mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Thierry Anti revendique la provocation... pertinente
LSL: Thierry Anti revendique la provocation... pertinente
20 Décembre 2018 | France > LNH
Depuis mai et la fameuse demi-finale de la Ligue des Champions, c'est la 5ème fois en sept mois que Nantes et Paris se retrouvent face à face. Thierry Anti n'a pas eu besoin de grands discours pour motiver ses joueurs. D'autant que le match se déroule à domicile dans une halle archi pleine. 

par Yves MICHEL


Certains diront que la spontanéité agrémente le personnage, d’autres que chez lui, tout est calculé. Quoi qu’il en soit, Thierry Anti ne laisse pas indifférent. Il est avec Patrice Canayer, un des derniers entraîneurs à l’ancienne qui ne se complait que dans la somme de challenges à relever. Comme celui qui s’est présenté il y a sept mois à Cologne en Ligue des Champions. L’amertume de la finale perdue face à Montpellier est encore présente mais le technicien est reparti au combat. Le combat comme celui qui est attendu ce jeudi pour l’ultime rendez-vous de l’année civile, à la halle XXL de Nantes face au Paris Saint Germain. En jeu, la 1ère place de l’élite masculine. 

Ce nouveau Nantes-PSG peut-il être un tournant ? 
En tout cas, c’est un match important. Pas capital car personne ne joue la saison là-dessus. Nous réalisons la meilleure entame de championnat qu’on n’ait jamais faite mais nous ne sommes que 2èmes. En ayant en plus perdu une fois à domicile. Et là, on termine la phase aller en recevant ce qui se fait de mieux. Ce n’est donc pas négligeable. 

Pour toi, Parisien de naissance, c’est toujours un rendez-vous particulier…
Je suis un Parisien de naissance mais aussi de cœur. Oui, c’est toujours particulier car aujourd’hui, Paris c’est surtout une très belle équipe et si on veut la battre, tu ne peux pas te contenter de jouer très bien pendant 50 minutes. En coupe de la Ligue, on a raté nos fins de mi-temps et cela nous a été fatal. 

As tu le sentiment d’être passé à côté de ce match ?
Oui. On a peut-être fait l’écart trop tôt, mais ça, on ne peut pas le programmer à l'avance. Ensuite, on a perdu des ballons, on a manqué de lucidité. On a mal géré un capital de 7 buts et cela nous a perturbés. On a résisté mais on prend un 6-0 à la fin sur 5 tirs ratés. Ce manque de maîtrise est notre grosse lacune. 

En début de saison, tu as annoncé que Nantes devait viser le titre. N’y avait-il pas là un peu de provoc' ? 
Bien-sûr que si ! Mais si j’ai dit ça, ce n’est pas par hasard. C’était aussi pour évacuer la déception de Cologne et surtout, pour ne pas entamer une saison où on ne penserait qu’à la Ligue des Champions. C’est toujours mieux de mettre le curseur sur le championnat. Même si je sus conscient que le PSG est beaucoup mieux armé que nous pour être champion. Mais on veut les pousser jusqu’à l’extrême pour y croire jusqu’au bout. 

La provocation est indissociable de ton image...
Je pense que la provocation pertinente fait partie du coaching. Après, que cela accompagne mon personnage, cela ne me gène pas. Je l’assume totalement. Je peux être provocateur avec la Fédé ou la Ligue pour qu’elle bouge, avec les arbitres pour qu’on se comprenne mieux, avec un joueur…

Tu es arrivé à Nantes en 2009. Ton contrat court jusqu'en 2020...
Si la question est de savoir si je vais prolonger, je pense que la réponse est du ressort du club. Ce qui est sûr, c’est que je vais continuer à entraîner. Je me sens en pleine forme. 

Entraîner oui… mais en gardant un niveau équivalent, non ? 
Pas nécessairement. Quand tu es entraîneur, tu peux avoir des projets au top niveau mais aussi à un échelon inférieur dès l’instant où il y a une volonté de réussir. Je ne suis fermé à aucun projet. 

Irais-tu t’occuper par exemple, d’une équipe qui monte de Proligue ? 
Je serais capable d’aller entraîner un club qui n’est même pas en Proligue ! Mais pour l’amener au niveau supérieur puis en coupe d’Europe et peut-être à Cologne ! Rien ne me fait peur dès l’instant où l’ambition existe. 



Pour revenir sur le début de saison, en quoi l’absence de Gurbindo a-t-elle été handicapante ? 
Il n’y a pas eu que lui. Il y a eu Nyokas, ensuite Lagarde puis Tournat. Je n’en ai jamais parlé mais on a été bien gêné tout en continuant à être performants. Concernant Gurbindo, oui, c’est un joueur important dans notre jeu et comme il est revenu, je pense qu’on va être plus forts. On a réussi à tenir dans les moments difficiles. Ce n'était pas évident après la saison qu’on a vécue l’an passé. On le voit aussi avec Montpellier. 

Votre point commun avec Montpellier, c’est que vous n'avez pratiquement pas modifié votre groupe. Est-ce un bon choix ? 
La réponse est non. Mais si on est resté à l’identique, c’est parce que tout le monde était sous contrat. C’était pareil à Montpellier. Sinon je pense que Duarte (l’arrière portugais) y serait déjà. Mais je suis convaincu que même quand une équipe est en réussite, il est intéressant d’injecter des éléments qui ont une nouvelle approche par rapport au club. 

Cela va être un regret de voir partir Nicolas Tournat (à Kielce) ? 
Pour moi, oui bien-sûr comme ça le sera également lorsque Romain Lagarde nous quittera (en 2020 pour Rhein Neckar Löwen)…

C’est la fin d’un cycle ? 
Ce qui est sûr, c’est qu’il faut repenser un petit peu l’effectif. On a déjà fait signer Cavalcanti (arrière de Benfica) et il y en aura d’autres. Nantes est constamment à la recherche de l’excellence. 

Comme Paris, votre adversaire du jour…
Ouais mais je le répète, il y a quand même la qualité des joueurs… C’est supérieur à Nantes. 

Un Rivera vaut un Gensheimer, non ? 
Oui. Et si Valero n’était pas là, Gensheimer est l’ailier gauche que j’aurais aimé avoir. Je ne comprends pas pourquoi mais je trouve qu’il n’est pas à sa plénitude à Paris. 

Y’a-t-il beaucoup de joueurs que tu n’as pas et que tu aimerais diriger ? 
Bien-sûr ! Je pense aux deux petits jeunes que j’ai ratés ! Nedim Remili que je connais depuis tout petit, j’ai tout fait pour essayer de l’avoir mais financièrement nous n’avons pas pu suivre et ensuite, Melvyn Richardson. Ces deux là, c’est de la vraie bombe ! Je fais une fixation sur les jeunes joueurs français car à Nantes, on nous reproche assez de trop regarder vers l’étranger. Michaël Guigou aussi, j’aurais bien aimé travailler avec lui. Mais bon, je n’en dirai pas plus (sourires). 



   Les confrontations entre les deux équipes sur une saison et demie

Compétition

Date

score

Trophée Champions

02/09/17

PSG

Nantes

26-32

LSL

07/12/17

Nantes

PSG

27-27

Coupe LNH

14/12/17

PSG

Nantes

35-33

LSL

12/04/18

PSG

Nantes

31-29

Ligue Champions  1/2 F

26/05/18

Nantes

PSG

32-28

Trophée Champions

02/09/18

Nantes

PSG

46-45

Ligue Champions Gr.B

06/10/18

PSG

Nantes

35-34

Coupe LNH

13/12/18

PSG

Nantes

34-30

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision