mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Nantes et St Raphaël à l'heure, Nîmes et Dunkerque en retard
Nantes et St Raphaël à l'heure, Nîmes et Dunkerque en retard
26 Août 2017 | France > Caraty

La hiérarchie a été respectée et ce sont les deux meilleures équipes annoncées qui se retrouvent ce samedi en finale du challenge Caraty. St Raphaël qui a eu du mal à se débarrasser de Nîmes (32-35) paye un lourd tribut avec la blessure de Xavier Barachet au poignet. Nantes a effectué une véritable promenade de santé (32-21) face à un collectif de Dunkerque où tout est à revoir avec notamment des joueurs qui sont loin de leur meilleur niveau.

A Plougastel-Daoulas (29), Alexandre PONS & Yves MICHEL

Saint Raphaël maîtrise Nîmes

Le jeu: deux équipes aux styles similaires, jouant beaucoup sur leur pivot et sur les croisés vers l’intérieur avec parfois quelques déchets sur la dernière passe. Côté dfensif, c'est du costaud des deux côtés. Saint-Raphaël s’appuie comme à son habitude sur la puissance de Hmam pour repousser les assauts nîmois et prendre un léger avantage (6-7, 10’). Offensivement, les Varois peuvent compter sur Sarmiento (notre photo de tête), excellent dans la prise d’intervalle et pour placer son pivot, Karalek, dans d’excellentes conditions (8-8, 15’). En face, Nîmes ne peut qu’attendre et placer quelques contre-attaques sur les pertes de balle adverse. Mais la base arrière raphaëloise est impressionnante. Di Panda, Sarmiento et Simicu creusent l’écart (10-14, 20’ puis 13-16, 27’). Le premier marquant 3 buts en première période. Sa sortie coïncide d’ailleurs à la baisse d’intensité de Saint-Raphaël et à la remontée de Nîmes. Enfin pas uniquement. Si le début de match fait briller le portier raphaëlois, Alexandre Demaille (6 arrêts), les dernières minutes de la première période poussent Alioja Rezar a montré son meilleur niveau (5 arrêts). Le gardien nîmois ne peut toutefois rien faire face à la précision de Raphaël Caucheteux, meilleur buteur des bleus et jaunes en première période (6 buts) et Saint-Raphaël reste devant à la pause (16-19).

Rezar entretient l’espoir

Au retour des vestiaires, Saint-Raphaël repart sur les mêmes bases : tenter de prendre de vitesse la défense adverse sur des montées de balle rapide. Et ça marche. Hallgrimsson sur son aile conclue parfaitement le travail collectif (21-26, 41’). En face, Yvan Gérard, à gauche, répond avec la manière, notamment sur un superbe kung-fu peu après la pause. Mais l’homme de ce match est assurément Rezar. Le portier nîmois douche les velléités offensives adverses à de nombreuses reprises. Di Panda, Simicu et Lynggaard prennent chacun deux minutes et Saint-Raphaël se fait piéger à plusieurs reprises sur des infériorités numériques. Rezar se distingue notamment par deux buts de son propre camp (27-29, 50’). Les montées de balles de Saint-Raphaël se retournent contre la formation varoise et Nîmes recolle finalement à cinq minutes de la fin (31-31). Mais les Nîmois auront finalement trop donné pour revenir. Malgré le rouge de Di Panda (3x2'), Saint-Raphaël s’impose avec sérieux et jouera Nantes en finale (32-35).



A quelques minutes de la fin, après un choc avec le néo Gardois Jérémy Suty, le Varois Xavier Barachet va se relever grimaçant de douleur, le kiné lui installant immédiatement une poche de glace sur la main... gauche. L'international tricolore a été conduit à l'hôpital de Brest pour des examens radiologiques approfondis. Il souffrirait "au mieux" d'une luxation d'un métacarpe du poignet, "au pire" d'une fracture.



Nîmes – Saint-Raphaël : 32-35 (16-19)

Nîmes. Gardiens : Alioja Rezar (12 arrêts ; 2 buts) ; Rémi Desbonnet
sur le champ : Tom Poyer (3) ; Jérémy Suty (3) ; Julien Rebichon (1) ; Asgeir Halgrimsson (5) ; Jimmy Brun (2) ; Hichem Kaabeche (2) ; Luc Tobie ; Dylan Grandjean (1) ; Tomi Vozab (2) ; Steven George (2) ; Yvan Gérard (6) ; Mohamad Sanad (3).

Saint-Raphaël. Gardiens : Alexandre Demaille (6 arrêts) ; Mihai Popescu (7 arrêts).  sur le champ: Raphaël Caucheteux (7) ; Alexian Trottet (1) ; Alexandru Simicu (1) ; Aurélien Abily (3) ; Nicolas Krakowski ; Daniel Sarminento (4) ; Aleksa Kolakovic (1) ; Adrien Di Panda (5) ; Xavier Barachet (2) ; Miroslav Jurka (4) ; Arthur Vigneron (1) ; Alexander Lynggaard (3) ; Wissem Hmam (1) ; Artsen Karalek (2).

Le reportage photos Nîmes-St Raphaël par Philippe RIOU

La réaction de....

Jérémy Suty, (en photo - arrière de Nîmes):
"Il reste bien-sûr des automatismes à parfaire mais offensivement, on a tous parlé la même langue. il faudra mettre un peu plus d'engagement, de vitesse et de précision et un peu plus de tête lorsqu'on était à égalité ou à moins 1 vers la fin de match. En défense, il y avait de l'engagement, un peu d'activité et on a pris les deux minutes pour quelque chose.On a actuellement des blessés (Salou, Nyateu, Dupuis), on va en avoir toute l'année donc c'est bien d'apprendre dès maintenant de jouer sans eux."

Joël Da Silva (entraîneur de St Raphaël): "les nouvelles règles sur l'engagement rapide, sur les 2 minutes, ça a haché le jeu et donc du coup, on était sur une dynamique qu'on a perdue. Parmi les satisfactions, j'ai aimé la fin de mi-temps d'Alex Demaille dans les buts parce qu'il n'avait pas eu trop de réussite en début de rencontre. J'ai envie de mes joueurs à gagner ce match, ils se sont adaptés lorsqu'on a eu des blessés. C'était bien de regagner après le match de Paris (à Reims, mercredi défaite 28-38) et on va attendre le bilan médical pour savoir si ce match nous a coûté cher."



Nantes affiche déjà de réelles ambitions

Le 2ème de la saison écoulée et qui avec le PSG sera l'autre représentant français dans les poules hautes de la Ligue des Champions, n'a laissé aucune marge de manœuvre à une équipe de Dunkerque en chantier de construction alors qu'elle devrait attaquer la finition.

Dès le début de la rencontre, les Nantais évoluent un ton au-dessus. Et c’est peu dire. Aussi bien défensivement qu’offensivement, Nantes fait le jeu et Dunkerque subit. En défense, la triplette Claire, Feliho, Tournat met une énorme intensité dès les premières minutes. Aucun joueur dunkerquois ne peut arriver aux 9 mètres sans être touchés une seule fois. Obligé de prendre des shoots difficiles à l’aile ou désaxé, Dunkerque facilite le travail d’un Arnaud Siffert impérial dans ses cages en première période (11 arrêts). Pire, les Nordistes perdent les balles et se font sanctionner par les montées rapides nantaises (9-4, 12’). David Balaguer se fait plaisir en marquant trois fois sur contre-attaques (11-5, 17’). En face, c’est le contraire. Dunkerque n’est pas assez agressif en défense. En témoigne le tir de Nyokas (11-5, 17’), seul aux 9 mètres, qui, sans élan, va crucifier Annotel, laissé bien seul par sa défense.

Dunkerque en insuffisance respiratoire

Les enchaînements défense-montées de balles nantaises font mal et malgré deux temps-morts, Dunkerque ne peut suivre. Surtout quand Kiril Lazarov se lance dans une passe magique à destination de Matulic (16-6, 22’). A la pause, le mal est fait et Nantes fait la course loin en tête (19-9). Après la pause, on prend les mêmes et on recommence. Malgré les changements de Thierry Anti avec les entrées de Lagarde, Favulegi et Emonet, Dunkerque ne se réveille toujours pas. Plus inquiétant, les hommes de Patrick Cazal ne montrent toujours rien, surtout en attaque où ils reçoivent, à tour de rôle, le ballon arrêté (27-14, 48’). Seul Oleg Grams dans les buts se distingue par de très beaux arrêts. Il permet surtout au score de ne pas défiler trop vite en faveur de Nantes. Mais il fallait bien ça pour répondre à Arnaud Siffert, qui n’avait rien à lui envier. Il n’y aura au final pas eu de suspense, à part pendant les premières minutes. Nantes était bien trop fort et a écrasé Dunkerque (32-21) au cours d’une première période impressionnante.


 
Nantes – Dunkerque : 32-21 (19-9)
Arbitrage autoritaire et discerné de Loïc Weber et Clément Bader

Nantes. Gardiens : Cyril Dumoulin (pas utilisé) ; Arnaud Siffert (14 arrêts).
sur le champ : Rock Feliho ; Romain Lagarde (2) ; Rudolf Favulegi () ; Olivier Nyokas (5) ; Nicolas Claire (1) ; Benjamin Buric (3) ; Dominik Klein (2) ; Dragan Pechmalbec (1) ; Nicolas Tournat (2) ; Julian Emonet (2) ; Jerko Matulic (1) ; Kiril Lazarov (2) ; Eduardo Gurbindo (4) ; David Balaguer (7 - photo ci-dessus).


Dunkerque. Gardiens : William Annotel (5 arrêts) ; Oleg Grams (12 arrêts).
sur le champ: Florian Billant () ; John Nkonda () ; Pierre Soudry (1) ; Alexandro Pozzer (3) ; Mickaël Grocaut () ; Tom Pelayo (3) ; Guillaume Joli (3) ; Nicolas Nieto (1) ; Wilson Davyes (3) ; Haniel Langaro (1) ; Baptiste Butto (4) ; Jeffrey Ntima () ; Kornel Nagy (2).

Trois questions à Rock Feliho (cap. du HBC Nantes - à gauche sur la photo)

Nantes parait déjà abouti à la fin de la préparation...
Attention, pas d'emballement, on doit procéder par étape et la prépa n'en est qu'une parmi tant d'autres. Mais c'est quand même bien de faire des bons matches, de les gagner, c'est toujours bien pour la confiance. Déjà, il faut arriver en forme au Trophée des Champions et surtout pour la 1ère échéance du championnat.

L'avantage, c'est aussi de n'avoir pas bougé grand chose...
C'est vrai que la base de l'effectif reste la même. Un ailier et deux arrières, c'est facile à intégrer et ça se passe pas trop mal pour le moment. On travaille beaucoup pour être déjà au niveau français car c'est notre "pain quotidien". Mais on reste toujours sur nos gardes.

As-tu l'impression que vous serez encore plus attendus ?
On a commencé la prépa en Allemagne et on a pu jouer en finale contre Veszprém. Ils nous ont pris très au sérieux en alignant leurs cadres et on a gagné. Ce tournoi est très éprouvant car on joue 4 matches en... deux jours (un l'après-midi, l'autre le soir). L'an passé, on a réalisé une saison exceptionnelle. On veut toujours faire aussi bien mais il y a toujours des aléas, on est cette fois en poule haute de la Ligue des Champions donc il va falloir intelligemment gérer l'équipe. Et personne ne nous fera de cadeaux.  

La réaction de Guillaume Joli (ailier droit de Dunkerque): "On ne peut pas être optimiste lorsqu'on perd de douze buts face à Nantes. C'est vrai qu'on n'est pas dans les mêmes perspectives qu'eux puisqu'on a renouvelé l'effectif à 40%. Ils ont changé deux ou trois éléments donc c'est normal qu'il y ait plus d'automatismes. Cela ne fait jamais plaisir d'en prendre une bonne comme ça et c'est une grosse déception. On savait qu'on était en retard sur notre préparation, il faut non seulement le rattraper mais aussi nous mettre en ordre de marche. Cela passe par le travail, dès ce samedi lors du match face à Nîmes. il ne faut surtout pas nous apitoyer sur notre sort. J'espère qu'on va très vite rebondir."       

Demandez le programme de ce samedi à l'Aréna de Brest....

14h45 / 16h30

Finales du Tournoi Espoirs (moins de 18 ans)

18h30

NIMES – DUNKERQUE (3ème place)

20h30

ST RAPHAEL – NANTES (Finale)


Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités