mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Le Tiby revendique son label "Ecole des Champions"
Le Tiby revendique son label "Ecole des Champions"
23 Octobre 2018 | International

En cette semaine internationale où France A dispute ses 1ers matches de qualification à l'Euro 2020 contre la Lituanie et la Roumanie, les équipes nationales jeunes sont mises à contribution. Les moins de 19 ans par exemple, participent à la 16ème édition du Tiby. Un tournoi très prisé notamment par les responsables des centres de formation et où des jeunes tricolores comme le Nantais Baptiste Damatrin ont pu et vont continuer à se révéler.

par Yves MICHEL


Cette semaine, le Tiby fête son 15ème anniversaire et ce tournoi qui a vu défiler bon nombre de jeunes talents comme Kentin Mahé, Valentin Porte, Nicolas Tournat, Vincent Gérard et chez les étrangers Uwe Gensheimer, Mikkel Hansen ou Eduardo Gurbindo est devenu au fil du temps, une référence en la matière. Au point d’être aussi au niveau des clubs de l’hexagone, un rendez-vous incontournable pour les responsables de la formation. Constamment à la recherche de la pépite qu’il devra ensuite façonner, Gregory Cojean veille sur l’incubateur du HBC Nantes et prend son rôle de prospecteur, très au sérieux. «Au Tiby, on a déjà en tête le nom de ceux qui pourraient venir nous rejoindre. Ce tournoi nous permet de les évaluer dans un contexte international. On peut aussi découvrir de jeunes joueurs étrangers. C’est très pratique lorsque le temps manque et qu’on ne peut pas se déplacer l’été, sur un Euro ou un Mondial. » C’est par exemple dans le Val d’Oise que l’an passé, le technicien nantais a été définitivement convaincu de recruter Baptiste Damatrin. « Je l’avais sur mes tablettes et j’ai fait le déplacement au Tiby pour spécialement le voir. Et il a complètement confirmé tout le bien qu’on pouvait penser de lui. Même s’il est encore dans une phase d’adaptation à un nouvel environnement, un nouveau club, une nouvelle vie. Mais déjà, ses performances sont prometteuses. » A Eaubonne, Greg Cojean pourra croiser Jérôme Diaz dont ce sera la 1ère participation en tant que responsable du centre de formation du Montpellier Handball. « Les autres années, c’est Patrice Canayer qui faisait le déplacement, s’empresse-t-il de préciser. J’y vais surtout pour me faire une idée du niveau de la catégorie. Chez nous, les jeunes de la réserve évoluent le plus souvent face à des adversaires bien plus âgés. On est là pour apprécier des individualités plus qu’une sélection. Un tournoi comme le Tiby est aussi intéressant pour découvrir des jeunes étrangers. C’est ce qui s’était passé en janvier 2017 au Mundialito organisé en France. C’est là qu’on a repéré les frères Mengon. Avec l’Italie, ils ont fini dans les meilleurs et on a tout fait pour qu’ils viennent à Montpellier. » Le centre de formation du MHB est en effet un des rares en France, à accueillir des handballeurs étrangers. « Ce n’est pas un critère en soi, poursuit Jérôme Diaz. L’idée principale est de trouver des potentiels… qu’ils soient italiens ou géorgiens puisque ce sont les deux nationalités qui avec les Français composent notre effectif. S’ils ont des qualités, on ne voit pas pourquoi on ne les formerait pas. » Nantes, Montpellier, Paris ou St Raphaël, suffirait-il aussi de sortir une carte de visite mentionnant l’appartenance à une des structures les plus renommées du pays pour séduire le talent convoité ? « Pas nécessairement, avance le Montpelliérain. Car pour ces jeunes, c’est ensuite difficile d’intégrer l’équipe 1ère dans ce type de club. Cela ne sert à rien de proposer des choses à des enfants qui n’auront jamais la possibilité d’évoluer à haut niveau. Et puis en France, il y a des centres de formation réputés un peu partout. Et au moment de la décision, les familles choisissent la proximité. » Au Tiby, le "Hall of Fame" s’enrichit chaque année de noms prestigieux et comme le vivier français est loin de se tarir et l’intérêt des autres nations s’estomper, la compétition organisée dans le Val d’Oise a encore de beaux jours devant elle.

                                     Le programme du Tiby 2018

Jeudi 25 octobre

18h00

Hongrie

Egypte

20h15

France

Italie

Vendredi 26 octobre

18h00

Italie

Egypte

20h15

France

Hongrie

Samedi 27 octobre

16h00

Hongrie

Italie

18h15

France

Egypte



            Baptiste Damatrin... de la graine de champion....

Formé à Créteil où il a grandi, des débuts au hand à 9 ans, Baptiste Damatrin est une des pépites de la génération 2000-2001. Recruté cette saison par Greg Cojean au HBC Nantes (voir plus haut), le Guadeloupéen d’origine est passé dans une autre dimension. « C’est avant tout un vrai challenge pour moi car mes habitudes ont changé. Je me suis éloigné de ma famille et j’ai rompu avec un certain confort. Dans les 1ers temps, j’ai eu du mal mais maintenant, ça va et je ne regrette rien.» Pourtant, cet été, en pleine préparation avec l’équipe de France des moins de 19 ans, une fracture à la main le prive de l’Euro en Croatie. «Ça m’a mis un gros coup derrière la tête. J’avais fait tout ce qu’il fallait pour être présent sur ce championnat et j’ai du accepter de ne pas y être. C’était frustrant de ne pas pouvoir les aider. J’ai du prendre le dessus avec la volonté de revenir encore plus fort. » Une fois la déception évacuée, l’ailier gauche était pressé de retrouver l’ambiance des Bleus et les visages familiers qu’il côtoie depuis son arrivée chez les Bleuets. «Même s’il y a quelques joueurs que je découvre puisque le groupe a un peu changé, c’est un réel plaisir de refaire partie de cette équipe.» Le Nantais marche désormais dans les pas de ceux qui ont franchi chaque étape de la filière et qui connaissent la réussite dans les clubs qu’ils ont traversés. Il a toutes les capacités pour emprunter une trajectoire toute tracée. « Bien-sûr que l’exemple de ces grands joueurs m’inspire et me fait rêver mais je sais que pour arriver à leur niveau, il y a beaucoup de travail. J’ai encore quelques sacrifices à faire mais je me dis que rien n’est impossible. Mais avec l’aide de mes proches, je garde vraiment les pieds sur terre.» Ailier vif et rapide, Baptiste Damartin ne rechigne pas à la tâche notamment en défense où il aime glisser sur plusieurs positions. En attaque, le couloir lui convient même s’il aspire à faire évoluer son jeu. « Je travaille beaucoup pour améliorer la finition, l’ultime geste face au gardien. Depuis tout petit, on m’a toujours dit qu’il fallait être polyvalent et c’est ce que j’essaie de faire. Comme Michaël Guigou, cela ne me déplait pas d’aller sur la base arrière et me retrouver demi-centre. A Nantes, je ne me cantonne pas qu’à un rôle d’ailier. » Les échéances à venir sont identifiées. Poursuivre la formation au HBC Nantes et avec l’équipe de France, continuer sur la même voie avec cet été, le Mondial U19 organisé en Macédoine. Baptiste Damartin a fait du handball sa raison d’être et sans être démesurées, ses ambitions sont légitimes. «Quand je vois Dylan Nahi qui a intégré assez jeune France A, ça fait carrément rêver. Surtout que je le connais très bien car on a partagé une année au Pôle. Mais je le répète, j’en suis encore loin. » En attendant, le Français portera fièrement le maillot des U19 et participera au Tiby, un tournoi qui l’an passé lui avait plutôt bien réussi.



Une sélection tricolore remaniée

Fidèle à sa volonté de renouvellement, Eric Quintin le patron des U19 français profite de la participation au Tiby pour tester de nouveaux éléments dans cette catégorie d’âge. « Il est important de donner une chance à d’autres joueurs. Chez les jeunes, rien n’est définitif. Il faut aussi tenir compte du fait que tous ces jeunes talents ne grandissent pas à la même vitesse, d’où la nécessité d’en revoir certains ou d’en découvrir d’autres. Mais aucune porte n’est fermée. Nous aurons trois autres stages pour évaluer et choisir (avant le Mondial en Macédoine, en août 2019). » Dans la sélection tricolore qui en août dernier a terminé 7ème à l’Euro, pas moins de neuf éléments manquent à l’appel. Parmi ceux qui disputeront le Tiby, il y a des retours de blessures comme Aymeric Zaepfel et Baptiste Damatrin et des nouvelles têtes comme l’ailier droit Aymeric Anzuini, le pivot Arthur Lenne (le petit frère de Yanis), l’arrière droit Alban Pontlevoy ou le demi-centre Quentin Pugliese.

NOM

PRENOM

CLUB

Poste

Age

ADEBIGNI

Yanis

Montpellier HB

ARG

18

ANZUINI

Aymeric

US Créteil HB

ALD

18

BOLZINGER

Charles

Montpellier HB

GRD

17

CHARTI

Josué

St Gratien/Sannois HB

ARG

17

DAMATRIN

Baptiste

HBC Nantes

ALG

18

GIRAUDEAU

Romain

Fenix Toulouse HB

ALD

18

GOUY

Valentin

Villeurbanne HB

GRD

17

LENNE

Arthur

Sélestat Alasace HB

PVT

17

MANDIAGU

Jotham

Cesson Rennes MHB

PVT

18

MONAR

Théo

HBC Nantes

PVT

17

PASCHAL

Drévy

St Raphaël Var HB

ALG

17

PONTLEVOY

Alban

Mainvilliers Chartres HB

ARD

16

PUGLIESE

Quentin

USAM Nîmes Gard HB

DC

17

SALOU

Mathieu

Cesson Rennes MHB

ARD

18

SPADY

Loïck

Paris St Germain HB

GRD

18

THELLIER

Thibault

Dunkerque HB GL

ARD

18

TODESCO

Baptiste

Chambéry Savoie MBHB

ALD

18

ZAEPFEL

Aymeric

Sélestat Alsace HB

ARG/DC

17

                                             Pour se rendre au Tiby...

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités