mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF Masc : Mathieu Grébille espère décrocher un ticket
EDF Masc : Mathieu Grébille espère décrocher un ticket
2 Janvier 2019 | International > Mondial

C'est à Rouen que l'équipe de France a entamé ce mercredi, la 2ème phase de sa préparation en vue du Mondial 2019 qui débute dans un peu plus d'une semaine en Allemagne. Didier Dinart compte toujours vingt joueurs à sa disposition et devra en écarter quatre d'ici lundi soir pour composer sa sélection. Le Montpelliérain Mathieu Grébille espère être du voyage.

par Yves MICHEL


Il fait partie des invités surprise des vingt joueurs que Didier Dinart a retenus pour le rassemblement préparatoire au Mondial. Mathieu Grébille qui revenait d’une saison blanche (opération à l’épaule droite) et qui cet été, a failli quitter Montpellier car Patrice Canayer n’avait plus besoin de lui sur la base arrière, en est presque le 1er étonné. « Je persiste à croire que si je suis là, c’est que le sélectionneur me juge apte. Je ne m’attendais pas à cette sélection en octobre car une 1ère liste avait déjà été communiquée. » A l'époque (pour les deux matches qualificatifs à l'Euro 2020 face à la Lituanie et la Roumanie), le Montpelliérain avait profité des forfaits de Nikola Karabatic et de Romain Lagarde pour faire son retour. Un paradoxe puisqu’il remplaçait  numériquement deux arrières alors que le deal depuis qu’il a réintégré l’effectif montpelliérain est d’évoluer sur le poste d’ailier gauche. «En fait, je prends tout ce qu’on me donne. Autant en club qu’en sélection. A Montpellier, sur ce poste d’ailier, cela se passe plutôt bien. Je préfère m’exprimer sur le terrain plutôt que me retrouver dans les tribunes parce qu’on n’a pas besoin de moi. » Peu épargné par les pépins médicaux depuis sa bascule chez les pros, celui qui a traversé 16 mois sans jouer a fait un retour remarqué à la compétition en septembre en inscrivant huit buts en finale du Trophée des Champions. Il a du pour cela se réadapter au terrain mais surtout changer quelques habitudes. « Avant, je pouvais arriver à l’entraînement et en deux minutes, être chaud. Maintenant, je viens 30 minutes avant pour habituer l’épaule, les genoux, la cheville… Je prends soin de la récupération, de ce que je mange, j’avale tout ce qui peut être bon pour une condition physique au top. » Pourtant, durant cette longue période où sur le quai, il a vu défiler sans s’arrêter le train bleu du Mondial 2017 et surtout avec Montpellier celui de la Ligue des Champions, l’Héraultais aurait pu sombrer dans le doute. « J’ai connu ces interrogations. Tu arrives même à te demander si ce sera possible de retrouver le même niveau qu’avant. Il faut juste du temps, de la patience et du travail. Ma chance, c’est que je savais par où il fallait passer pour revenir. Je n’ai pas trop gambergé. J’ai procédé par étape et à vrai dire, je n’ai pas trop pensé à l’équipe de France.»  A 27 ans, celui qui a fait ses 1ers pas handballistiques à Ducos en Martinique s’est forgé une nouvelle carapace et a surtout repris confiance. Même s’il est positionné sur un poste où la concurrence est rude avec Michaël Guigou, Raphaël Caucheteux voire le polyvalent Kentin Mahé, Didier Dinart n’a pas hésité une seule seconde à le rappeler. «C’est plaisant de le voir avec d’autres possibilités, valide le coach des Tricolores. A l’aile avec un gabarit qui lui permet de défendre en 2, ce qui stratégiquement est intéressant pour l’équipe. Une blessure à l’épaule comme il a eue, ce n’est pas évident. On l’a vu par le passé, certains ne s’en sont pas relevés. On a vu aussi des reconversions qui ont connu le succès. Magnus Wilander (qui s'est illustré demi-centre) a bien terminé pivot ! » Mathieu Grébille lui, ne se voit pas encore glisser sur le poste de pivot et s'affirmer en concurrent de Ludo Fabregas ou Luka Karabatic. Il est mis différemment à contribution et a pris le parti de s’adapter, d’évoluer, dans un rôle qui nécessite moins de puissance mais plus de finesse.  « Je prends beaucoup de plaisir quand j’ai des ballons même si j’en touche moins qu’avant et que je marque des buts (rires). Je découvre encore aujourd’hui les subtilités de ce poste. On verra bien jusqu’où ça me mène. » Son souhait immédiat est de ne pas rentrer prématurément sur Montpellier et embarquer dans l’avion qui dans une semaine, conduira les 16 sélectionnés vers Berlin, théâtre pour la France, de la phase préliminaire du Mondial 2019.



Une Slovénie remaniée, à Rouen dès samedi

Il y a deux ans, la France avait choisi la Slovénie comme adversaire pour préparer le Mondial. A Toulouse et Montpellier, les Tricolores avaient remporté avec plus ou moins d’aisance leur double confrontation et cela avait plutôt bien réussi aux deux équipes puisque quelques semaines plus tard à Paris, après s'être à nouveau affrontés en demi-finale (victoire des Bleus 31-25), les joueurs de Didier Dinart étaient devenus champions du Monde et les Slovènes, médaillés de bronze. Les partenaires du Montpelliérain Vid Kavticnik n'ont pas poursuivi sur leur lancée et sortent d’une "annus horribilis" marquée par une 8ème place au dernier Euro mais surtout une non qualification au Mondial en Allemagne et au Danemark. Voilà huit ans que cela ne leur était pas arrivé. La formation entraînée depuis 2015 par Veselin Vujovic utilisera cette période pour préparer ses deux oppositions face aux Pays-Bas en avril afin d’obtenir le billet pour l’Euro 2020. Le sélectionneur slovène n’a donc pas négligé le rendez-vous en France et a retenu 18 joueurs pour l’occasion. Parmi eux, quelques absents de marque comme ceux qui évoluent habituellement en Allemagne dont la 1ère partie du championnat a pris fin la semaine dernière. Le gardien et l’arrière droit d’Hanovre Lesjak et Cehte, le demi-centre de Magdebourg Bezjak et celui de Kiel, Zarabec ont été volontairement laissés au repos. Tout comme l’ailier de Veszprém Marguc qui n’a repris la compétition qu'en octobre après une blessure au dos. L’opposition alignée à Rouen avec donc le Montpelliérain Kavticnik et l’Aixois Cingesar mais également le Barcelonais Dolenec ou ceux de Szeged (Bombac, Gaber, Henigman, Sostaric) sans oublier le petit prodige de Kielce Janc, sera toutefois de grande qualité pour servir à étalonner l’équipe de France.

Le programme de l'équipe de France

Stage à Rouen et matches amicaux à la Kindarena face à la Slovénie
samedi 5 janvier à 17h00 puis lundi 7 janvier à 19h00

Retour sur Créteil (Maison du handball) le mardi 8 janvier où à 11h00, Didier Dinart communiquera la liste des joueurs retenus au Mondial en Allemagne

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision