mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Dunkerque investit dans le massif central
LSL: Dunkerque investit dans le massif central
21 Août 2018 | France > LSL

Avec trois pivots sur le départ, Dunkerque se devait de trouver des arguments de poids et de talent pour étoffer son effectif. Le club nordiste a pour cela recruté deux jeunes joueurs sur ce poste clé. Deux étrangers bien charpentés qui auront eux aussi un vrai challenge à relever. L’Espagnol Diego Pineiro et le Slovène Matic Suholeznik prennent peu à peu leurs marques dans le fief nordiste

par Yves MICHEL

C’est un recrutement pour le moins inédit que Dunkerque a du gérer à l’intersaison. Il a fallu tout d’abord tourner la page Mickaël Grocaut après 16 années passées au club puis trouver des substituts aux deux autres pivots. Nicolas Nieto est parti du côté de Nîmes voir si le ciel était encore plus bleu et le club a du digérer la mésaventure Alexandro Pozzer. Le Brésilien ne s’est pas acclimaté à l’ambiance nordiste et a mis fin à son contrat (il avait signé deux ans). « On s’est trompé sur ses qualités humaines, regrette Patrick Cazal. Il est resté dans sa bulle et n’en est pas sorti. Depuis dix ans, on évoluait avec des pivots de position. Pozzer est un pivot de glissement et cela demande une bonne entente avec la base arrière. Cela n’a pas bien fonctionné car la communication avec ses partenaires n’a jamais existé. » En fonction de ses moyens (7ème budget de D1 la saison dernière), Dunkerque a donc ouvert un vaste chantier. Pas question de se tromper sur un poste aussi stratégique. Depuis fin juillet, l’imposant Slovène Matic Suholeznik (2.02 pour 118 kg) et l’Espagnol Diego Pineiro Martin (1.92 pour 92 kg) ont débarqué dans leur nouvel environnement. « L’intégration s’est très bien passée, valide l’entraîneur dunkerquois. On est parti très tôt en stage à l’étranger (en Allemagne à Merzig) pour renforcer les liens et faire l’inventaire de ce qu’il fallait améliorer. On avance au fur et à mesure mais il y a encore du boulot. » Les deux pivots qui peuvent être utilisés des deux côtés du terrain, ont malgré leur jeune âge (23 ans) déjà acquis l’expérience de la Ligue des Champions.


Diego Pineiro (à gauche) aux côtés du capitaine dunkerquois Kornel Nagy

Avec Celje pour le Slovène et León pour Diego Pineiro. « C’est grâce à mon grand-père que j’ai fait du handball. C’est lui qui nous a amenés, mon frère et moi au club de Vigo qui à l’époque s’appelait Pilotes Posada. Puis à 16 ans, j’ai signé à León. C’est rapidement devenu ma 2ème maison. Je m’y sentais très bien. En 2016, j’en suis même devenu le capitaine et la saison passée, on a disputé la Ligue des Champions (éliminé en barrages de poule basse par Montpellier) mais il me fallait grandir. Et la meilleure solution était de rejoindre le championnat français qui a plus de potentiel que la Liga Asobal. La proposition de Dunkerque était une excellente opportunité.»  Appelé en octobre 2017 par Jordi Ribera pour disputer deux matches amicaux contre l’Allemagne, le Galicien attend patiemment son tour pour s’installer durablement en sélection nationale. « Cela dépend de mes performances. Notre équipe nationale a remporté l’Euro et le niveau est très élevé. Il faut que je travaille encore plus dur pour y retourner. Je compte sur Dunkerque pour me faire progresser. » Dans l'immédiat, la préparation de l’équipe nordiste suit son cours et les matches amicaux que Patrick Cazal a programmés sont autant de repères pour réaliser un bon début de saison.

Outre ses deux pivots, deux autres recrues d’importance sont venues renforcer l’effectif de l’USDK. Samir Bellahcène, 2ème meilleur gardien du championnat la saison dernière avec Massy aura la lourde tâche de faire oublier William Annotel  parti à Limoges (en Proligue) et sur la base arrière, la pépite cubaine Reinier Taboada devra répondre aux attentes de l’entraîneur nordiste. Bellahcène, Pineiro, Suholeznik 23 ans, Taboada 21 ans, plus que jamais Dunkerque s’appuie sur des jeunes plein d’avenir.

Matic Suholeznik, le roc de Celje

Patrick Cazal ne manque pas d’éloges lorsqu’il parle de son nouveau déménageur slovène. « Matic ? C’est une montagne, il a la taille et la puissance. C’est un pivot de position très compliqué à contourner. Il est très costaud dans ce qu’il fait. » Suholeznik est né en mai 1995 à Celjé, dans ce haut lieu du handball qui continue à produire des talents sur tous les postes.

Matic, comment es-tu arrivé au handball ?
Au début, j’ai fait de la natation, du basket et du foot mais un jour, devant ma télé, je suis tombé sur la finale de la Ligue des Champions remportée par Celje (en 2004) et je me suis dit que c’était le sport que je voulais pratiquer. En plus, j’étais déjà plus grand et plus fort que les jeunes de mon âge. Et de par ma morphologie, je suis naturellement devenu pivot.

Quitter la Slovénie représente beaucoup ?
Oui car mes racines, toute ma famille sont là-bas. Mais si tu veux évoluer, si tu veux progresser dans ce que tu fais, tu dois partir à l’étranger.

23 ans, n’est-ce pas trop tôt ?
Je n’allais pas attendre la fin de ma carrière pour partir. J’ai fait le tour de la question. Avec Celje, la saison dernière, on a gagné tout ce qu’on pouvait en fonction de nos moyens. On a fait de bonnes prestations en Ligue des Champions, on a quand même été battre Kiel en Allemagne et à titre individuel, la cerise sur le gâteau a été ma 1ère sélection en équipe nationale.

Ah bon, tu ne t’y attendais pas ?
Non et en plus, sur le championnat d’Europe en Croatie, j’ai eu du temps de jeu. Je sais que si j’ai été appelé, c’est parce que Matej Gaber était blessé. C’est un honneur de jouer pour mon pays et j’espère avoir d’autres sélections.

Comment as-tu débarqué à Dunkerque ?
Les contacts ont été pris très tôt et j’ai signé un contrat de deux saisons en début d’année.  Il fallait que je passe à un niveau supérieur. Les championnats allemand et français figuraient parmi mes objectifs. Avec Dunkerque, je pense avoir fait le bon choix. C’est un club qui a gardé une ambiance familiale comme à Celje, qui a des ambitions et qui fait confiance aux jeunes joueurs. 

As-tu pris des renseignements auprès d’autres joueurs slovènes ?
Oui bien-sûr. J’ai beaucoup discuté avec Borut Mackovsek qui a joué il y a 3 ans à Montpellier. Même s’il n’a pas connu la réussite espérée, il m’a dit de bonnes choses sur la Ligue française. Ce n’est pas évident de s’adapter à un nouveau pays, à une nouvelle langue. Le jeu est un peu différent par rapport à ce que j’ai connu mais c’est à moi de faire des efforts.

Il parait que tu as plein de projets…
Hors du handball ? C’est vrai. Je veux fonder une famille et dans quelques années, ouvrir mon propre restaurant près de la mer. Mais avant, le handball est ma seule préoccupation. J’ai envie de progresser, je suis vraiment déterminé à réussir à Dunkerque. Il nous faut être ambitieux. L’équipe a terminé 6ème la saison passée, on doit au minimum viser cette place.


                 Samir Bellahcene va devoir confirmer avec l'USDK son excellente dernière saison

                                            La préparation de Dunkerque

Tournoi de Merzig (Allemagne)
USDK – Saarlouis (D3 allemande)   20-9
USDK – Ludwigshafen (D1)            17-16
Bietigheim (D1) – USDK                 22-26

USDK – Cesson       24-25
Tremblay – USDK    29-30
USDK – Sélestat      30-23

mercredi 22 août à St Malo   Cesson – USDK
Challenge Caraty  (24 et 25 août) avec Toulouse, St Raphaël et Cesson  à Brest

jeudi 30 août à Hazebrouck   USDK – Chartres (Proligue)

1er match officiel :  1ère journée de championnat (5 septembre) contre Istres

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités