureuses des derniers Jeux Africains (perdus sur le fil lors de la séance des penalties), Berthe Abianbakon et ses compatriotes ont d’abord quatre rendez-vous majeurs en phase de poule… avant d’espérer un quart de finale accessible.

Que vaut réellement la sélection du Congo-Brazzaville en ce moment ? Une énigme d’autant que la fédération de la république Populaire du Congo connaît des problèmes en interne, une situation qui n’est pas de nature à préparer au mieux les joueuses à cette CAN 2016… et de façon plus lointaine à envisager une performance dans deux ans lorsque Brazzaville sera l’organisateur de cette même compétition chez les femmes.

Tout aussi mystérieux, le classement à venir de la Côte d’Ivoire dans cette compétition : jadis habituée à jouer les premiers rôles (mondialiste en 2009 et 2011), il s’agit là d’un grand retour dans le concert des nations Africaines. Préparées par le Français Gilles Malfondet, les Ivoiriennes tenteront de se hisser en demi-finale (objectif fixé par la fédération) mais la densité du groupe A les obligera à jouer chaque match de poule… à fond et sans se poser de questions.

Découverte il y a deux ans, la Guinée entame sa seconde participation à une compétition majeure : le Syli national sait qu’il fait toujours partie des petits poucets de la compétition… mais il est fermement décidé à passer des paliers. En cela, son quart de finale à venir nous en dira plus sur la progression réelle des Guinéennes durant les deux dernières années.

A noter que le groupe B n'est constitué que de quatre sélections : en effet, l'Egypte a déclaré forfait début novembre, Ehsan Abdelmalek (ailière gauche de Nice en LFH) et Rehab Gomaa (demi-centre d'Angoulême en N1) ne participeront donc pas à la grande messe du handball Africain.

         Poule A

         Poule B

   RD CONGO

   TUNISIE

   ANGOLA

   ALGERIE

   CAMEROUN

   CONGO

   SENEGAL

   GUINEE

   COTE D'IVOIRE

Programme de la compétition : 28 novembre au 7 décembre 2016

Phase de poules
Le 28 novembre
à 11h00 : Tunisie - Guinée
à 13h00 : RD Congo - Sénégal
à 18h30 : Angola - Côte d'Ivoire

Le 29 novembre
à 15h00 : Algérie - Congo
à 17h00 : Côte d'Ivoire - Cameroun
à 19h00 : Sénégal - Angola

Le 30 novembre
à 15h00 : Côte d'Ivoire - RD Congo
à 17h00 : Congo - Tunisie
à 19h00 : Cameroun - Angola

Le 1er décembre
à 15h00 : Guinée - Algérie
à 17h00 : RD Congo - Cameroun
à 19h00 : Sénégal - Côte d'Ivoire

Le 2 décembre
à 13h00 : Congo - Guinée
à 15h00 : Cameroun - Sénégal
à 17h00 : Tunisie - Algérie
à 19h00 : Angola - RD Congo

Phase finale
Quarts de finale le 4 décembre
Demi-finales le 5 décembre
Finale le 7 décembre 2016

*****************************

Les sélections connues à ce jour :

REPUBLIQUE POPULAIRE DU CONGO
Princilia Itoua (Abo sport), Glen Divoko Divoko (Asel), Suzanne Mambou (Cara), Becharel Koumba (Asel), Viviane Eyoma Yoma (Cara), Raïssa Yalibi (Etoile du Congo), Richca Adoulou Obangue (Abo sport), Gabrielle Ngoye Essema (Asel), Patience Okabande (Abo sport), Sylvie Mpinoba ( Inter club), Nuptia Mouélé M. (Asel), Magalie Bazekené (Abo sport), Tatiana Gona Issongo (Asel), Ruth Nkodia (Cara), Belvina Mouyamba (Cara), Grace Zoubabela (Asel), Mercianne Hendo (Abo sport), Berxane Ntsouakari (Etoile du Congo), Kaelle Itoua Mamic (Etoile du Congo), Chantal Okomba (Rochechouart St-Junien), Jocelyne Mavoungou Tsahout (Le Havre), Ndona Bassarila (Octeville).
Sélectionneur : Xavier-François Malonga.

ALGERIE
Fatiha Haimeur (GS Pétroliers), Imène Boudjellal (GS Pétroliers), Sara Benabi (GS Pétroliers), Fatma Boussora (El Biar), Amina Bensalem (El Biar), Souad Ferraoune (El Biar), Zineb Meslem (Saida), Rekia Djorfi (Saida), Sylia Zouaoui (Awzelaguen), Ikram Kemiti (Arzew), Aicha Benaziez (Constantine), Cylia Bechir (Akbou), Sara Azzi (Akbou), Amel Ait-Ahmed (St Etienne), Sihem Hemissi (St Etienne), Najah Souli (St Etienne), Nadia Bellakhdar (Noisy le Grand), Amina Boudjellal (Bergerac), Souad Titou (Bergerac), Leila Hadi (Yutz), Dounia Haouam (Alfortville), Ines Merad (Chambray II), Nabila Tizi (Brest).
Sélectionneurs : Semir Zuzo & Zoheir Guernane.

ANGOLA
Teresa de Almeida (Petro Atletico), Neide Barbosa (Sambizanga), Azenaide Carlos, Vilma Nenganga (Petro Atletico), Magda Cazanga (Petro Atletico), Isabel Guialo (Primeiro de Agosto), Lourena Carlos (Sambizanga), Lurdes Monteiro (Primeiro de Agosto), Luisa Kiala (Primeiro de Agosto), Wuta Dombaxi, Janete dos Santos (Sambizanga), Dalva Peres, Juliana Machado (Primeiro de Agosto), Natalia Bernardo (Primeiro de Agosto), Joelma Viegas (Primeiro de Agosto), Carolina Morais (Primeiro de Agosto), Albertina Kassoma, Liliana Venancio (Primeiro de Agosto).
Sélectionneur : Filipe Cruz.

SENEGAL
Hatadou Sakho (Nice, France), Aïda Diongue (Landi Lampaul, France), Rosaline Corréa (Bordeaux, France), Doungou Camara (Issy Paris, France), Amina Sankharé (Fleury, France), Hadja Mama Cissé (Nice, France), Penda Sylla (Yutz, France), Nimétigna Keïta (Mérignac, France), Hadja Sawaneh (Le Havre, France), Niacalin Kanté (St Amand, France), Niouma Sawaneh (Angoulême, France), Awa Diop (Achenheim, France), Raïssa Dapina (Achenheim, France), Aïssatou Dabo (Yutz, France), Alimatou Diadhiou (Aubervilliers, France), Adja Sanou Paye (Le Pouzin, France), Laura Mariam Orfèvres (St Maur, France), Marianne Faye (Lomme, France), Hadaye Sow (Aulnay, France), Hawa N'Diaye (Metz, France).
Sélectionneur : Frédéric Bougeant.

GUINEE
Fatoumata Diadhiou (Bayonne, France), Cissé Sidibé (Noisy II, France), Kardiatou Sow (St Etienne, France), Simone Keita (US Guinée, Guinée), Nadia Da Silva (Villemomble, France), Bintou Diallo Diallo (Gran Canaria, Espagne), Khady Konaté (Aubervilliers, France), Charlotte Correa (Mérignac, France), Hademou Boye-Samba (Val d’Orge, France), Mamou Diallo (Noisy II, France), Wembé-Salematou Camara (Sangaredi, Guinée), Adama Traoré (Paris SG, France), Aissatou Touré (Mérignac II, France), Siga Amadi (Dreux, France), Béatrice Gomis (Lège Cap-Ferret, France), Fanta Diallo (Bayonne, France), Fatoumata Camara (Oujad, Maroc).
Sélectionneur : Kevin Decaux

COTE D'IVOIRE
Nadège Konan (St Grégoire, France), Nelly Yao (Africa Sports, Cote d'Ivoire), Urielle Bonon (Tanda, Cote d'Ivoire), Paula Gondo (Harnes, France), Mariam Traoré-Bakayoko (Limoges, France), Awa Karamoko (Cote d'Ivoire), Madina Toualy (Bergerac, France), Abiba Fofana (St Amand, France), Jennifer Issifou (Nelligen, Allemagne), Emma Djedje (Africa Sports, Cote d'Ivoire), Marie-Madeleine Kouamé (Bandama, Cote d'Ivoire), Eva Sigui (Tanda, Cote d'Ivoire), Makourakou Diomandé (Africa Sports, Cote d'Ivoire), Rokia Fondio (Tanda, Cote d'Ivoire), Rosalie Nkayo (Bandama, Cote d'Ivoire), Emmanuella Tegbaglo (Bandama, Cote d'Ivoire), Solange Bleou (Bandama, Cote d'Ivoire), Minata Koné (Africa Sports, Cote d'Ivoire).
Sélectionneur : Philippe Koné.

© Davy Bodiguel
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités