mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CM 2019: La demi-finale était dans toutes les têtes
CM 2019: La demi-finale était dans toutes les têtes
23 Janvier 2019 | International > Mondial
Après une série sans accroc (6 victoires – 1 nul), la France a chuté pour la 1ère fois dans ce Mondial face à la Croatie (20-23). A l'issue d'un match où le seul enjeu était pour les Bleus de rester sur une bonne dynamique et pour les Slaves, d'assurer en gagnant, un ticket pour un tournoi de qualification olympique. Manquant de détermination, les Tricolores qui avaient tenu leur rang jusqu'à la pause, ont totalement déjoué dans le second acte. La péripétie est à oublier le plus rapidement possible. Les Bleus retrouveront le Danemark en demi-finale vendredi (17h30) à Hambourg. Les partenaires de Mikkel Hansen terminent sur un sans faute (8 victoires en autant de matches) et ce jeudi, ils ont battu la Suède (30-26) qui est du coup éliminée du carré final. L'autre demie opposera l'Allemagne à la Norvège.  

par Yves MICHEL

Le raccourci et du coup, les raisons de la défaite tricolore pourront paraître simplistes mais on se contentera de dire pour aussi un peu se rassurer, que la demi-finale qui se profile vendredi à Hambourg était dans toutes les têtes. Comment motiver autrement la piètre prestation des Français ? Dans le dernier quart d'heure face à une Croatie loin d'être irrésistible, ils ont péché dans la finition et ne se sont jamais mis dans la situation de pouvoir s'imposer. Ils savent eux-mêmes que ce qu'ils ont produit, n'est pas ce qu'e ceux qui les suivent, sont en droit d'attendre. «On a manqué d’agressivité et au niveau de l’attitude, on était un ton en dessous. Face à ce genre d’équipe, cela ne pardonne pas, constate Ludovic Fabregas au micro de beIN Sports. C’est vrai que récemment face à l’Espagne et l’Islande on avait montré du beau jeu mais lorsqu’on n’y va pas à fond, c’est tout de suite moins beau. Il faut qu’on se remette vite au boulot car en demi-finale, on devra mieux jouer que ça. » Quatorze ballons perdus, autant que lors du match d'ouverture face au Brésil, 56% d'efficacité au tir, la sanction par les statistiques est déjà pénalisante. Les Bleus ont donc attendu leur 8ème match dans ce Mondial pour utiliser leur joker car désormais avec les matches-couperets, de tels manquements ne seront plus permis.

Les Croates, meurtris après leurs deux revers consécutifs face au Brésil et surtout face à l'Allemagne ont donc montré un peu plus de détermination. Leur défense 5-1 avec David Mandic en pointe, a été un véritable poison pour l'attaque tricolore et comme s'il voulait se signaler à ceux qui seront dès septembre, ses adversaires ou coéquipiers dans le championnat français, le futur Montpelliérain Marin Sego a pu donner un aperçu de son talent. Dix arrêts à son actif (un de plus que Vincent Gérard) avec ce style si particulier, limite flegme britannique, sans rictus ni manifestation corporelle excessive. C'est d'ailleurs le portier croate qui dès le retour des vestiaires (11-11 à la pause) va mettre en échec Kentin Mahé. Les Français manquaient d'inspiration offensive, d'engagement et de fluidité dans les transmissions. Les Croates auraient pu profiter de l'instant, enfoncer le clou et prendre le large mais eux aussi, allaient faire preuve d'une incroyable maladresse et s'empaler sur la défense tricolore.

Le diaporama photos du match par Stéphane Pillaud - FFHB


Il suffira d'un passage à vide des Français de trois minutes pour que les partenaires de Domagoj Duvnjak fassent un break conséquent (16-20 à la 49ème). Il y a une semaine à la fin du 1er tour face aux Russes, la France s'était sortie d'une situation épineuse et avait renversé la situation. Cette fois-ci, il n'y a pas eu ce sursaut tant espéré. Et si Michaël Guigou, entré dans les douze dernières minutes, va essayer de mettre un peu plus de folie et de justesse en attaque, les Croates vont tenir bon et conserver un avantage suffisant pour ne plus être inquiétés (20-23).


Il n'y a pas péril en la demeure, loin de là même si dans le rendement et l'envie, les Bleus ont été décevants. Un mal pour un bien après deux jours de repos qui finalement n'ont pas été aussi bénéfiques ? On sera vite fixé. Comme le faisait remarquer Didier Dinard en zone d'interviewes, « les Croates jouaient quand même leur vie sur cette rencontre. Ils avaient des calculs à faire (notamment pour entrer dans le top 7 et s'octroyer un billet leur permettant de participer à un TQO). Notre défense est restée solide et il n'y a pas eu de casse, ce qui est très positif. Mais on sait que désormais, on n'a plus le droit d'avoir ce genre de rencontre. On va retenir qu'on est qualifié pour les demi-finales et que les choses sérieuses vont commencer.» La France va donc quitter Cologne et ce jeudi, grimper un peu plus au nord, jusqu'à Hambourg sur les bords de la Baltique. Le carré final débute vendredi et c'est le Danemark qu'elle retrouvera face à elle, à la Barclaycard Arena (match à 17h30). Après avoir souffert en 1ère période (13-13), les Danois ont rétabli la situation dans le second acte et ont battu la Suède (30-26). L'autre demie (20h30) opposera l'Allemagne (victorieuse face à l'Espagne) à la Norvège (qui s'est imposée face à la Hongrie).


A Cologne, Lanxess Arena, mercredi 23 janvier 2019 à 18h00
France – Croatie : 20 – 23 (Mi-temps : 11-11)

14 000 spectateurs
Arbitres : Vaclav Horacek & Jiri Novotny (République Tchèque)

Evolution du score : 1-0 (3) 3-2 (8) 3-5 (11) 5-7 (15) 8-8 (19) 8-10 (21) 11-10 (25) 11-11 (MT) 11-12 (32) 13-13 (36) 13-15 (38) 15-16 (43) 16-17 (46) 16-20 (49) 18-20 (53) 19-22 (55) 20-23 (Fin)

Les réactions françaises...

Mathieu Grébille (ailier gauche de l’EDF) : « Même si cela ne s’est pas trop vu ce soir, les deux jours de repos nous ont fait le plus grand bien. On a pu se remettre dans le bon chemin, et cela va sûrement nous servir à partir de vendredi. Ce soir, les Croates se sont montrés plus déterminés que nous. »

Melvyn Richardson  (demi-centre de l’EDF): « Cela nous tenait à coeur de remporter ce match. C’est toujours frustrant de perdre, même si on était déjà qualifié. Notre défense a été bien, Vincent aussi mais on perd trop de ballons, et on prend beaucoup de contre-attaques. C’est une piqure de rappel, il va falloir rester concentré et montrer autre chose en demi-finale. »

Valentin Porte  (arrière droit de l’EDF): « Il y a eu un problème offensif, on ne prend que vingt-trois buts. On a buté sur la défense 1-5, on la voit à la télé on se dit que ce n’est pas la plus difficile à attaquer mais quand on est sur le terrain, les choses sont différentes. On a été en échec. Il y a des jours sans, il vaut mieux que ce soit aujourd’hui que dans deux jours. »

FranceFrance
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
L.FABREGAS2/20/02/221000212
M.RICHARDSON1/14/45/500200511
L.ABALO3/50/03/50100039
N.KARABATIC0/30/00/36010007
T.N'GUESSAN3/50/03/51010037
N.REMILI2/30/02/32010027
M.GREBILLE2/30/02/30010023
R.LAGARDE1/10/01/11010013
D.MEM1/40/01/42010012
V.PORTE1/20/01/21120012
M.GUIGOU0/00/00/00000000
A.DIPANDA0/00/00/0000100-2
L.KARABATIC0/10/00/1012000-3
K.MAHÉ0/20/00/2001000-4
Total16/324/420/3615413102054
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
C.DUMOULIN0/00/00/00000000
V.GERARD9/280/39/31000000-2
Total9/280/39/3115413102052
CroatieCroatie
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
Z.HORVAT4/43/37/701110719
D.MANDIC4/40/04/401000414
D.DUVNJAK1/60/01/671100112
J.VRANKOVIC3/80/03/822100310
Z.MUSA2/40/02/41101026
M.SIPIC1/20/01/21000014
M.STRLEK2/40/02/40000024
I.VIDA1/10/01/10000013
I.SLISKOVIC0/00/00/01000002
L.STEPANCIC0/20/00/21100002
K.BECIRI0/00/00/00000000
A.BLAZEVIC0/00/00/00000000
D.BICANIC0/10/00/1000000-1
I.KARACIC2/50/02/5105002-5
Total20/413/323/441478202370
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
M.SEGO10/260/210/281000009
I.STEVANOVIC0/00/20/2000000-2
Total10/260/410/301578202377

© Yves Michel
Partager
Bleus à l'âme
emmanuel clerc | Jeudi 24 Janvier 2019 (11h20)
On saura peut-être plus tard, et en fonction du résultat final, quelles ont été les consignes du staff des Bleus durant ces deux jours de "repos" : "Les gars, on est déjà qualifiés alors mollo..." ou "On reste concentrés et on ne refuse pas les cartes" ?.. Car contrairement à ce qu'on a pu entendre ici et là, sur beIN et ailleurs, ce match contre les Croates portait bien un enjeu pour l'EdF : finir devant l'Allemagne et contrer l'agenda des pays hôtes, une finale Allemagne-Danemark, dont il est inutile d'évoquer la plus value sportive, économique, marketing, financière pour les deux pays organisateurs...
Pour cela, il fallait battre des Croates en panne d'inspiration, si possible largement, et/ou miser sur une victoire ou un nul de l'Espagne (on est passé à deux doigts)... Las, les Français ont vite montré qu'ils ne s'étaient pas donné les moyens pour jouer ces cartes : engagement faiblard, replis poussifs, agressivité au vestiaire, pertes de balles en pagaille, tirs ouverts et vendangés, moments de panique devant la défense croate.. Pas de vitesse, peu de courses sans ballon, rythme de croisière et sans ruptures... Bien sûr, ces mecs ne jouent pas uniquement pour plaire à leurs supporters... Mais cette triste prestation n'a pas incité leurs soutiens à vibrer sur le match Allemagne-Espagne... Plutôt à zapper sur celui du Danemark... On a ainsi pu voir un Mikael Hansen en grande difficulté, du moins en première mi-temps, un Lunde englué dans la défense, et des Suédois mettrent à mal pendant un temps la superbe danoise... De quoi travailler pour le staff des Bleus en donnant des motifs de moivations à son effectif...
Mais qu'on ne s'y trompe pas : si on a pu entendre Didier Dinart, suivi par les commentateurs de beIN, parler de matchs (au pluriel) à élimination directe, c'est bien au singulier que se conjugera la rencontre éliminatoire face au Danemark... Le match suivant sera la finale...
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités