mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M: Presque trop facile pour la France !
EDF M: Presque trop facile pour la France !
5 Janvier 2019 | International > Mondial

On pouvait espérer mieux de la production de la Slovénie face à la France. Les partenaires du Montpelliérain Vid Kavticnik n'ont jamais inquiété une équipe tricolore qui termine sa préparation en vue du prochain Mondial en Allemagne. Des 18 joueurs présents sur le banc, Didier Dinart a fait une complète revue d'effectif. Certains comme un rayonnant Ludovic Fabregas ont confirmé, d'autres restent toujours en balance pour le choix ultime. Un second rendez-vous prévu lundi face à ces mêmes Slovènes permettra de dissiper les quelques doutes qui subsistent.

par Yves MICHEL, à Rouen

C’est la dernière ligne droite, cinq jours avant l’ouverture du championnat du Monde et six avant le 1er match des Tricolores face au Brésil. Les deux oppositions face à la Slovénie sont là pour concrétiser le travail effectué depuis le 26 décembre à la Maison du Handball à Créteil. C’est d’ailleurs dans cette structure flambant neuve que mardi en fin de matinée, Didier Dinart dévoilera la liste des joueurs qu’il compte amener en Allemagne. Entre temps, l’entraîneur doit dissiper quelques incertitudes et c’est pour cette raison que ce samedi (et même lundi pour le second face à face), il disposait comme son homologue Veselin Vujovic, d’un banc à 18, Luc Abalo et Adrien Dipanda (tiens, deux gauchers !) suivant la rencontre depuis les tribunes d’une Kindarena copieusement garnie mais dont on attendait plus au niveau de l’ambiance.

Les Tricolores ont suivi à la lettre ce qui leur était initialement demandé. Même en l’absence de Nikola Karabatic dont le forfait pour le Mondial, du moins pour les deux 1ers tours, est désormais digéré, la défense a donné des signes de solidité et l’attaque s’est montrée dans l’ensemble performante. Les 1ères salves n'ont pas tardé. Ludovic Fabregas et Dika Mem, deux des cinq exilés du groupe, avides de sensations fortes devant un public français (ce qui leur arrive de moins en moins souvent) ont tiré les premiers et ont mis, à leur façon la panique dans le camp d’en face. Le 4ème but de Valentin Porte sur un poste d’ailier droit obligeant le coach slovène à poser son 1er temps mort après seulement 4 minutes. Il sortira Mackovsek jugé un peu trop gaspilleur et avec une base arrière qui va enfin trouver son pivot (l’ancien Montpelliérain Gaber), les Slovènes vont réduire l’écart. Pour autant, les guêpes françaises allaient piquer là où cela fait mal, dans le jeu rapide et Ludovic Fabregas (notre photo de tête) intenable va encore frapper. Comme s’il avait à gagner sa place dans cette corne d’abondance sur le poste de pivot. « C’est vrai qu’aujourd’hui j’ai beaucoup d’envie, l’an passé j’ai raté l’Euro, on est vingt joueurs et cela va être dur d’en sortir 4… à mon niveau, on a toujours à prouver. L’équipe de France n’appartient à personne et on est obligé de donner plus à chaque fois. Cela fait en plus plaisir de marquer des buts (5/5) surtout qu’il était prévu que je ne commence qu’en défense et finalement j’ai eu des ballons. » Preuve que la défense était bien présente en cette entame mais la Slovénie va profiter d'un flottement passager et de quelques pertes de balle tricolores pour reprendre le sens de la marche, Didier Dinart va choisir cet instant pour faire copieusement tourner son banc.



Valentin Porte va laisser sa place sur l’aile droite à… Melvyn Richardson (qui ne tardera pas à montrer tout son talent sur un poste qui n’est pas habituellement le sien) puis ce sera au tour de Kentin Mahé, Romain Lagarde et Nicolas Tournat (photo ci-dessus) de participer à la démonstration collective. Au fil des minutes, le pivot nantais va se mettre en évidence, autant en défense qu’en attaque (5/5), de quoi semer encore plus le doute dans la tête du sélectionneur. « Le plus important, c’est de montrer que tu es là, que tu te bats pour le groupe. Je pense que jusqu’à présent, c’est mon meilleur match en équipe de France. Mais là n’est pas l’essentiel, mon but est d’être sérieux sur le temps de jeu qu’on veut bien me donner et qu’il n’y ait pas de trous quand je rentre. Toutes les rotations ont bien fonctionné, on a vraiment produit un match sérieux. » Un match où progressivement donc, la France va tisser sa toile. Avec sept longueurs d’avance à la pause, la cause était quasiment entendue. Mais insatiables, les Tricolores ne voulaient pas en rester là. Après Richardson, c’est un autre Héraultais Mathieu Grébille qui sur l’aile opposée va martyriser le gardien adverse. Deux buts coup sur coup. Le 1er sur une impulsion personnelle, le second en relais avec Lagarde après un ballon récupéré par la défense bleue dans ses propres 9 mètres. Bref, le déploiement d’un jeu plaisant, alerte et inspiré. D’où un écart encore plus abouti au compteur (+11 au plus fort avant l’entame du dernier quart d’heure). La Slovénie était au fond du trou et rien ne lui réussissait. Les Français, moins appliqués et concentrés vont la laisser s’exprimer en encaissant un 0-4 en moins de 3 minutes.

A la faveur d’un festival de Cyril Dumoulin (6 parades dans les dix dernières minutes), d’un contre et la force de percussion de Dika Mem, les Bleus vont remettre de la distance. Neuf buts (34-25). Tarif minimum entre deux formations qui ne préparent pas le même objectif. Un Mondial pour la France en fin de semaine, une qualification à l’Euro 2020 (avec une double confrontation face aux Pays-Bas en avril) pour la Slovénie. Des retrouvailles sont pourtant prévues dans deux jours. « On a été efficace sur ce match-là mais on devra repartir avec les mêmes ingrédients lundi car cela risque d’être un peu plus compliqué, met en garde Ludovic Fabregas. Les Slovènes auront eu le temps de jauger notre niveau et ils voudront se mettre un peu plus à la hauteur, du moins dès le début du match. » Et les Tricolores pourront revoir leurs classiques et même innover. Didier Dinart reste convaincu que ceux qu'il fera monter dans l'avion pour Berlin sont les plus légitimes. Il a encore du temps pour laisser mûrir la réflexion. Si certains ont marqué des points ce samedi, cela ne sera peut-être pas suffisant car le sélectionneur cultive certains principes. « L'expérience peut être parfois privilégiée à la valeur sportive. Après, il peut y avoir des aléas mais ce qui est sûr, c'est que je préfère avoir l'embarras du choix.» Ce qui s'appelle aussi brouiller les pistes. Quatre, trois ou deux joueurs seront éliminés d'ici mardi.  

Le diaporama photos France - Slovénie par Céline DELY
 

A la Kindarena de Rouen, samedi 5 janvier 2019 à 17h
Match de préparation au Mondial 2019

FRANCE - SLOVENIE                34 - 25  (Mi-Temps: 18-11)

Arbitres: MM Ismael Boualloucha & Ramzi Khenissi (Tunisie)
Spectateurs:  5500 (guichets fermés)

Evolution du score: 4-0 (4) 5-2 (6) 6-4 (10) 10-5 (14) 10-7 (16) 12-7 (19) 15-9 (23) 18-11 (MT) 20-11 (31) 23-13 (35) 27-16 (40) 28-19 (44) 29-23 (49) 34-24 (56) 34-25 (FIN)

FRANCE
Gardiens :
Dumoulin (9 arrêts / 23 tirs dont 0/3 pén), Gérard (3 arrêts / 14 tirs dont 0/1 pén) - Joueurs de champ : Rémili (0/2), O. Nyokas (1/2), Lagarde (1/2), Richardson (3/6), Mem (3/5), Tournat (5/5), Mahé (1/2 dont 1/1 pén), Grébille (4/4), N’Guessan (0/3), Sorhaindo (1/1), Guigou (1/2), L. Karabatic (1/1), Fabregas (5/5), Claire (3/3), Porte (3/3), Caucheteux (2/2)

SLOVENIE
Gardiens : Ferlin (3 arrêts / 21 tirs), Kastelic (3 arrêts / 19 tirs dont 0/2 pén) - Joueurs de champ : Blagotinsek (0/1), Verdinek (4/8), Henigman, Kavticnik (0/2), Janc (5/8), Dolenec (1/4 dont 1/1 pén), Poteko, Kodrin, Gaber (2/2), Sostaric (5/9 dont 3/3 pén), Ovnicek (1/1), Lapajne (1/2), Spende (2/4), Bombac (1/2), Mackovsek (3/6)

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La Golden League
à Clermont-Ferrand et Boulazac
en live avec Handvision