mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Les gilets jaunes perturbent Montpellier
LSL: Les gilets jaunes perturbent Montpellier
17 Novembre 2018 | France > LSL

Montpellier n'a pas perdu mais a lâché un nouveau point sur ses rivaux immédiats en concédant le nul à Tremblay (24-24) lors d'un des deux matches en retard de la 9ème journée de l'élite masculine. Le PSG a passé l'examen sans grandes difficultés, en s'imposant à Dunkerque (27-23).

par Yves MICHEL


Ce samedi, les gilets jaunes étaient un peu partout. Sur les routes de France, à l'intérieur des agglomérations et sur la plupart des ronds-points. A Tremblay, c'est au palais des sports de la ville qu'on pouvait en trouver. Non pas pour perturber la circulation des véhicules mais pour causer quelques soucis à Montpellier. Les joueurs du TFHB arborant à domicile des maillots de la même couleur ont affronté sans complexe le champion d'Europe en titre qui trois jours plus tôt, avait redoré son blason en s'imposant face aux coriaces Allemands de Rhein Neckar Löwen. Une dynamique semblait s'être créée dans les rangs héraultais et le combat avec les Tremblaysiens apparaissait déséquilibré.

Sauf que les hommes de Benjamin Braux n'avaient rien à perdre dans un face à face qui à domicile depuis qu'ils ont intégré l'élite en 2005, ne leur avait jamais souri (12 défaites en 12 saisons en D1). Conscient du bon coup à jouer, ils vont s'accrocher durant toute la rencontre, recollant chaque fois qu'ils étaient distancés (5-8 à la 19ème, 15-17 à la 39ème, 18-20 à la 45ème, 20-22 à la 51ème, 20-24 à la 58ème), bref, le boomerang va constamment revenir dans les têtes héraultaises et Tremblay va préserver le partage des points jusqu'au buzzer final (24-24). « On a eu une grosse semaine et ce n’est pas si fréquent pour bien préparer ce match, se satisfaisait Patrice Annonay, le capitaine et portier de Tremblay. C’est une belle performance défensive car ne prendre que 24 buts face à une équipe qui joue dans le rythme de la Ligue des Champions, c’est encourageant. On ne s’est jamais affolé quand on était derrière et on a su gagner les ballons pour arracher un nul. » Et c’est vrai que Montpellier qui menait de deux longueurs à moins de deux minutes de la fin, a cafouillé ces derniers instants. Une balle mal exploitée par Jonas Truchanovicius, un temps mort posé dans la confusion sur la dernière possession, Michaël Guigou qui perd son ultime duel avec Annonay, le MHB peut s’en vouloir de n’avoir pas donné une image plus sereine. Si côté tremblaysien, Pedro Portela, Pierre Marche, Erwan Siakam et Felipe Borges ont été les plus en vue, à Montpellier, Melvyn Richardson avec 10 buts sur 12 tentatives et Valentin Porte (5/7), n’ont pas grand-chose à se reprocher.

C’est dans le rendement collectif avec pas moins de 12 ballons perdus (autant d’ailleurs que Tremblay) que les carences du MHB ont été les plus nettes. « On a dominé un match sans réussir à se mettre à l’abri, regrette Patrice Canayer, on a manqué d’énergie dans les 10 dernières minutes parce que nous jouons tous les trois jours en ce moment et qu’il y a un peu de fatigue. » Sauf que pour ce déplacement, l’entraîneur héraultais avait procédé à quelques changements et un peu plus sollicité des éléments qui d’habitude n’ont pas un énorme temps de jeu. Comme le pivot Benjamin Afgour qui n’a pas su peser sur la défense adverse. Déficience également des gardiens (5 arrêts à eux deux) et des arrières gauches qui ont manqué de percussion. « Même Kyllian Villeminot qui ces derniers temps était décisif, n’a pas été à son avantage, fait remarquer Christophe Mazel, un de nos techniciens-experts. Je l’ai souvent trouvé hésitant dans ses choix. A l’inverse, Tremblay qui était dans la position de l’outsider, s’est montré entreprenant et même audacieux. Annonay par exemple, ne fait pas beaucoup d’arrêts (7/29) mais ceux qu’il réalise, sont efficaces. » On avait quitté les Héraultais sur une excellente impression mercredi soir après leur démonstration face à Rhein Neckar Löwen. Ce n’est pas la même équipe ou du moins celle animée par les mêmes intentions qui s’est présentée en Seine Saint Denis. « Ce qui leur a manqué et c’est inhabituel chez eux, poursuit l’ancien coach de Créteil, c’est ce soupçon de génie pour se sortir de situations difficiles. Il y a eu quelques éclairs mais il a manqué une ou deux actions lumineuses pour bien faire comprendre à l’adversaire que le champion d’Europe était sur le terrain.» La solidarité et la détermination ont bénéficié à Tremblay. Montpellier n’a pas perdu mais se serait bien passé d’une telle péripétie. Surtout par rapport au duel à distance qui sur le sol national, l’oppose à Nantes qui l’a déjà battu mais aussi à Chambéry, Paris et Nîmes. Trois adversaires que le MHB aura l’occasion de rencontrer d’ici la trêve.

Le diaporama du match Tremblay - Montpellier par Stéphane Lebègue


Le PSG ne perd pas le nord

Si le résultat entre Tremblay et Montpellier s'est avéré indécis jusqu'au bout, le suspense n'a jamais existé entre Dunkerque et Paris. Le scénario a vite tourné à l'avantage des Parisiens qui ont mené après 27 secondes et qui n'ont jamais cédé les commandes (23-27). Les Nordistes ont parfois tenté l'impossible, ont même cru pouvoir revenir à hauteur en début de seconde période (12-14 à la 36ème) avant de se rendre à l'évidence qu'il leur manquait quelques atouts pour pouvoir rivaliser avec une équipe pourtant privée de Nikola Karabatic et de Rodrigo Corralès. A ce sujet, depuis le match retour à Flensburg, c'est Thierry Omeyer qui assure seul le SAV dans les cages et comme en Allemagne mercredi, "Titi" a rempli son contrat. Il s'est d'ailleurs mis au diapason de son vis-à-vis dunkerquois Oleg Grams (10 arrêts pour chacun avec un bien meilleur pourcentage pour le Russe). Copieusement dominé en 8èmes de finale de la coupe de la Ligue il y a un mois par le PSG, Dunkerque a fait meilleure impression même s'il y a encore du chemin à parcourir pour intégrer le top 5 de l'élite française. Dans cette rencontre, ce sont encore les gauchers qui se sont les mieux exprimés avec un scintillant Florian Billant sur l'aile droite nordiste (7/8) et un non moins efficace Nedim Remili au PSG (5/8) même si Henrik Toft Hansen au relais d'un Luka Karabatic présent sur le banc mais non utilisé, a été lui aussi, percutant (6/6).  

Le diaporama du match Dunkerque - PSG par Lorie Couvillers


A l'issue de cette 9ème journée dont le prélude mercredi et jeudi n'avait pas réservé beaucoup de surprises (exceptés le difficile succès de Chambéry l'actuel leader face à Ivry un des mal classés et le nul entre Toulouse le dernier et St Raphaël), le classement prend forme. Avec trois étages. Le Top 5 en 4 points sachant que Montpellier et Paris comptent un match en retard, un wagon intermédiaire également en 4 points et la zone critique avec quatre formations (comptabilisant chacune 2 unités) qui vont s'employer d'ici la fin de la phase aller, le 19 décembre à se donner de l'air, sous peine de cauchemars pendant les fêtes.

Journée 9
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
IstresNîmes232714/11>>
CessonPontault-Combault221714/11>>
ChambéryIvry242314/11>>
ToulouseSt Raphael292914/11>>
Aix en ProvenceNantes252915/11>>
TremblayMontpellier242417/11>>
DunkerqueParis232717/11>>
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Chambéry1798012652342 
2Nantes1698102692391 
3Paris1587012612074 
-Nîmes1597112652423 
5Montpellier1386112222010 
6St Raphael1094322732510 
7Dunkerque99441219212-1 
8Tremblay893422582650 
9Cesson793512182331 
10Aix en Provence69360245239-2 
11Ivry29180211250-77
-Pontault-Combau.29180214279-1 
13Istres29072223267-3-7
-Toulouse290722602840 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LBE en Live
avec Handvision