mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC M: Le Paris Saint Germain est revenu de l'enfer
LDC M: Le Paris Saint Germain est revenu de l'enfer
10 Novembre 2018 | Europe > Champion's League
Le Paris St Germain a eu chaud mais s'est finalement imposé sur le fil (29-28) dans sa salle, face à une vaillante équipe de Flensburg. Les champions d'Allemagne maîtres du score quasiment pendant tout le match, ont craqué dans le money time face à un Titi Omeyer totalement retrouvé. Les Parisiens restent les seuls à avoir réalisé un sans faute depuis le début de la saison en Ligue des Champions. 

par Yves MICHEL à Coubertin 

Ce succès même s’il s’est construit dans la souffrance, n’en est que plus retentissant. L’histoire retiendra qu’à un quart d’heure de la fin, les Parisiens avaient quatre buts à remonter et comme jusque-là, ils n’avaient pas été à leur avantage, autant en défense qu’en attaque, on ne voyait pas comment ils pourraient s’en sortir. Flensburg dont le parcours en Ligue des Champions depuis septembre est plus irrégulier que celui en Bundesliga (avec 12 victoires d’affilée et une 1ère place pour l’instant incontestée), était venu en France sans pression avec un effectif réduit à 11 joueurs de champ, Gottfridsson, Rod, Karlsson et Steinheuser, plus ou moins blessés étant restés à la maison. Côté parisien, on s'y est désormais habitué, Nikola Karabatic en convalescence a suivi la rencontre en arrière-plan depuis le salon VIP.

Les joueurs de Maik Machulla ont tout d’abord profité de la réussite de leur gardien, le Norvégien Bergerud. Ils sont aussi tombés sur une défense parisienne un peu trop laxiste, en manque d’agressivité et souvent prise de vitesse. Une pénurie de ballons de contre attaque va perturber le rendement du PSG. Heureusement que dans des moments où ils auraient pu tuer le match, les joueurs de Flensburg vont pécher dans la finition. Pourtant, à la pause, ils rentraient au vestiaire avec trois longueurs d’avance (12-15). Jusque-là bien discret, Sander Sagosen va se mettre en évidence dès la reprise sans pour autant que l’écart se réduise conséquemment. Paris n’avait toujours pas résolu le problème Jeppsson, véritable poison sur les tirs longue portée. Comme si cela ne suffisait pas au malheur parisien, Suite à une récupération du ballon, Rodrigo Corralès se blessait tout seul et devait quitter le terrain. "Titi" Omeyer qui avait assuré les 20 premières minutes mais qui en difficulté avait été remplacé par son partenaire espagnol, devait reprendre du service. « Le plus important, analyse le portier tricolore, c’est qu’on n’a rien lâché. En 1ère mi-temps, c’était frustrant de ne pas pouvoir exploiter la montée de balle, ce qui est en principe un de nos points forts. Quand arrive la pause, personne, moi le 1er, n’était satisfait du jeu produit. Il fallait réagir, on a mis du temps à le faire mais on y a toujours cru, on a trouvé des ressources dans le jeu à 7 contre 6. Je crois que cela les a déstabilisés. » C’est en effet un des faits marquants de cette rencontre. Quand la situation était des plus critiques, Raul Gonzalez a tenté un coup de poker en optant pour le surnombre en attaque. Et cela a payé. Mikkel Hansen a (enfin) apporté sa contribution et Toft Hansen, face à ses anciens coéquipiers a obtenu l’égalisation. Coubertin harangué par les Ultras du PSG, s’est enflammé et Flensburg s’est mis à déjouer, un pénalty d’Uwe Gensheimer (notre photo de tête) pour la 1ère fois du match, permettant au PSG de passer en tête (26-25). Les sept dernières minutes allaient être aussi intenses que stressantes. Les Allemands dont l’avance avait fondu en si peu de temps, n’avaient plus la même fraîcheur, ils parvenaient à rester à flots et temporisaient pour au moins repartir avec a minima le partage des points. Simon Jeppsson qui avait excellé en cette fin d’après-midi va être l’acteur malheureux du dénouement. Il va tout d’abord buter sur Thierry Omeyer et après que l’inévitable Gensheimer parfaitement décalé sur le côté gauche ait mis les siens à l’abri (29-28), le géant suédois (2.03) ne va rien pouvoir faire sur un ultime coup franc face au mur parisien. « C’est le résultat final qu’il faut retenir, insiste le gardien du PSG. Cela n’a pas été exceptionnel mais parfois, il faut se contenter de peu pour se satisfaire. En ayant cédé sur la fin, Flensburg a peut-être pris un petit coup au moral. Surtout après avoir mené autant de temps. Mercredi, pour le match retour, le contexte sera différent dans une des salles les plus chaudes d’Europe. Notamment pour l’adversaire. Ils vont aussi pouvoir sans doute retrouver quelques joueurs. A nous de bien récupérer. » Ce succès aussi étriqué et pénible à obtenir qui soit, permet au PSG d’aligner son 33ème match de Ligue des Champions, invaincu à domicile. Paris est aussi la seule formation à avoir réalisé un sans faute depuis septembre.


                   Rodrigo Corralès blessé, quitte ses partenaires à un moment délicat du match

Trois questions à Bruno Martini, manager général du PSG handball

Est-ce tout aussi valorisant de gagner à la dernière minute ?
Il peut y avoir deux interprétations. Soit on se dit que c’est une belle réaction, qu’on n’a rien lâché après avoir été mené 99% du temps et que les joueurs sont allés au plus profond pour ramener quelque chose. Soit, on a été trop naïfs, pas assez percutants et qu’on aurait du prendre les commandes bien plus tôt. Si cela arrive une fois, ce n’est pas très grave, on verra ce qu’il adviendra avec la répétition des matches en novembre.

Le PSG seule équipe à avoir réalisé un sans faute. Comment l’interpréter ?
Cela souligne tout d’abord, la qualité de l’équipe. Ensuite, on a joué les grosses cylindrées du groupe (Szeged, Flensburg, Nantes) à domicile. Enfin, les joueurs ont envie de tenir un certain rang. On sait très bien que parce qu’on est le PSG, dès qu’on perdra, et cela peut très bien arriver à Flensburg ou à Dunkerque (lors des deux prochains matches), on sera encore plus regardé que les autres.

On sent un soupçon de colère, sinon de frustration dans le propos.
Evidemment. Parce que je trouve que la régularité de cette équipe depuis quatre ans, n’est pas suffisamment mise en valeur. La saison dernière, on a totalisé 14 victoires sur 18 matches de Ligue des Champions. C’est vrai, on n’a pas remporté le trophée mais la permanence au très haut niveau est quelque chose d’important et cela construit l’histoire d’un club.

Le diaporama du match PSG - Flensburg par Lorie Couvillers


A Paris, Stade Pierre de Coubertin, samedi 10 novembre 2018 à 17h30
phase de groupe B - LDC 

Paris St Germain HB - SG Flensburg-Handewitt        29 - 28   (MT: 12-15)

Arbitres: Radojko Brkic  & Andrei Jusufhodzic  (Autriche) 
Spectateurs: 2200

Paris Saint-Germain HB: Corrales (3 arrêts), Omeyer (5 arrêts) – Gensheimer (8 dont 5 pen.), Sagosen (4), Kounkoud (3), Remili (6), Abalo (1), L. Karabatic (2), Toft Hansen (1), Hansen (3), Morros, Ekdahl du Rietz (1)

SG Flensburg-Handewitt: Buric (5 arrêts), Bergerud (7 arrêts dont 1 pén.) – Golla, Hald (3), Glandorf (3), Svan (1), Wanne (1 pen.), Jeppsson (9), Jøndal (3), Zachariassen (1), Johannessen (5), Lauge (2), Baijens

Evolution du score: 0-1 (1) 1-3 (4) 3-6 (9) 6-6 (14) 7-8 (16) 8-11 (19) 10-11 (22) 11-14 (27) 12-15 (MT) 13-15 (31) 14-16 (33) 14-18 (34) 17-21 (39) 20-21 (42) 20-24 (44) 22-24 (47) 24-25 (49) 26-25 (53) 27-27 (57) 28-28 (59) 29-28 (Fin)

Dernière Journée | Journée 7
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
ZaporoshyeNantes 11/11 
ZagrebCelje242210/11 
SkjernSzeged 11/11 
ParisFlensburg292810/11
Prochaine Journée | Journée 8
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
NantesZaporoshye 18/11 
CeljeZagreb 18/11 
SzegedSkjern 18/11 
FlensburgParis 14/11 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris1477002231887 
2Szeged106510180167-1 
3Flensburg67340196190-13
4Nantes663301891732-3
5Skjern56231168177-2 
-Zagreb572411771961 
7Celje47250176203-1 
8Zaporoshye26150180195-1 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités