mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Désormais seul Nantes peut troubler Paris
LSL: Désormais seul Nantes peut troubler Paris
10 Décembre 2018 | France > LSL
Pour régularisation d’un match de la 7ème journée qui n’avait pu avoir lieu en même temps que les autres, le Paris St Germain a poursuivi sa route sans écueils en allant s’imposer à Montpellier (24-32). Les Parisiens ont véritablement marqué les esprits et surtout replongé les Héraultais dans le doute. Désormais, seul Nantes peut contester l’hégémonie parisienne à l’issue de la phase aller et peut-être au-delà car Montpellier semble hors du coup. 

par Yves MICHEL

Paris est déjà dans le jour d’après. Braqué sur le prochain adversaire. Le seul qui au terme de cette phase aller reste à éliminer. Le seul qui désormais peut mettre quelques grains de sable dans un engrenage tellement bien huilé. Car avant Nantes, dauphin à une longueur et malgré un point concédé en terre nîmoise, le PSG a en championnat, tout broyé sur son passage. Il y avait encore Montpellier qui pouvait s’interposer mais ce dimanche, les Héraultais ont explosé en plein vol, meurtris, déconfits de quitter une Arena médusée après avoir subi une telle leçon (24-32). Après seulement 14 minutes, les cartes étaient battues et les atouts ne sortaient que d’une seule main. Et pourtant, dans les cages parisiennes, Rodrigo Corrales était loin de s’être montré à son avantage. En total échec, il rejoindra le banc au profit de Thierry Omeyer. Le quadragénaire qui pour la 1ère partie de sa tournée d’adieux n’a jamais été aussi bien inspiré, va très rapidement se mettre en évidence. Trois arrêts pour "Titi", 3ème perte de balle des Héraultais, 3ème but consécutif pour un Nedim Remili resplendissant, il n’en fallait pas plus pour éteindre la ferveur d’un public en principe tout acquis à la cause des locataires des lieux (9-14 à la 18ème). Le 14ème but encaissé par Vincent Gérard était celui de trop, le portier tricolore laissait à son tour sa place à son binôme Nikola Portner qui à titre individuel, aura par la suite, un peu plus de réussite. Pas suffisant pour que Montpellier parvienne à réduire l’écart (13-20 à la pause). « Ce qu’on produit en 1ère mi-temps est honteux, reconnait Valentin Porte. Quand on est catastrophique comme nous l’avons été, Paris s’amuse en marchant et montre le vrai handball. Après nos succès devant Chambéry et Saint-Raphaël, on croyait être en ordre de marche. Seulement, on a beaucoup de gueule et on n’applique pas ce qu’on se dit dans le vestiaire. » Le huis clos de la mi-temps pouvait servir à cela. Trouver les ingrédients pour se remettre les idées en place, sinon puiser au plus profond pour retrouver un semblant d’orgueil. Paris avait livré une véritable démonstration digne du tableau noir. Multiplicité des solutions en attaque, jeu sans ballon, du mouvement, de la solidité défensive, rien n’avait manqué. Les hommes de Canayer ne pouvaient qu’améliorer leur brouillon. Ils partaient de tellement bas...



C’est Nikola Portner qui va tenter de battre le rappel. De donner à cette équipe en souffrance, ce supplément d’âme qui lui faisait défaut. Il y avait plus de fluidité dans la passe, plus d’agressivité en défense. Mais toujours cette débauche d’énergie à consentir pour tenter de combler ce fossé creusé en 1ère période. Les Héraultais montraient un peu plus de volonté mais cela ne suffisait pas (21-16 à la 47è). Une lueur d’espoir va poindre à ce moment-là mais l’embellie sera de courte durée. "Titi" était encore à l’affût et surtout Montpellier venait de perdre son 8ème ballon (2 fois plus que son vis-à-vis). Même en supériorité numérique, les bonnes solutions avaient du mal à être trouvées. Paris va faire le nécessaire afin que le gain de la rencontre ne lui échappe pas. Un gain sous forme de vraie correction (24-32). « On a fait preuve d’un état d’esprit exemplaire, de beaucoup de discipline, on a réalisé un super match, se réjouit Nedim Remili (meilleur réalisateur de la soirée avec 9 buts). On est fier de ce qu’on a fait. » Avant le coup d’envoi, le PSG aurait pu apposer sur la porte de son vestiaire, la mention « Circulez, il n’y a rien à voir » et nous rajouterons... 
« au risque de vous brûler. » Sans forfanterie car c’est exactement ce qui s’est passé. Pour Montpellier, le coup d’arrêt est brutal. Pas encore fatal mais inquiétant. Il est d'ailleurs dommage et... mystérieux qu'en l'absence de Diego Simonet, blessé, Michael Guigou, artisan majeur de l'éclatant succès en Ligue des Champions il y a un mois face à Rhein Neckar Löwen, n'ait pas été plus souvent utilisé, condamné à suivre le match depuis le banc.

Pour Paris, désormais, la mission consiste à éviter le coup de… "H". Les hommes de Raul Gonzalez devront passer à trois reprises au révélateur de ceux de Thierry Anti. En quarts de finale de la Coupe de la Ligue dès ce jeudi à Coubertin, en championnat pour l’ultime levée de la phase aller une semaine plus tard mais cette fois en Loire-Atlantique et à la reprise, en février, en Ligue des Champions, (phase de groupe) encore à Nantes. Ce qui fait dire à Thierry Omeyer (encore à son avantage ce dimanche avec 14 arrêts) « On est 1ers, c’est bien, mais il y a encore un gros match qui nous attend. Le championnat est encore long, il peut se passer plein de choses sur la phase retour comme on l’a déjà vu. » 



Après cette mise à jour du championnat avec 12 matches disputés par chacune des 14 formations, nous avons demandé à Christophe Mazel, un de nos experts de nous livrer sa réflexion sur ce qui pourrait être un fait majeur de la phase aller et surtout sa vision sur la suite. 

Christophe, que retenir de ce duel entre Montpellier et Paris ? 
Les Montpelliérains n’étaient pas de taille à lutter. Lorsqu’ils reviennent à trois buts (23-26 à la 48e), c’était un leurre. C’est assez inquiétant. Après leurs contre-performances en Ligue des Champions, on pensait qu’ils allaient se bagarrer en championnat. Mais quand tu prends 20 buts en une mi-temps, même face à Paris… ça laisse des traces. Je les ai rarement vus en si grande difficulté. 

A ce point ? 
Oui. Peut-être que cette équipe aura la capacité à rebondir au coup par coup, sur les coupes mais sur la durée, on peut penser qu’ils vont vivre une saison galère. Je vais même aller plus loin. Ça va que St Raphaël soit désormais assez loin. Le match déterminant de la période, ce n’était finalement pas ce dimanche mais celui de la semaine prochaine, contre Nîmes. Chambéry est toujours aux aguets, Montpellier peut même se faire éjecter du podium. 

Paris de son côté parait intouchable…
Oui, ils ont cette capacité à maîtriser leur sujet. Sincèrement, on n’oublierait presque que ça joue sans Nikola Karabatic. Aujourd’hui, ce n’est plus une équipe qui aligne des individualités mais plutôt un vrai collectif qui tourne bien. 

Seul Nantes est en mesure de s’interposer ? 
Le PSG me parait plus solide mais comme il y a encore du suspens, c’est vrai, les Nantais sont les seuls à pouvoir être les trouble-fête. Ils vont, à mon sens, bénéficier de la position d’outsiders. Comme lors du Final Four de la Ligue des Champions, mais ce n’était pas le même contexte. Nantes a réussi par exemple à Nîmes, ce que Paris n’a pas pu faire. Les Nîmois sont quand même bien installés dans le Top 5. Cela montre le niveau de Nantes.

Le classement mis à jour
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris231211013782978 
2Nantes221211103593154 
3Montpellier191292133931037
4Chambéry1912921337311-2-2
5Nîmes1912921349328-1-5
6St Raphael1212552351328-2 
7Tremblay11124533363470 
8Aix en Provence10125703313182 
9Dunkerque912471289295-4 
10Cesson712381287324-3 
11Toulouse6122823433622 
12Ivry5122912933270 
13Pontault-Combau.41221002883591 
14Istres2120102291350-6 

Le championnat va donc s'interrompre une semaine, le temps de laisser passer les quarts de finale de la coupe de la Ligue avec quatre affiches très attrayantes, d'apparence déséquilibrée pour au moins une (Montpellier-Toulouse) mais où sur un match couperet, chacun a sa chance. Pontault-Combault peut comme au tour précédent face à Tremblay, bénéficier face à Ivry de l'avantage du terrain. En tous les cas, les deux formations qui occupent les profondeurs du classement de l'élite, partent à armes égales. Bien malin qui pourra déterminer le favori entre St Raphaël et Chambéry. Les Varois que l'on pensait sur une belle dynamique, viennent d'enregistrer deux coups d'arrêt (face à Nantes et Montpellier), même scénario pour les Savoyards (en souffrance contre Montpellier et Paris). Le Final Four de l'épreuve aura lieu les 16 et 17 mars 2019 au Mans, pays des rillettes et c'est donc nouveau, du handball.

Quarts de finale de la Coupe de la Ligue
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseDateHoraire
St RaphaelChambéry 12/1220h00 
MontpellierToulouse 12/1220h30
Pontault-CombaultIvry 12/1220h30 
ParisNantes 13/1220h45 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LBE en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision