mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: L'écrémage se poursuit, le mano a mano MHB-PSG aussi !
LSL: L'écrémage se poursuit, le mano a mano MHB-PSG aussi !
23 Mars 2018 | France > LSL

A chaque journée, son lot de déçus. Si Nantes, Aix et Dunkerque ont perdu un point, Nîmes et St Raphaël se retrouvent pour le moment distancés de la course au podium. Montpellier en voyage à Saran sort indemne de ce qui aurait pu être le piège parfait. Le PSG qui a perdu Nikola Karabatic, s'est fait quelques frayeurs face à Nîmes et s'impose sur la plus petite des marges.

par Yves MICHEL


Comme à son habitude, Nîmes a vendu chèrement sa peau. Ce qui est le minimum vital face à une équipe comme le PSG qui depuis le début de l’année civile n’a pas perdu une seule rencontre sur le sol français (10 succès et un nul face à Kiel). Très solides en défense, les Gardois sont restés au contact pendant un  quart d’heure mais les cinq échecs à 7 mètres de Gérard, Vozab, Sanad puis encore une fois de Gérard et en toute fin de 1ère période de Suty, ont pesé lourd dans la balance et compromis la suite. Même privé de Nikola Karabatic sorti sur blessure au pied à la 19ème minute, le PSG n’avait vraiment pas besoin de la maladresse adverse pour basculer en tête et atteindre la pause avec une avance substantielle (17-12).  « On se dit qu’on n’aurait pas du tourner avec 5 buts de retard en fait, souffle l'entraîneur Franck Maurice. C’est notre déchet aux 7 mètres et sur quelques situations claires qui fait qu’on leur a offert des ballons de contre-attaque et qu’on n’a pas pu convertir nos occasions. On ne se présente pas de manière anodine devant Thierry Omeyer. Il y a c’est sûr de la frustration mais aussi une certaine satisfaction d’avoir fait un match courageux face à des gars qui sont beaucoup plus puissants que nous.» Souvent sanctionnés (à sens unique en 1ère période), souvent maladroits mais maintenus à flots dans les cages par Rémi Desbonnet, les Nîmois ne vont pourtant rien lâcher. Mais ils vont eux aussi buter sur un certain "Titi" Omeyer. Comme ce face à face à la 42ème minute, Steven George parti en contre-attaque, contré par l’ingénieux quadragénaire pour une balle de -3. Nouvelle opportunité que l’ailier de l’USAM ratera trois minutes plus tard, cette fois en tirant largement à droite du but parisien. Dans le dernier quart d’heure alors que Coubertin se préparait à célébrer une victoire conséquente du PSG, Nîmes va y croire jusqu’au bout et profiter du manque de concentration et des approximations parisiennes. Si bien qu’à l’amorce du money-time, deux petits buts séparaient les deux formations (28-26). Et Paris va continuer à jouer avec le feu en se retrouvant dans une situation assez délicate qui sera finalement bien gérée à moins de 30 secondes du terme (30-29).  « On concède trop de buts sur montée de balle et sur leur jeu rapide, constate Luka Karabatic. On ne va pas faire la fine bouche, on a eu un gros week-end (Final Four de la Coupe de la Ligue), on est un peu fatigué mais l’essentiel a été préservé. On aurait quand même pu mieux gérer cette fin de match. » Le vent du boulet n’est pas passé loin comme il y a deux semaines à St Raphaël. Cette courte victoire va peut-être coûter cher car le bilan médical n’est pas très reluisant. Nikola Karabatic qui apparemment est mal retombé après une action, souffre d’une entorse non bénigne à la cheville droite. Des examens approfondis seront pratiqués ce vendredi matin. Inquiétude également pour Sander Sagosen qui après dix minutes, a quitté ses partenaires en se tenant le bas du dos. Le Norvégien souffre d’une petite lombalgie.

Le diaporama du match Paris - Nimes par Céline Dély


Fin d’un cycle à St Raphaël ? Excepté leur excellent parcours en coupe EHF, les Varois sont à l’arrêt depuis quatre matches, championnat et coupe de France confondus. Certes, ils sont tombés contre Nantes, Paris et Montpellier mais leur incapacité à trouver des solutions face à Toulouse ce mercredi (défaite 34-29) interpelle. Les hommes de Joël Da Silva ont craqué peu avant la pause et ne se sont pas rachetés en 2ème période, comptant même jusqu’à 8 longueurs de retard. Malgré les 8 buts de Sarmiento, St Raphaël n’a rien pu faire pour contenir le très remuant Gaël Tribillon. A 21 ans, le "France Juniors"  mérite les honneurs (9/10).

Le diaporama du match Toulouse - St Raphaël par Anne Champion

A Aix, les Nantais menaient de 5 buts à la pause mais surtout de trois à la 52ème lorsqu’ils sont devenus subitement maladroits et se sont arrêtés de jouer. Les Provençaux n’en demandaient pas tant, ont égalisé à l’entrée du money-time et ont même pris l’avantage. Le "H" qui vise toujours le podium, n’est pas passé loin de la catastrophe et peut remercier Dominik Klein qui à 11 secondes du terme a obtenu le partage des points (28-28). Après une 1ère période totalement ratée (9 pertes de balle), Aix s’est redressé après la pause. « Ce qui m’a plu, souligne Jérôme Fernandez, c’est la cohésion et l’état d’esprit d la part de tous les joueurs. Dans cette 2ème mi-temps, on a été beaucoup plus appliqués, beaucoup plus concentrés. On est sur une belle série de 6 matches sans défaite, on va à Montpellier la semaine prochaine, mais bon, il faudra y aller sans pression. »  Toutes compétitions confondues, Nantes n’a perdu qu’un seul rendez-vous depuis janvier (à Zagreb en LDC) et en championnat, est toujours 3ème avec 4 points d’avance sur le trio Aix, St Raphaël et Nîmes.



Avant d’accueillir Barcelone dimanche à Bougnol pour son 8ème de finale aller de Ligue des Champions, Montpellier porté par un Diego Simonet en pleine réussite (8/8) a évité un gros piège à Saran. Les Héraultais qui n’ont jamais été menés et qui ont pu prendre rapidement les devants (8-13 à la 22ème), ont connu un temps faible à l’entrée du dernier quart d’heure (21-21). Il faudra 4 pertes de balle d’Acquevillo  et la réussite de Kavticnik pour leur permettre d’assurer une victoire (29-34) très importante pour la lutte qui les oppose à Paris.

A Chambéry, Dunkerque a véritablement raté une belle occasion de garder le contact avec l’Europe. Les Nordistes qui menaient de quatre longueurs à moins de 7 minutes du terme, ont encaissé un 4-0 qui les a cloués sur place (26-26). Dans ces derniers instants, les Savoyards ont pu compter sur la précipitation adverse, la vigilance de leur gardien Yann Genty (photo ci-dessus) et l’assurance de Melic à 7 mètres (le Monténégrin en a alignés 8/9 alors que Dunkerque en a loupés 3). Ils peuvent donc s’estimer heureux tant leur maladresse surtout en 1ère période avec 8 pertes de balle (12 au total) ne les a pas avantagés.

En allant gagner respectivement à Massy et Tremblay, Ivry et Cesson réalisent une bien belle opération. Les Tremblaysiens par exemple, qui semblaient sur une bonne trajectoire (5 points pris en 3 matches), ont chuté là où il ne fallait pas, confirmant sans doute les faiblesses relevées depuis le début de la saison mais également le redressement d’une équipe bretonne qui grâce à un Allan Villeminot des grands soirs (9/11), réalise une belle opération. Tremblay devra garder à l’esprit que sur les 8 matches restant à disputer, six le seront face à des équipes du Top 7 et que l’ultime rendez-vous de la saison est programmé à Saran.

Massy s’est bien trompé d’adversaire en s’imposant contre Nîmes à la mi-février. Depuis, les Essonniens se sont pris les pieds dans le tapis et qui plus est, à domicile, face à des adversaires directs pour le maintien. Mercredi, Ivry n’a pas été déçu de son court voyage. Si la bagarre a duré pendant 45 minutes, les deux gardiens, Chapon (15 arrêts) pour les visiteurs et Bellahcène (17 dont 15 en 1ère) pour les locaux s’illustrant à tour de rôle, Ivry a dominé toute la fin de rencontre (score final 24-28).

Quatre points séparent désormais Massy et Saran du 1er non relégable (Tremblay). A 8 journées de la fin de la saison, tient-on là les deux condamnés à l’étage inférieur ? Saran aura "l’avantage" de recevoir Ivry, Massy et Tremblay d’ici le 31 mai alors que son compagnon d'infortune aura à digérer Paris, Nantes, St Raphaël et Aix pour ce qui est des plus gros morceaux.




CHAMBERY SMBHB - DUNKERQUE HGL                26-26  (MT: 14-16)
Statistiques du match 

PAYS D'AIX UC - HBC NANTES                             28-28  (MT: 12-17)
Statistiques du match

SARAN HB - MONTPELLIER HB                             29-34  (MT: 13-15)
Statistiques du match

MASSY EHB - US IVRY                                          24-28  (MT: 12-10)
Statistiques du match

FENIX TOULOUSE - ST RAPHAEL VHB                  34-29  (MT: 16-11)
Statistiques du match

TREMBLAY EN F. - CESSON-RENNES                    29-32  (MT: 10-14)
Statistiques du match

PSG HAND - USAM NIMES                                     30-29  (MT: 17-12)
Statistiques du match

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités