mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CM 2019: Sander Sagosen à la veille d'un nouveau défi
CM 2019: Sander Sagosen à la veille d'un nouveau défi
26 Janvier 2019 | International > Mondial

Son ascension est fulgurante. Ce dimanche, Sander Sagosen et la Norvège vont disputer face au Danemark, leur 2ème finale consécutive du championnat du Monde en deux ans. Le Parisien de 23 ans retrouvera sur sa route Mikkel Hansen, un autre monstre sacré du club de la capitale. 

par Yves MICHEL


Ce vendredi soir alors que son équipe venait de se qualifier pour la finale du championnat du Monde et surtout réaliser l’exploit de sortir les Allemands à domicile, Sander Sagosen a tardé à quitter le parquet de la BarclayBank Arena. Il voulait encore s’imprégner de l’ambiance, des dernières clameurs même parfois hostiles qui une poignée de minutes plus tôt avaient résonné dans cette enceinte. «Bon sang, je suis tellement fier de ce que nous avons fait aujourd’hui, s'exclamera-t-il ensuite en zone d’interviewes. Nous nous sommes battus, cela n’a pas été facile mais au final nous leur avons montré que nous sommes parmi les meilleurs. Rencontrer le Danemark en finale était un rêve. On va savourer car c’est génial pour le hand norvégien et après, nous allons vraiment donner le maximum dans la Box (dimanche à Herning). » Le Parisien a eu vraiment du mal à descendre de son nuage. Et on peut le comprendre, lui qui depuis le 11 janvier et la 1ère confrontation face à la Tunisie n’était pas au niveau où on l’attendait. « En fait, je trouve que Berge (le coach norvégien) l’a bien géré, note Bruno Martini, le manager général du PSG présent à Hambourg. Il n’a pas été utilisé 1 heure à chaque fois, il a eu des temps de repos, ce qui fait qu’il arrive en pleine forme sur la fin. Il a parfois donné l’impression d’assurer le minimum. Sur certains matches, il n’a pas été bon à la marque mais a gardé un impact sur le jeu. Et là, contre l’Allemagne, il est monté en puissance. » Prudent en 1ère période mais très concentré, il a lâché les chevaux après la pause et son entente a été parfaite avec le pivot Bjarte Myrhol. Bilan: 6 buts et 10 passes décisives, ce qui a fait de lui, l’homme du match. D'un coup, Sander Sagosen retrouvait son statut. Surtout après le brillant automne qu’il a traversé, maillot parisien sur les épaules. « Le retrait de Nikola Karabatic l’a obligé à se responsabiliser. Raul Gonzalez lui a offert une fenêtre encore plus importante que celle qu’il avait. Quand il est arrivé l’an passé, il ne savait pas défendre. Il a vraiment progressé dans ce secteur. Par ailleurs, il choisit mieux ses tirs, les moments où il doit les déclencher. » On en oublierait presque que Sander Sagosen, élevé au biberon du handball à Stavanger par Erlend, son père ancien gardien de buts, n’a que 23 ans. Début en équipe nationale à la majorité, passage à Aalborg au Danemark l’année suivante, meilleur buteur et champion de la Ligue Danoise. Avant d’atterrir à Paris. En un rien de temps, tout s’est enchaîné et le gamin au visage poupin est passé de l’anonymat au rang de star mondiale. « Au-delà de la puissance qu’il développe, des tirs, des passes et cela s’est vu contre l’Allemagne, ce qui a fait la différence, c’est cette capacité à être tranquille sous la pression. De faire comme si cela n’existait pas. Il est resté discipliné et c’est un vrai plus pour lui et pour l’équipe. » Le voilà donc en finale d’un Mondial, comme il y a deux ans en France mais l’adversaire a changé.



Le Danemark s’est substitué aux Bleus. Un regret de ne pas voir à nouveau deux stars face à face. Nikola Karabatic auquel le Norvégien est souvent comparé.  « Il marche dans les pas de Niko, confirme Bruno Martini. Il a un fort caractère, une grosse présence, il sait ce qu’il veut et mettra tout en œuvre pour y arriver. Très jeune, ses épaules ont du supporter le poids des responsabilités. Comme Niko, il a un impact sur son équipe. Le format de jeu est différent. L’un a mis le combat comme qualité 1ère en attaque comme en défense, l’autre est un peu plus joueur, moins défenseur. Du moins, pour l’instant. » Et le manager général du PSG double champion du Monde en 1995 et 2001, de se frotter déjà les mains à l’idée de penser à l’autre duel qui se profile dimanche à Herning. Si Nikola Karabatic jouera (ou pas) la petite finale face à l’Allemagne d’Uwe Gensheimer, Sander Sagosen retrouvera Mikkel Hansen. Si complices en club, les deux artistes ne consentiront aucune largesse. Et après l'apothéose dominicale, le quotidien dans le club reprendra ses droits. « Après ce Mondial, une 2ème partie de saison va commencer. Ce que je ne voudrais pas, c’est que le retour en forme de Niko qui va finir par arriver, obère tout ce que les deux ont fait jusqu’à présent, qu’ils prennent moins de responsabilités parce que Niko est revenu. Il faut qu’ils continuent sur cette dynamique et si c’est le cas, l’apport de Niko sera un vrai plus. Ce que j’espère, c’est qu’en revenant chez nous, "Mikki" et Sander gardent leur instinct de tueur.» Hansen 32 ans, Sagosen 23… ce dimanche, pourrait-on assister à une passation de pouvoir ? Entre un champion olympique et d’Europe à qui il manque un trophée mondial et un jeune trublion qui ne demande qu’à étoffer son palmarès. Le Danemark aura l’avantage du terrain et les faveurs du pronostic. Même si la Norvège et Sander Sagosen ne veulent pas reproduire leur prestation en match de poule (défaite 26-30 avec 14 buts du Danois de Paris). «Le Danemark, analyse Bruno Martini, est un peu mieux armé sur les rotations surtout si la Norvège a perdu Magnus Rod qui n’a pas d’équivalent en réserve sur le banc. Après, les Norvégiens sont tellement intelligents dans la gestion du timing qu’ils vont réussir des choses. Mais je ne suis pas sûr que cela puisse suffire. En tout cas, j’espère voir un match avec du rythme comme l’a été par exemple Danemark-Suède. » Un match plein comme on a eu si peu l’occasion d’en apprécier durant ce championnat du Monde.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités