mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M : La gauche prend le pouvoir
EDF M : La gauche prend le pouvoir
28 Octobre 2018 | International > Euro

La France a gagné un match plus que bizarre en Roumanie ! Certes le 31 – 21 final est sévère mais juste pour les Bleus, mais honnêtement au bout d’un quart d’heure de jeu on se demandait comment les Français allaient s’en sortir ! Mihai Popescu était en plein show avec 9 arrêts et 2 buts encaissés en 15 minutes et on hésitait entre le cauchemar, la catastrophe ou plus prosaïquement le grand n’importe quoi offensif au niveau des Bleus. Mais la cohorte des gauchers allait remettre la France dans le bon sens avec en premier le duo Remili – Mem pour remettre les Tricolores devant au bout de 25 minutes. Le travail est fait, les 2 points pour les Bleus et on oubliera sans doute assez vite un match bizarre sur bien des points.

Bizarre parce qu’après avoir bien secoué les Français, les Roumains se sont mis à déjouer, entrer dans une apathie offensive qui leurs a fait connaître des passages de plusieurs minutes (jusqu’à 9) sans trouver de solutions offensives. Bizarre parce que le début de match des Tricolores a été totalement raté alors que l’on pensait que la démonstration d’Aix en Provence face à la Lituanie aurait pu mettre tout le groupe en confiance. Et dans le domaine du raté, les 15 premières minutes sont presque un exemple ! Pourtant défensivement les Bleus avaient plutôt bien débuté. C’est par l’attaque que le mal est venu. En se plantant 9 fois quasiment de suite sur Mihai Popescu qui par moment arrivait à prendre à deux mains les tirs en face à face, les Bleus vont perdre toute confiance en eux et vont mettre un bon moment à sortir la tête d’un seau bien profond. En cumulant les exclusions, ils se sont mis en plus en difficultés défensives alors que les Roumains ne proposaient pas grand-chose de sérieux. Et pour finir le tableau, la paire arbitrale slovène avait du mal à rester ne serait-ce que d’accord entre elle et cela sifflait un peu dans tous les sens et pas toujours de façon bien compréhensible pour tout le monde. Heureusement, la débâcle ne va pas durer éternellement et la cohorte des gauchers bleus va sonner la révolte, et de très belle façon. Alors que Kentin Mahé et Nicolas Claire compliquaient beaucoup trop les choses, Dika Mem va mettre de la fluidité, de la profondeur et avec Nedim Remili faire exploser le bloc central roumain pour qui cela allait trop vite et trop fort pour arriver à maîtriser ce duo. A la fin de la première période, en y ajoutant Valentin Porte et Melvyn Richardson très efficace et Adrien Di Panda percutant en montée de balle, 10 des 12 buts français avaient été marqués par les gauchers tricolores et la France menait de 3 buts.

La grande peur était passée, les Français avaient repris le fil de leur jeu et la Roumanie était retombée dans son à peu près offensif qui lui avait valu le 21-13 de jeudi dernier au Portugal. Le match était devenu facile certes, mais pas beaucoup plus clair pour autant. Entre les coups de chaud d’Emil Racotea capable de vous envoyer un parpaing en plein lucarne quasiment à l’arrêt de 10-11 mètres, mais aussi capable d’exploser le genou de son partenaire Valentin Ghoinea sur un engagement gagnant mais totalement non maitrisé. D’une paire d’arbitre qui ne va pas arriver à devenir claire et cohérente entre elle. On n’a toujours pas compris l’histoire des mauvais changements roumains… OK, il y a eu des mauvais changements alors que la Roumanie tentait de jouer à un de plus ou était en infériorité numérique. Mais le temps pris pour prendre la décision... le 7 mètres accordé aux Bleus sur l’un d’entre eux, tout cela n’a pas fluidifié le match et rendu le spectacle attirant. Mais la France passait outre, montait tous les ballons récupérés par la défense ou arrêtés par Vincent Gérard. Sur jeu placé on retrouvait de jolis mouvements de droite à gauche pour des décalages d‘école sur un Raphaël Caucheteux impeccable à la finition. Bref, les Français se baladaient et même si les dernières minutes partaient un peu dans tous les sens, le +10 signait au final une belle victoire pour une France très bien engagée dans ces qualifications.

Comme le Portugal qui a décroché les 2 points en Lituanie sur le fil (23-22), la France possède 4 points au classement, la Lituanie et la Roumanie sont déjà décrochées avec 0 point. Autant dire qu’une bonne performance au Portugal début avril validerait déjà quasiment le ticket pour l’Euro 2020. Il ne faudra surtout pas bisser le début de match de cet après-midi face à des Portugais beaucoup consistants.

Le diaporama du match par S. Pillaud - FFHB

Déclaration d'après-match (Avec le concours du service de presse de la FFHB)

Didier Dinart : Cette semaine, nous avons gagné largement nos deux rencontres. C’est bon pour le capital confiance. Nous avons connu ce soir un début de match très difficile. Nous avons manqué des « immanquables » en début de match et c’était forcément compliqué de mener au score mais nous avions des opportunités. Nous avions de jeunes joueurs sur le terrain mais ils sont tous titulaires en club. Ils n’ont pas paniqué et ont su faire preuve de sérénité. Notre stabilité en défense nous donne du crédit.

Ludovic Fabregas : Nous avons mal débuté avec 11 minutes d’attente avant d’ouvrir notre compteur. Il faut savoir s’adapter aux circonstances d’un match. Nous avons connu des difficultés offensives mais nous avons su rester solides défensivement. Nous sommes revenus en fin de première période et nous avons su gérer la 2e mi-temps. Il ne fallait pas laisser cette équipe espérer encore plus devant son public. Après sa défaite au Portugal, la Roumanie voulait bien faire à domicile.

Nedim Rémili : On savait à quoi s’attendre mais on n’est pas bien rentrés dans le match. Nous n’avons pas couru assez ; il fallait jouer avec plus de vitesse. Malgré cette mauvaise entame, nous sommes restés concentrés en défense, avec beaucoup d’attention. Notre prestation défensive a été très bonne ce soir. Nous avons fait le boulot pour nous imposer deux fois à un moment charnière de la saison.

Vincent Gérard : Nous avons pris ce match au sérieux. Mihai Popecsu a réalisé beaucoup d’arrêts en début de partie. Je crois que notre profondeur de banc nous a permis de prendre la mesure de la Roumanie. Il fallait réaliser un match complet pour les battre. C’était un début de match compliqué mais on ne s’est pas affolé car il y a des joueurs d’expérience. Être devant à la mi-temps nous a permis d’aborder la suite positivement. Je ne m’attendais pas à un tel accueil du public et des étudiants français très présents à Cluj.

A Cluj Napoca(ROU), Sala Polivalenta
Le dimanche 28 octobre à 17h00
Poule 6 des qualifications pour l'Euro 2020
Roumanie - France : 21 - 31 (Mi-temps : 9-12)

5 000 spectateurs
Arbitres : MM Bojan Lah et David Sok (Slovénie)
Délégué : M Jovan Popadic (Serbie)

Evolution du score : 2-0 5°, 5-1 10°, 6-3 15°, 8-6 20°, 9-10 25°, 9-12 MT - 10-15 35°, 12-18 40°, 16-24 45°, 16-27 50°, 19-29 55°, 21-31 FT.

Statistiques du match

France
Gardiens : Dumoulin 23', 2 arrêts, Gérard 37', 10 arrêts
Joueurs de champ : Rémili 6 buts, Richardson 4, Mem 3, Mahé 2 dt 1 pen., Grébille 3, N’Guessan 1, Sorhaindo, L. Karabatic, Fabregas 2, Claire 1, Dipanda 1, Porte 1, Tournat 1, Caucheteux 6
Exclusions temporaires : Remili 3e, L.Karabatic 27e, Fabregas 38e, Dipanda 19e, Porte 6e et 57e, Tournat 4e

Roumanie
Gardiens : Popescu 40', 11 arrêts, Stanescu 20', 3 arrêts.
Joueurs de champ : Ramba, Rosu, Grigoras, Ghionea 3, Racotea 4, Szasz 2, Bujor 3, Csepreghi 2 dt 1 pen., Fenici, Cabut 1, Fotache 1, Onyejekwe, Humet-Gaminde 5, Militaru
Exclusions temporaires : Ramba 49e, Ghiona 10e, 33e, Popecu 40e, Racotea 9e, Szasz 46e, Fotache 59e, Onyejekwe 41e

© François Dasriaux
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités