mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC Masc: Arnaud Siffert veut profiter de la fin de saison
LDC Masc: Arnaud Siffert veut profiter de la fin de saison
6 Février 2019 | Europe > Champion's League
Comme tous les clubs engagés en Ligue des Champions, Nantes entame la dernière ligne droite de la phase de groupe. Ce jeudi, le "H" accueille le Paris St Germain à Beaulieu (20h45). Un match de gala où Arnaud Siffert devra composer avec un nouveau partenaire, Kévin Bonnefoi venu pallier la blessure de Cyril Dumoulin. Le taulier de la cage nantaise veut pleinement profiter de ce qui pourrait ressembler à ses derniers tours de piste au plus haut niveau.

par Yves MICHEL

Il lui en faut plus pour l’ébranler. En l’espace de quelques jours, Arnaud Siffert a changé de binôme mais pas ses habitudes. La blessure de Cyril Dumoulin avec l’équipe de France, lors de la petite finale du Mondial a contraint Nantes à faire appel à un nouveau gardien jusqu’à la fin de la saison et Kévin Bonnefoi libéré par Toulouse, a débarqué en Loire-Atlantique. « Je dirai que ça se fait naturellement. Kévin a  connu différents clubs ces dernières années, il va vite trouver ses marques, la vraie nouveauté pour lui, c’est dès jeudi, enchaîner les matches tous les trois jours. Si je peux l’aider à trouver sa place, sur la gestion du rythme et sur les adversaires, je le ferai avec plaisir. Il n’y a pas de concurrence féroce, pas de territoire marqué puisqu’en plus, ni l’un, ni l’autre ne sera là l’année prochaine. » La reprise est violente et ne laisse aucun espace à l’improvisation. Comme avant la trêve internationale, c’est à Paris que les Nantais ont à faire ce jeudi, cette fois en Ligue des Champions. Le 20 décembre dernier, dans un hall XXL chauffé à blanc, le PSG s’était imposé (29-30) à cinq secondes de la fin grâce à un tir canon de Mikkel Hansen et ce, malgré une entame catastrophique. « Le contexte sera différent. Déjà, ce n’est pas la même compétition, on n’est pas en concurrence directe avec Paris même si on partage le même groupe. Chacune des deux équipes va aborder ce rendez-vous différemment, même si on va s’appuyer sur ce qu’on a vécu avant la trêve, d’autant qu’on les a joués deux fois en peu de temps. Les Parisiens savent très bien s’adapter à la situation et font évoluer leur jeu au fur et à mesure qu’ils nous rencontrent. » Si au classement de son groupe de Ligue des Champions, le PSG est en position éligible pour terminer en tête et donc s’offrir le luxe de se qualifier directement pour les quarts de finale, Nantes va devoir se battre jusqu’au bout pour obtenir un accessit. Rien n’est fait et même les Danois de Skjern qui ferment la marche (voir classement plus bas) peuvent encore espérer. « C’est exactement cela, acquiesce Arnaud Siffert. On est au contact de la 3ème place mais pas très loin des deux dernières qui n’offrent rien. Il faut impérativement qu’on gagne des matches. On a deux déplacements compliqués, justement à Skjern chez un adversaire direct, un autre à Flensburg où cela risque d’être plus que chaud et on reçoit les deux 1ers du groupe (Paris et les Hongrois de Szeged). Donc ce n’est pas évident. Sans compter qu’entre ces matches, le calendrier (championnat et coupe de France) est chargé. Il va falloir à chaque fois relever un défi. » A Nantes comme partout où il est passé, Arnaud Siffert s’est toujours montré à la hauteur des responsabilités qu’on a bien voulu lui donner. A quarante ans passés (depuis décembre dernier) et sans préjuger de la suite, il sait qu’il vit ses ultimes moments au plus haut niveau. Avec une certaine gourmandise. « C’est ma dernière saison à Nantes, ça, j’en suis sûr. Je veux en profiter au maximum et là, vu les circonstances, je vais encore plus avoir l’opportunité d’en profiter donc j’ai intérêt d’être bon (sourires). Mais surtout je ne veux rien regretter. » Comme en mai dernier, lorsque Nantes était passé à côté d’un titre européen au Final Four de Cologne. Chez certains, la blessure n’est pas complètement refermée. « Le souvenir restera à vie car c’était une sacrée aventure mais très sincèrement, on n’en parle pas tous les jours. Cette année, on est très loin de cette échéance. Il va falloir sortir de la poule et ensuite… tout peut arriver. On l’a vu la saison passée avec Montpellier qui n’était pas favori sur le 8ème, le quart, la demie et qui finalement, a décroché le titre. Cela serait un énorme exploit de renouveler ça, deux ans de suite mais pour l’instant, on n’y est pas. Si on arrive très vite à valider le ticket pour la suite, on pensera à terminer le plus haut possible au classement. » Et pour Nantes, la semaine qui arrive ne sera pas dénuée d’enjeux. Paris en Ligue des Champions ce jeudi, Nimes en coupe de France, dimanche et quatre jours plus tard en championnat, un déplacement pour le moins délicat à Chambéry. 

                                  LE POINT SUR LES DEUX POULES HAUTES



A 4 journées de la fin de la phase de groupe, rien n’est donc joué dans les deux poules hautes.  

GROUPE B

Dans le groupe B, Flensburg, 3ème ne peut plus prétendre au fauteuil de leader. Même en cas d’égalité, les deux défaites face au PSG pénalisent les Allemands. Pour l’obtention du billet direct en quarts de finale, tout va donc se jouer entre Paris et Szeged. Là aussi, même en cas d’égalité, les Parisiens seraient avantagés grâce à une meilleure différence de buts particulière (+1) sur les Hongrois. Derrière le trio de tête, trois points séparent Nantes de Skjern, le dernier. Le PSG est le seul club à avoir placé au moins un joueur dans le carré final du championnat du Monde et surtout, personne n'est rentré en mauvais état. Revenu au plus haut niveau, Nikola Karabatic est un atout supplémentaire au sein d'une équipe qui tournait déjà bien avec un tandem Hansen-Sagosen très en vue avant la trêve, notamment lors de la dernière sensation face à Nantes. Pour Nantes, le moindre écart, la moindre sortie de route est interdite. Les joueurs du "H" ont une différence de buts particulière favorable par rapport à Zagreb (+3), Celje (+11) et même Skjern (+8) où ils se rendront le 17 février prochain. En fait, la défaite à domicile face aux Ukrainiens de Zaporozhye (-4) entache leur tableau de marche.



GROUPE A
1.Barça Lassa1868283:35110910
2.HC Vardar137277:28431610
3.Rhein-Neckar Löwen1218294:31240610
4.Telekom Veszprém HC1214274:28840610
5.PGE Vive Kielce1211303:31440610
6.HC Meshkov Brest5-38315:27771210
7.IFK Kristianstad5-50334:28471210
8.Montpellier HB3-30295:26581110

Si Paris est en ballotage favorable dans son groupe, Barcelone est encore mieux loti dans le sien même si les quatre matches au programme des Catalans (réception de Rhein Neckar Löwen, de Kristianstad et déplacement à Veszprém et Montpellier) peuvent être piégeux. D'autant que le championnat du Monde a causé quelques dégâts dans l'effectif "blaugrana". Cédric Sorhaindo, l'Islandais Aron Palmarsson sont rentrés blessés et le Danois Casper Mortensen, le plus touché, doit se faire opérer d'un ménisque. Entre temps, l'ailier serbe de Toulouse Nemanja Ilic a été recruté pour équilibrer les manques. Surtout avant d'aller samedi, à Veszprém qui a également payé au prix fort le Mondial. Saison terminée pour le Danois René Toft Hansen (déchirure à l'aine) et le Hongrois Iman Jamali (ligaments croisés), fracture de la main pour le Norvégien Tonnesen (pendant la préparation). Avec cinq longueurs d'avance, une seule défaite face à Rhein Neckar (-1), une différence de buts particulière largement à son avantage sur le Vardar et Kielce, l'équipe de Xavi Pascual n'a pas trop de souci à se faire. Mais ce mercredi soir, le résultat de Rhein Neckar - Vardar peut être lourd de conséquences.

Trois équipes vont donc se battre pour le dernier billet vers les 8èmes. Des trois, Montpellier est la plus mal servie. Avec une seule victoire (Rhein Neckar) et un nul (Kristianstad) en dix confrontations, les tenants du titre n'ont plus totalement leur destin entre les mains. Les partenaires de Jonas Truchanovicius (photo ci-dessus) seraient bien inspirés si ce samedi (17h30 à Bougnol), ils battaient Meshkov Brest de plus de trois buts, ce qui leur permettrait de reprendre le goal-average particulier sur les Biélorusses. Ensuite, en se déplaçant à Kielce actuellement tourmenté par des soucis financiers, en accueillant Barcelone puis en terminant au Vardar, il faudra qu'ils comptent sur un double faux-pas de Kristianstad qui vient de changer d'entraîneur en plaçant Ljubomir Vranjes aux commandes. Les Suédois ont un G.A.P favorable (+1) par rapport aux Héraultais. 

                                      LE PRONOSTIC POUR LES FRANCAIS

PARIS qualifié direct pour les quarts
NANTES qualifié pour les huitièmes
MONTPELLIER devra réaliser un exploit permanent pour s'en sortir. La tendance n'inspire pas l'optimisme
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La Coupe de France en Live
avec Handvision