mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Dopage : Une sanction sous forme de première…
Dopage : Une sanction sous forme de première…
5 Avril 2018 | France

Si en France, le Handball fait pas mal parler ces derniers jours, hors de nos frontières, le vrai coup de tonnerre est venu du handball féminin, plus précisément de l’équipe russe des – de 19 féminine, vice-championne d’Europe cet été, battues en finale face à la France.

L'affaire contre la fédération russe a été ouverte par l'EHF après que trois de ses joueuses, Antonina Skorobogatchenko, Maria Duvakina et Mariia Dudina, ont été testées positives pour le modulateur métabolique Meldonium, qui est interdit en vertu de la classe S4 de la liste des interdictions 2017 de l'Agence mondiale antidopage. Conformément à l'article 10 du Règlement antidopage de l'EHF, si plus de deux membres d'une équipe ont commis une violation des règles antidopage au cours d'une période de compétition de l'EHF, l'instance judiciaire compétente impose également une sanction appropriée à la fédération.

En clair, les Russes sont privées de leur médaille d’argent, elle devrait donc revenir au Danemark qui avait remporté le bronze qui lui devrait aller à la Hongrie. De plus l’EHF a sanctionné l’équipe des – de 19 de 2 ans d’exclusion de compétition européenne avec sursis et 20 000 € d’amende. Mais outre les sanctions, ce qui interpelle c’est que c’est une équipe entière qui s’est fait prendre la main dans le sac à dragées magiques… En effet, sur 4 joueuses testées lors du dernier week-end de compétition, 3 ont été déclarées positives. Et là encore, le Handball s’offre une première, enfin ce qui y ressemble, on n’a pas souvenir d’une équipe d’un sport collectif majeur se faisant exclure complètement d’une compétition, même à postériori. Produit phare du dopage à grande échelle en Russie et dans certains pays de l’Est, le Meldonium est une substance permettant une meilleure vascularisation, donc une endurance et une récupération accrue. Voir des jeunes filles de 18 ans se faire prendre la main dans le pot de confiture choque pour le moins, et surtout prouve que sans une vigilance de tous les instants, nul n’est à l’abris de telle déviance. Et même si cette affaire concerne la Russie, attention que d’autres ne viennent pas d’ailleurs. La tentation est souvent trop forte.

Sans doute premier concerné et touché par cette affaire, puisque coach des - de 19 qui ont joué et gagné contre la Russie en finale de l'Euro et de plus éducateur dans l'âme, Eric Baradat nous livre son sentiment sur tout cela.

Eric, ce genre de nouvelle est assez frappante, surtout dans le Handball et à un niveau (- de 19 féminin) peu attendu.
Clairement, cet épisode est attristant, mais il montre aussi que ceux qui essayent de tricher sont maintenant pris. La sanction est assez sévère, même si elle est au niveau de l'EHF et que l'on devrait retrouver sans doute le même groupe lors du mondial de l'été prochain. Heureusement pour nos joueuses, elles ont gagné la finale, je me mets à la place du Danemark qui a été sorti en 1/2 finale par la Russie, cela doit être beaucoup plus dur pour elles.

3 joueuses sur 4 testées déclarées positives au même produit, ça aussi ça choque un peu.
Surtout je ne veux donner de leçon à personne, mais même si rien n'est prouvé, je me dit que voir 3 joueuses sur 4 positives montre que c'est un système dopant qui a été mis en place. Je ne peux pas croire que statistiquement c'était les 3 seules, surtout que ce sont toutes des cadres de l'équipe. Après, il est impossible de savoir à quel niveau cela a été organisé. Fédération, staff, médecin, etc... il y a un responsable dans tout cela, mais lequel je n'en ai aucune idée. Je ne peux pas croire à la thèse d'un dopage isolé...

Le fait que ce soit toute l'équipe qui soit sanctionnée et que la médaille obtenue soit retirée. C'est une nouveauté !
Cela montre surtout que les contrôles sont devenus de plus en plus performants dans notre sport. Quand j'ai appris cela, je n'ai pu m'empêcher de penser aux Bleues qui ont perdu 2 finales mondiales en 2009 et 2001 face à la Russie... Après que l'EHF frappe fort, c'est là aussi une très bonne chose. C'est un message clair envoyé à celles et ceux qui auraient encore envie de tricher. Maintenant il ne faut pas se leurrer, la lutte reste compliquée et cela montre que le Handball n'est à l'abris de rien.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités